Gucci s’engage contre le mariage forcé avec sa nouvelle campagne #LetGirlsDream

Article publié le 14 octobre 2019

Photo : Gucci.
14/10/2019

En mettant à disposition un court-métrage engagé réalisé par Sharmeen Obaid-Chinoy, la maison italienne continue de promouvoir l’égalité entre les sexes au travers de son initiative Chime for Change.

À l’occasion de la journée internationale de la fille qui se tenait vendredi 11 octobre, et dans le cadre de son programme féministe Chime for Change initié en 2013, la maison Gucci s’est associée à la réalisatrice pakistanaise Sharmeen Obaid-Chinoy (récompensée de deux Oscars et trois Emmy Awards pour ses documentaires engagés dénonçant les violences faites aux femmes) pour lutter contre les mariages précoces et forcés. Ainsi, sur une plateforme baptisée « Let Girls Dream » (« Laissez les filles rêver ») et au travers d’une campagne du même nom, la marque propriété du groupe Kering invite les femmes du monde entier à partager leurs rêves et à découvrir un extrait de Sitara, un court-métrage d’animation réalisé par Sharmeen Obaid-Chinoy et co-produit par Gucci qui conte l’histoire de Pari, une jeune pakistanaise de 14 ans vivant à Lahore dans les années 1970 et contrainte de renoncer à son rêve de devenir pilote d’avion pour épouser un homme.

Soutenue par Girls Not Brides, un groupe qui rassemble près de 1200 organisations internationales luttant contre le mariage d’enfants, et par l’association Equality Now qui, depuis 1995, défend les droits des femmes en incitant notamment les gouvernements de certains pays à adopter des lois pour interdire le mariage aux individus de moins de 18 ans, l’initiative #LetGirlsDream a pour but de sensibiliser les publics sur la question du mariage forcé. Une pratique sexiste en baisse, mais qui reste courante dans certaines régions du globe comme en Asie du Sud, et qui concerne encore douze millions de jeunes filles chaque année. Dans le monde, on estime ainsi que le nombre de femmes vivantes mariées alors qu’elles n’avaient pas 18 ans s’élève à 650 millions.

Considéré comme une atteinte aux droits de l’homme par les Nations Unies, le recourt au mariage précoce et forcé peut être motivé par des raisons économiques et reste souvent lié à la pression sociale, ainsi qu’aux poids de certaines traditions religieuses et culturelles. Mariées contre leur gré à des hommes souvent plus âgés, les jeunes filles n’ont alors plus aucune liberté concernant leur avenir et sont la plupart du temps contraintes de renoncer à leurs objectifs personnels pour embrasser le rôle de mère et de gérante du foyer. Si plusieurs pays ont par ailleurs déjà élevé l’âge légal du mariage à 18 ans sous la pression de la communauté internationale, les lois ne sont pas appliquées avec la même vigueur partout dans le monde, et les traditions sexistes restent parfois encore très enracinées. 

C’est pour déconstruire cette pratique archaïque et encourager les adolescentes à réaliser leurs rêves tout en dénonçant les obstacles auxquels elles doivent encore faire face pour atteindre leurs objectifs que Gucci a mis en place sa plateforme Let Girls Dream. Sur cette dernière, les enseignants du monde entier peuvent ainsi demander à organiser une projection de Sitara pour éduquer leur public, et encourager l’activisme en faveur d’un monde plus égalitaire. 

À lire aussi :

Les plus lus

Joan Tronto, philosophe du care : « Réparer et maintenir en vie les êtres vivants devraient être notre priorité »

Signifiant tout à la fois « soigner », « faire attention à » ou encore « se soucier de », le terme anglais « care » est aujourd’hui le fil rouge d’un courant intellectuel né dans les années 80 pour promouvoir une société plus juste et équitable où la question du bien-être de tous·tes est la préoccupation centrale. Grande penseuse de cette « éthique du care », l’universitaire féministe Joan Tronto prône également un monde plus égalitaire marqué par une meilleure répartition du « caring work », ce travail souvent dévalorisé par notre société capitaliste qui consiste à prendre soin les un·e·s des autres, mais aussi de l’environnement.

lire la suite

voir tout

Mode

Auparavant classés, les documents de la C.I.A. sur les ovnis sont désormais accessibles gratuitement

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.