Qui est Vic Matié, le chausseur pour femmes réelles ?

Article publié le 11 avril 2017

Photo : Vic Matié campagne printemps-été 2017

À mi-chemin entre luxe, culture underground et ergonomie, ce label propose des formes sportives mais raffinées, au service d’une clientèle de femmes dynamiques.

Depuis le début des années 1970, ce chausseur est l’allié des femmes, en Italie et à travers le monde. Au fil des saisons, il ne cesse de remettre à jour sa conception du quotidien, des besoins de ses clientes, de leurs attentes, et de leur vision du luxe.

Intégralement fabriqués en Italie selon des méthodes de confection traditionnelles couplées à des références contemporaines, ses souliers intègrent une part de luxe dans les formes les plus simples, et une pointe de contre-culture dans des classiques féminins. Antidote a rencontré sa directrice de création Silvia Curzi et a discuté de sport, de femmes, et de vie quotidienne.

Campagne Vic Matié printemps-été 2017

La marque existe depuis les années 1970, comment a-t-elle évolué ?
Regardez ces souliers, des chaussures plates assez masculines, des bottines, des bottes de montagne : celles-ci sont inspirées par les débuts assez unisexes de la marque, et surtout l’envie de chausser une femme active, urbaine. Par la suite, nous avons infusé davantage de féminité aux modèles, qui oscillent entre ces deux mondes.

Qui est la femme Vic Matié ?
Elle assume sa féminité et sa force en même temps ; elle a des références assez rock, et une vie quotidienne à vive allure. Cette saison elle expérimente avec des formes classiques, comme des bottes de cowboy, des bottines à talons, des plateformes, des ballerines, qu’elle revisite avec des sequins, du velours.

Vous êtes une femme dessinant pour des femmes, qu’est-ce que cela vous a apporté ?
La grande différence d’être une femme dessinant pour les femmes est la possibilité de réfléchir, désirer, imaginer et concevoir l’esthétique et le corps d’une façon entièrement féminine. Je n’ai pas besoin de me creuser la tête pour savoir comment une femme se sentirait ou se verrait avec telle ou telle paire de chaussures aux pieds, c’est une évidence, car je suis une femme aussi.

Tamy Glauser porte une paire de bottines dans Antidote : Now Generation photographié par Benjamin Lennox et réalisé par Yann Weber.

La cliente de 2017 demande-t-elle des choses nouvelles ?
J’ai remarqué une évolution que me fait très plaisir : les femmes veulent des souliers singuliers mais également versatiles et adaptables à toutes les situations. L’idée de l’achat de luxe destiné uniquement à générer de l’admiration – et que l’on porte à peine – est finie. La mode doit rendre la femme plus heureuse et plus belle au quotidien, et cette notion est finalement bien absorbée par la société aujourd’hui.

Il y a aussi une allure sportive de plus en plus présente dans les collections, n’est-ce pas ?
Oui, c’est le cas dans tous les secteurs ; chez nous, c’est une occasion de relire l’ADN Vic Matié au travers d’un prisme plus ergonomique et athleisure. Nous avons créé des souliers qui ne sont pas destinés au sport mais qui appréhendent le corps et le style différemment, à partir de chaussures d’ordinaire loins de cet univers : par exemple, nous avons pris une forme de ballerines, y avons ajouté une semelle en gomme que l’on trouve habituellement sur des baskets, et un talon intérieur. Le résultat est moderne sans être trop technique. Nous ne visons pas tant les tapis rouges qu’à sublimer chaque moment de la journée.

Campagne Vic Matié printemps-été 2017

Comment mettez-vous à jour votre pratique de l’artisanat et du luxe ?
Vic Matié a une histoire industrielle, et a longtemps été associé à une technique mécanique de fabrication. Mon travail a été d’injecter de l’artisanat haut de gamme dans ces méthodes, pour créer un objet raffiné à partir d’un produit d’usine, puis finalement le faire évoluer en un objet de luxe.

Quelle est votre processus d’inspiration chaque saison ?
Je pense avant tout au processus créatif plutôt qu’à la recherche d’une inspiration temporaire, afin de laisser les saisons s’enchaîner de façon fluide, organique. Pour la prochaine saison estivale, les concepts de légèreté, de transparence et de l’absence de volume ont guidé mes créations.

La collection printemps-été 2017 de Vic Matié est disponible sur le site de vente en ligne et dans les points de vente de la marque.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Série Mode : la collection Gucci printemps-été 2022 photographiée par Anthony Arquier sur l’acteur Théo Christine

Issue du Newspaper contenant la traduction des articles et interviews du nouveau numéro d’Antidote, dont le thème est « Persona », cette série mode signée par le photographe Anthony Arquier célèbre la collection Gucci printemps-été 2022 conçue par Alessandro Michele et dévoilée en novembre 2021, lors d’un défilé à Hollywood.

Lire la suite

Série Mode : la collection printemps-été 2022 de Fendi photographiée en pleine montagne

Issue du nouveau numéro d’Antidote, dont le thème est « Persona », cette série mode signée par la photographe britannique Betsy Johnson met en scène la collection Fendi printemps-été 2022 conçue par Kim Jones et Silvia Venturini Fendi, dévoilée en septembre 2021, lors d’un défilé à Milan.

Lire la suite

Fashion’s conquest of the metaverse

Dystopia for some, El Dorado for others, the metaverse has become a societal phenomenon in just a few months. Crypto-pragmatically, luxury brands have set out to conquer this new territory: a world peopled with digital avatars but as yet ill-defined in its contours, for much remains to be discovered and imagined. Is it a speculative bubble? A paradigm shift in the way we consume and live fashion? Place your bets! 

Lire la suite

La mode à la conquête du métavers

Dystopie pour les un·e·s, eldorado pour les autres, le métavers est devenu, en quelques mois, un phénomène de société. Crypto-pragmatiques, des marques de luxe se lancent à l’assaut de ce nouveau monde peuplé d’avatars digitaux, dont les contours restent vagues, car tout reste à découvrir et à imaginer. Bulle spéculative ou changement de paradigme dans notre façon de consommer et de vivre la mode ? Les paris sont ouverts. 

Lire la suite

La Burberry Family

Ce n’était pas encore une Maison mais plutôt une Mansion. Une very British Mansion devenue le temple vestimentaire-mais-pas-que de la culture anglaise. Une sorte de monument dont la splendeur n’effraie plus tant on y est habitué. Puis soudain, en mars 2019, une arrivée a bousculé les traditions. Celle de Riccardo Tisci, nommé chief creative officer de Burberry, après 13 années passées à la direction artistique de Givenchy et un intermezzo de quelques mois au sein de sa famille, près du lac de Côme.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.