Avec The Return, Sampa the Great livre une ode à l’Afrique et à l’indépendance

Article publié le 13 septembre 2019

Texte : Naomi Clément.
Photo : Barun Chatterjee.
13/09/2019

Adoubée par Kendrick Lamar et Lauryn Hill, cette Australienne native de la Zambie s’annonce comme l’une des voix les plus novatrices de la scène hip-hop contemporaine. Son premier album, un disque réjouissant en forme de quête identitaire, confirme tous les espoirs placés sur ses épaules.

« Je ne me décrirais ni tout à fait comme une chanteuse, ni tout à fait comme une rappeuse… « poétesse » serait plus exact. » Chez Sampa the Great, le choix des mots est d’une importance primordiale. Tout au long de notre entretien, la jeune femme de 25 ans prendra soin de livrer ses réponses avec le plus de réflexion possible. Elle est à l’image de sa musique : précise, lyrique et percutante. Comme le poing fulminant d’un boxeur qui cherche à atteindre son adversaire.

Depuis ses débuts avec The Great Mixtape (2015), un premier projet créé aux côtés du producteur Dave Rodriguez alias Godriguez, cette native de la Zambie installée depuis 2015 en Australie – après avoir vécu un temps au Botswana et poursuivi des études aux États-Unis – a fait de sa musique une arme puissante et singulière. Un médium qui lui permet tout à la fois de se créer un espace d’expression libre, de produire une forme de catharsis, et de combattre le racisme et le machisme auxquels, en tant que jeune femme noire, elle se confronte depuis de longues années.

Birds and the BEE9, la mixtape qui la place sous le feu des projecteurs en 2017 (remarquée, entre autres, par les poids lourds que sont NPR, Clash et Complex) puise son inspiration dans le rap, la soul, le jazz et les rythmes de sa Zambie natale, affirmant en filigrane une envie de dépasser les frontières, de s’affirmer toute entière. « Avec The Great Mixtape, il s’agissait surtout de montrer que je pouvais être technique, être dure… mais ce n’est pas réellement qui je suis, ou en tout cas ce n’est pas uniquement qui je suis, explique-t-elle. Je sais aussi chanter, je sais aussi partir dans d’autres univers… Birds and the BEE9 m’a permis d’exposer toutes les facettes de ma personnalité, et de trouver mon ADN musical. »

Composé de 13 titres, Birds and the BEE9 scanne l’esprit de Sampa the Great. Cette dernière y explore ses racines, ses forces, ses revendications, la richesse de ses talents (comme sur « Can I Get A Key », où elle excelle aussi bien au poste de MC qu’à celui de chanteuse). Les productions y sont souvent lentes et enveloppantes, tendent parfois vers des notes psychédéliques, nous transportent dans des espaces lointains et oniriques. Mais la voix de Sampa, grave et solennelle, finit toujours par nous ramener les deux pieds sur Terre. Elle nous frappe par la véracité et la poésie de ses propos, nous donne à réfléchir. Elle se veut politique.

Sur « Black Girl Magik », l’un des titres les plus forts du projet, elle célèbre la puissance des femmes noires et questionne : « How you supposed to be black down under? ». « Back back to Africa / Matriarchy is a fact / Black women per capita / Aye aye captain », lance-t-elle un peu plus loin. Se remémorant la conception de Birds and the BEE9, elle précise :

« La musique m’a aidé à exprimer mon identité et celles des gens qui partagent cette même identité et qui, comme moi, ont du mal à trouver leur place au sein de la société et de l’industrie musicale. J’ai naturellement pris position à travers ma musique parce que j’éprouvais énormément de frustrations vis-à-vis de cette industrie dans laquelle je ne pouvais pas m’exprimer complètement, dire tout ce que je voulais […] Cette mixtape, c’est moi qui me lève, qui résiste et qui affirme haut et fort : « Voilà à quoi ressemble ma musique, voilà ce que j’ai envie d’y dire, voilà ce que je traverse en tant qu’artiste noire dans ce pays. Et cela doit changer. » »

« Quand tu es à l’aise avec ton vaisseau, tu peux voyager dans n’importe quel espace : tout ira bien »

Deux ans après Birds and the BEE9, qui lui a permis de se produire aux quatre coins du monde (Australie, États-Unis, Angleterre…) et d’assurer les premières parties de Thundercat, Ibeyi, Kendrick Lamar ou encore Lauryn Hill (son idole), Sampa the Great réaffirme son message qu’elle continue de sublimer en délivrant aujourd’hui The Return, son premier album. « Le terme « premier album » m’a tellement mis la pression !, s’exclame-t-elle dans un rire nerveux. Parce que pour moi, ça voulait dire donner vie à quelque chose que je n’avais encore jamais fait. » Le jour de notre entrevue, la poétesse s’exprime avec assurance, confiante et affirmée ; mais elle l’avoue : elle a souvent été victime du syndrome de l’imposteur.

« Je me disais que je n’avais pas ma place dans les studios d’enregistrement, entourée de toutes ces personnes qui elles, faisaient de la musique depuis des dizaines d’années… », se souvient-elle en repensant à ses débuts. « Et puis à un moment, j’ai relâché la pression, et je me suis dit que j’avais ma place. Que si j’étais là, ce n’était pas par hasard. C’est que j’avais fait mes preuves. Et j’ai réussi à me dire ça parce que j’étais à l’aise avec moi-même, avec cette enveloppe spirituelle et corporelle que je considère comme mon vaisseau. Quand tu es à l’aise à l’intérieur, tu peux voyager dans n’importe quel espace : tout ira bien. »

C’est d’ailleurs là le véritable message de ce premier disque. Avec lui, Sampa the Great quitte l’Australie, le pays qui a vu éclore sa carrière, pour retourner en Zambie, celui qui l’a vu naître. The Return est donc, comme son nom l’indique, un retour aux sources, à l’enfance, à l’innocence. Dès les premières notes, sur « Mwana », le ton est donné : soutenue par une production funk et des chants traditionnels zambiens, Sampa s’apprête ici à partir en quête d’elle-même, de son ADN profond, à se retrouver sans se soucier de l’espace-temps dans lequel elle est ancrée (« I don’t need home to feel important/But I need a feeling of peace » / « All the tears I felt/All the pain I felt/To find myself/I found myself again », y clame-t-elle). The Return se lit comme la bande originale de sa vie d’adulte, à travers laquelle elle questionne sa descendance africaine et tente de comprendre ce que signifie en 2019 la notion d’« être chez soi », de se sentir « à la maison ».

Entourée de Krown (« Time’s Up »), Ecca Vandal (« Dare to Fly ») ou encore Whosane (« Heaven »), des artistes qu’elle considère comme « les membres de [sa] famille » (une évidence, pour un projet qui parle de son chez-soi intérieur), Sampa livre une ode à son pays d’origine, mais aussi, avec la vigueur qui caractérise son flow, à l’indépendance d’esprit, à l’épanouissement personnel et au dépassement de soi. « Ce qu’on appelle « la maison », finalement, n’est rien d’autre que nous-même. Comme je le disais tout à l’heure, nous sommes notre propre vaisseau. Un vaisseau fait de notre culture, des gens qu’on croise sur sa route….», analyse-t-elle. Et de conclure : « Le tout est de savoir comment tu vas survivre en voyageant à l’intérieur. Voilà ce que questionne mon premier album. »

Sampa the Great sera en concert au Point Ephémère de Paris le 21 novembre 2019.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Les métamorphoses de Sevdaliza

Chanteuse avant-gardiste comptant trois albums à son actif, Sevdaliza explore désormais de nouveaux territoires esthétiques à travers des singles qu’elle sort au compte-gouttes, en multipliant les métamorphoses physiques au passage. À travers cet entretien, l’artiste d’origine iranienne de 36 ans, installée aux Pays-Bas, revient sur l’importance que la communauté queer a joué sur la construction de son identité, sur la difficile acceptation de sa singularité, sur sa fascination pour les nouvelles technologies ou encore sur l’influence de son expérience de la maternité sur sa vision du monde.

Lire la suite

La mélo de Gazo et Tiakola est gangx, et leur alchimie parfaite

Les deux rappeurs, parmi les plus populaires du moment en France, ont sorti un album commun qui fait des étincelles dans un monde froid : La Mélo est Gangx. Après plusieurs collaborations à succès et des carrières solo déjà bien remplies, Gazo et Tiako fusionnent leurs univers pour aboutir à une alchimie évidente mais innovante. De leurs premiers pas en studio au sommet des charts, on a discuté (et beaucoup rigolé) avec deux bosseurs passionnés, qui allient aujourd’hui leurs forces au profit de la culture… à travers la leur.

Lire la suite

Plus d’un milliard de streams sur Spotify : qui est D4vd, le nouveau prodige de l’indie pop ?

d4vd n’est pas un artiste comme les autres. On peut le situer entre un Frank Ocean et un Steve Lacy, mais sa musique est unique et hybride. À 18 ans seulement, le chanteur américain repéré et signé par le label de Billie Eilish a entièrement composé son premier projet, Petals to Thorns, sur son téléphone, depuis le placard de sa sœur. Et ses premiers succès ne tardent pas : « Here With Me » et « Romantic Homicide » parcourent désormais le monde, en streaming comme en tournée. Adoubé par SZA et rêvant de collaborer avec Drake – à qui il a envoyé un DM au cours de cette interview –, d4vd nous envoûte dès ses débuts. Si un bel avenir l’attend, il vit au présent ; un présent teinté de romantisme, de roses blanches dépourvues de sang, et de gaming : car si d4vd a débuté la musique pour habiller ses streams de ses propres bandes-son, il compte toujours devenir le meilleur joueur de Fortnite au monde, tout en chantant ses amours à plein temps.

Lire la suite

JT : « Je ne peux plus me permettre ni le chaos, ni les dramas »

Après avoir longtemps traîné une réputation de tête brûlée du rap US, JT veut à présent se montrer sous un nouveau jour. Apparue ces derniers mois aux côtés de Nicki Minaj et Kali Uchis, la jeune femme a sorti cet été son premier single solo en quatre ans, « No Bars », suscitant de folles rumeurs sur l’avenir des City Girls — le duo qu’elle forme avec son amie d’enfance Yung Miami depuis 2017. Placée en détention pour fraude en 2018, JT porte aujourd’hui un regard apaisé sur son parcours et aspire à mettre sa notoriété au service de causes utiles. Tout juste entrée dans la trentaine, elle accompagne désormais d’autres ex-détenues vers la réinsertion avec son projet No Bars Reform, file le parfait amour avec Lil Uzi Vert et se dit « plus passionnée que jamais » par sa carrière musicale.

Lire la suite

De Sensation K-pop à Icônes Mondiales : (G)I-DLE Dévoile Son EP ‘Heat’ Aujourd’hui

Fondé en 2018 et depuis devenu l’une des figures de proue de la K-pop, le groupe (G)I-DLE vient de révéler son nouvel EP, intitulé Heat, ce vendredi 6 octobre. Un projet très attendu, comprenant leur récent tube « I DO », qui sort en plein milieu de leur tournée internationale, dont le passage au Zénith de Paris, en septembre dernier, a marqué les esprits. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.