Antidote FKA Twigs

FKA Twigs enrôle Future pour le ténébreux clip de « holy terrain »

Texte : Naomi Clément.
10/09/2019

Un nouvel aperçu de MAGDALENE, son second album attendu pour cet automne.

Le 24 avril dernier, FKA Twigs opérait un retour en force en dévoilant « Cellophane » : une bouleversante et minimaliste ballade, habillée d’un clip dans lequel la chanteuse réalisait une vertigineuse chorégraphie autour d’une barre de pole dance. Signée Andrew Thomas Huang (proche collaborateur de Björk), cette vidéo annonçait l’arrivée de MAGDALENE, son second et tant attendu album. Majoritairement produit par Nicolas Jaar, conçu entre Londres, New York et Los Angeles, ce projet se dévoile un peu plus aujourd’hui à travers le clip d’« holy terrain », un tout nouveau single en collaboration avec Future.

Obscur et combatif, soutenu par une production entre trap et musique électronique, ce morceau explore la notion de longévité du sentiment amoureux (« Will you still be there for me/Once I’m yours to obtain?/Once my fruits are for taking/And you flow through my veins?/Do you still think I’m beautiful/When my tears fall like rain? »). Quant à son clip, co-réalisé par Nick Walker, il nous propulse dans un monde désertique et nocturne où l’Anglaise, escortée par une horde de danseuses, expose sa toute-puissante magnétique.

Interrogée par i-D, Tahliah Debrett Barnett (de son vrai nom) est revenue sur la naissance de cette collaboration avec Future. « […] Je lui ai envoyé l’album puis je l’ai appelé, je lui ai expliqué : « Écoute, Future… voilà de quoi parle mon album. C’est un disque très sensible, émancipateur, à l’énergie très féminine. Ce morceau est certainement le plus fun de la liste mais j’ai quand même besoin d’un certain contenu, d’une profondeur dans les paroles. » Il m’a juste dit : « Ok, j’ai compris. » Et son couplet est magnifique. Il parle de ses échecs en tant qu’homme, il demande pardon, demande de l’aide. J’adore cette façade triste de Future. J’aime son côté emo, cette manière qu’il a de l’exprimer. Quand il s’ouvre, c’est très beau. »

MAGDALENE s’annonce donc comme un projet des plus intimes dans lequel l’artiste, aujourd’hui âgée de 31 ans, se livre avec vulnérabilité sur ses échecs et blessures. Dans un communiqué de presse relayé par Pitchfork ce lundi 9 septembre, l’interprète de « Pendulum » précisait :

« Je n’aurais jamais cru que le chagrin d’amour puisse être si puissant. Je n’aurais jamais cru que mon corps tout entier puisse cesser de fonctionner de la sorte, au point que je devienne incapable de m’exprimer physiquement de la manière dont je l’ai toujours fait, et dans laquelle je trouvais tellement de réconfort. Je me suis toujours entraînée pour être la meilleure version de moi-même ; mais cette fois-ci, je ne pouvais plus le faire. Je n’avais plus d’autre choix que de me laisser abattre. Mais le création de cet album m’a aidé à trouver, et ce pour la toute première fois, de la compassion – et ce alors que je me sentais désorientée, cassée. Pour la toute première fois, j’ai arrêté de me juger, et grâce à MAGDALENE, j’ai trouvé de l’espoir. Je lui en serai éternellement reconnaissante. »

MAGDALENE succède à LP1 (2014), le premier long format de FKA Twigs qui, porté par les émouvants « Two Weeks » et « Video Girl », lui avait offert une nomination aux Grammy Awards 2015. La chanteuse sera par ailleurs en concert à la salle Pleyel de Paris le 1er décembre 2019.

À lire aussi :

À lire aussi :