Série mode : la nouvelle collection Coach photographiée sur Hanne Gaby Odiele

Article publié le 5 novembre 2019

Share :

Photos : Byron Spencer pour Magazine Antidote : Pride. Modèle : Hanne Gaby Odiele. Stylisme : Yann Weber. Casting : Bert Martirosyan. Coiffure et maquillage : Becca Gilmartin.

Photographiée par Byron Spencer, cette série mode dont est issue l’une des couvertures de notre nouveau numéro PRIDE met en scène la collection automne-hiver 2019-2020 de Stuart Vevers pour Coach, avec le mannequin belge intersexe Hanne Gaby Odiele.

Après avoir puisé son inspiration dans son voyage au Nouveau Mexique la saison dernière, Stuart Vevers s’est cette fois servi de son road trip sur la côte Ouest des États-Unis – sur la fameuse Route 1 qui relie San Francisco à Los Angeles en passant par les villes de Santa Cruz, Monterey (théâtre de la série Big Little Lies) ou encore Carmel-by-the-Sea, dont Clint Eastwood a été le maire – pour concevoir la collection automne-hiver 2019-2020 de Coach 1941, présentée à l’American Stock Echange lors de la Fashion Week de New York, en février dernier. En escale à Big Sur, le directeur artistique britannique, qui fête cette saison le cinquième anniversaire de sa nomination aux commandes de la maison américaine, s’est rendu dans le célèbre restaurant « Nepenthe », fondé en 1949 et propriété de la famille de l’artiste californien Kaffe Fassett, dont le travail est au cœur de cette nouvelle collection, ici arborée par le mannequin belge intersexe Hanne Gaby Odiele à New York.

À  gauche : veste, Coach.

À  droite : gilet et robe, Coach.

Après avoir puisé son inspiration dans son voyage au Nouveau Mexique la saison dernière, Stuart Vevers s’est cette fois servi de son road trip sur la côte Ouest des États-Unis – sur la fameuse Route 1 qui relie San Francisco à Los Angeles en passant par les villes de Santa Cruz, Monterey (théâtre de la série Big Little Lies) ou encore Carmel-by-the-Sea, dont Clint Eastwood a été le maire – pour concevoir la collection automne-hiver 2019-2020 de Coach 1941, présentée à l’American Stock Echange lors de la Fashion Week de New York, en février dernier. En escale à Big Sur, le directeur artistique britannique, qui fête cette saison le cinquième anniversaire de sa nomination aux commandes de la maison américaine, s’est rendu dans le célèbre restaurant « Nepenthe », fondé en 1949 et propriété de la famille de l’artiste californien Kaffe Fassett, dont le travail est au cœur de cette nouvelle collection, ici arborée par le mannequin belge intersexe Hanne Gaby Odiele à New York.

Veste, Coach.

Gilet et robe, Coach.

Gourou des arts décoratifs révéré dans les années 70 pour ses imprimés fleuris psychédéliques, Kaffe Fassett a en effet donné l’opportunité à Stuart Vevers de venir piocher dans ses archives personnelles. Résultat, les robes prairie à volants taillées dans des matières vaporeuses – éléments clefs de l’esthétique Coach développée par Stuart Vevers – se parent cette saison de collisions florales façon tapisserie seventies, déclinées dans des tons roses, verts, bleus ou mauves. Portées sur des bermudas en tartan façon shorts de surf ou de basketball, elles côtoient des parkas habillées des mêmes motifs ainsi que des manteaux et gilets sans manches en shearling oversized, parfois constellés du logo de la marque et agrémentés d’une chaîne de poche et de boutons façon fermoirs de sacs à main pivotants en métal doré.

À  gauche : gilet, chemise et sac, Coach.

À  droite : pull, Coach.

Gourou des arts décoratifs révéré dans les années 70 pour ses imprimés fleuris psychédéliques, Kaffe Fassett a en effet donné l’opportunité à Stuart Vevers de venir piocher dans ses archives personnelles. Résultat, les robes prairie à volants taillées dans des matières vaporeuses – éléments clefs de l’esthétique Coach développée par Stuart Vevers – se parent cette saison de collisions florales façon tapisserie seventies, déclinées dans des tons roses, verts, bleus ou mauves. Portées sur des bermudas en tartan façon shorts de surf ou de basketball, elles côtoient des parkas habillées des mêmes motifs ainsi que des manteaux et gilets sans manches en shearling oversized, parfois constellés du logo de la marque et agrémentés d’une chaîne de poche et de boutons façon fermoirs de sacs à main pivotants en métal doré.

Gilet, chemise et sac, Coach.

Pull, Coach.

Total look, Coach.

Total look, Coach.

Plus présent que d’ordinaire, le tailoring se mélange quant à lui à divers éléments empruntés aux sous-cultures américaines ou britanniques ayant en commun l’amour du rock & roll. Portés par les hommes comme par les femmes, les blazers et pantalons en tartan rockabilly se portent avec des creepers parfois compensées, empruntées au vestiaire des Teddy Boys, twistés ça et là par des vestes de cowboy en daim frangé ou des bonnets et des pulls en patchwork de mailles d’inspiration plus grunge. Avec les longs cardigans en mohair ou en cuir lisse, ces derniers offrent une alternative aux articles en fourrure, abandonnés par Coach en octobre 2018.

À  gauche : sac, Coach.

À  droite : veste, chemise, pantalon et sac, Coach.

Plus présent que d’ordinaire, le tailoring se mélange quant à lui à divers éléments empruntés aux sous-cultures américaines ou britanniques ayant en commun l’amour du rock & roll. Portés par les hommes comme par les femmes, les blazers et pantalons en tartan rockabilly se portent avec des creepers parfois compensées, empruntées au vestiaire des Teddy Boys, twistés ça et là par des vestes de cowboy en daim frangé ou des bonnets et des pulls en patchwork de mailles d’inspiration plus grunge. Avec les longs cardigans en mohair ou en cuir lisse, ces derniers offrent une alternative aux articles en fourrure, abandonnés par Coach en octobre 2018.

Sac, Coach.

Veste, chemise, pantalon et sac, Coach.

À  gauche : gilet et chemise, Coach.

À  droite : manteau, Coach.

Gilet et chemise, Coach.

Manteau, Coach.

Cette série mode est extraite d’Antidote : Pride photographié par Byron Spencer.

À lire aussi :

Les plus lus

> voir tout

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

lire la suite

> voir tout

Mode

Cofondatrice de Black Lives Matter, Patrisse Cullors va organiser ce samedi 27 juin « Black Power Live », un évènement digital avec des performances de Blood Orange, Doja Cat ou encore Denzel Curry