Culte : Sugar Kane de Sonic Youth (1993)&nbsp

Article publié le 4 décembre 2015

Share :

Ou la toute première apparition de la jeune Chloë Sevigny en punkette nue. Yummy.

« Sugar Kane » est le troisième single tiré de l’un des meilleurs albums de Sonic Youth, Dirty, sorti en 1992 et c’est l’un de leurs titres les plus rock et rugueux du groupe avant-gardiste américain.
Dirigée par Nick Egan, artiste visuel proche des Sex Pistoles, de McLaren et de Vivienne Westwood, la vidéo a été tournée à New York et met en scène le groupe en train de jouer au milieu d’un défilé qui symbolise parfaitement la mode débraillée de l’époque. Il s’agissait en fait de la « Grunge Collection » créée par Marc Jacobs pour Perry Ellis en 1992.  Le designer était l’un des amis de la bassiste et chanteuse du groupe, l’ultra lookée Kim Gordon. La blonde a d’ailleurs par la suite posé pour lui dans une campagne Marc Jacobs, été shootée par Slimane pour Saint Laurent et a crée une ligne de vêtements pour Surface To Air. La vidéo est devenue mythique pour être la première apparence de Chloë Sevigny à l’écran, bien avant Kids. Kim l’avait rencontré dans les rues de New York, alors que la jeune fille bossait comme stagiaire chez Sassy magazine et avait flashé sur ses cheveux très courts et son aura punk. Elle en fera d’ailleurs sa mannequin fétiche quand elle fondera sa marque X-Girl, en 1993. Dans la vidéo, Chloé ose déjà (des années avant la fellation non simulée de Brown Bunny de Vincent Gallo) en défilant nue lors du show de Perry Ellis, ses bandes noires cachant ses parties intimes ayant été rajoutées à l’écran pour éviter la censure de MTV.

L’anecdote : Kim Gordon fut si séduite par Chloé dans ce clip, qu’elle récidiva en 1995 en la choisissant comme mannequin pour sa marque, dans une autre vidéo culte :

Les plus lus

> voir tout

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Musique

lire la suite

> voir tout

Vidéo

EGONLAB* DIGITAL SHOW SS21