Kemi Ade Magazine Antidote

Les sons de la semaine : Alice et Moi, TSHEGUE, Kemi Ade, Wit., ILOVEMAKONNEN et Makala.

Texte : Naomi Clément.
21/06/2019

Tous les vendredis, Antidote Magazine vous parle de ses sorties musicales favorites de la semaine. Voici celles de ce 21 juin.

Wit. et Laylow affrontent la mafia dans le nouveau clip de « Mama Mia »

En début d’année, Wit. offrait NĒO : une mixtape faite de productions bestiales et de textes lancinants, avec laquelle le rappeur montpelliérain se démarquait un peu plus des autres acteurs de la scène rap française. Désireux de nous immerger toujours plus profondément au cœur de son monde, le voilà qui revient aujourd’hui avec le clip de « Mama Mia », la quatrième piste de NĒO en collaboration avec Laylow, son collègue du collectif Digital Mundo.

Mise en ligne ce lundi 17 juin, la vidéo nous immerge dans une ambiance aussi mafieuse que futuriste. Plongés dans l’arrière-salle d’un club tenu par des yakuzas, où les verres de whisky sont servis par des femmes aux allures d’hologrammes, Wit. et Laylow se retrouvent impliqués dans une partie de poker qui, inévitablement, finit en bain de sang.

Alice et Moi, plus je-m’en-foutiste que jamais dans le clip de « J’en ai rien à faire »

Extrait de son dernier EP Frénésie paru en début d’année, « J’en ai rien à faire » est une ode à l’insouciance. « Je suis en retard pour voir des gens, J’te vois même pas j’ai pas le temps / On me mate dans le métro / J’me maquille ouais j’en mets trop ! », y chante avec nonchalance Alice et Moi. Une véritable invitation au lâcher-prise, à laquelle l’artiste donne aujourd’hui vie à travers un clip.

Co-réalisé avec Randolph Lungela, ce dernier expose une Alice et Moi totalement décomplexée, qui s’amuse des autres mais surtout d’elle-même, se montrant tour à tour narcissique, je m’en foutiste, sensuelle et grossière. Une belle façon pour la Française de célébrer l’arrivée de l’été, tout au long duquel elle enchaînera les festivals, du Montreux Jazz en Suisse le 10 juillet au Bruxelles Summer festival le 18 août en passant par Les Plages Pop du Cap Ferret le 16 juillet.

Makala nous ouvre les portes de sa Radio Suicide

« Quand j’écoute leurs tracks tu sais c’que j’entends ? « Makala sort l’album s’teuplaît » ». Voilà ce que Makala clamait sur « Gun Love Fiction », morceau phare de son projet éponyme sorti en 2017. Deux ans plus tard, le rappeur de Genève, membre du collectif SuperWakClique, donne sens à ces mots en dévoilant aujourd’hui son premier album : Radio Suicide.

Annoncé par la sortie du single « Goatier » et plusieurs vidéos teaser, ce disque de 21 pistes est marqué par l’empreinte de Varnish La Piscine, qui a entièrement produit l’album, et la présence de ses comparses Slimka et Rico TK. De « Savannah » (inspiré par l’iconique « Toxique » de Britney Spears) à « Brigitte Barbade » (aux influences davantage reggae), Radio Suicide expose avec force l’immense versatilité de Makala, qui s’impose de fait comme l’une des voix les plus novatrices de la scène rap francophone.

TSHEGUE de retour avec un puissant deuxième EP

Fruit de l’union entre la chanteuse Faty Sy Savanet et le percussioniste Nicolas « Dakou » Dacunha, TSHEGUE bouscule les codes. Avec Survivor, leur premier EP sorti en 2017, notamment porté par le titre « Muanapoto », ces deux Parisiens se sont imposés comme les créateurs d’une musique percutante, coincée quelque part entre électronique, punk débridé, et rythmiques aux influences africaines. Un véritable voyage entre les genres et les cultures, dans lequel Faty Sy Savanet mêle à la fois l’anglais et le lingala, langue de son Congo natal.

Fort de ce premier projet, qui les a menés sur la route de nombreux festivals, les deux musiciens sont de retour avec Telema. S’inscrivant dans la continuité de Survivor, ce nouvel EP précise un peu plus l’ADN musical si singulier du duo. « Telema, c’est une prise de conscience et une prise de confiance, nous avons réalisé qui nous étions, nous avons eu moins peur des mots. Tous les titres de cet EP forment une chaîne », décrit Faty dans un communiqué. « On est là pour resserrer les liens entre les cultures africaines et occidentales, c’est le devoir de notre génération de rester forts et soudés. » TSHEGUE se produira sur la scène des nouveaux imaginaires d’Afrique à Vitry-sur-Seine le 4 juillet prochain.

Kemi Ade délivre l’enivrante « Crown. »

Kemi Ade est l’une des nouvelles voix de la scène londonienne. Originaire de Croydon, une ville de la banlieue sud de Londres, cette jeune chanteuse propose une néo-soul inspirante, dans laquelle s’entrecroisent avec harmonie ses inspirations R’n’B, électronique et funk.

Un an après la sortie de « Honest. », un single notamment encensé par Complex, la jeune femme vient de présenter son tout nouveau titre : « Crown. ». Produite par MadeByMagic, cette délicate et envoûtante chanson célèbre l’empowerment au féminin, et prône l’égalité des sexes au sein des relations amoureuses. Un morceau enivrant, pour un week-end tout en douceur.

M3, le nouvel EP d’ILOVEMAKONNEN, est arrivé

En 2014, ILOVEMAKONNEN s’imposait en pole position des charts avec « Tuesday », un premier single en collaboration avec Drake. Certifié single de platine et nommé aux Grammy Awards, le titre a rapidement donné vie à deux EPs (ILOVEMAKONNEN en 2014 et I LOVE MAKONNEN 2 en 2015), et à l’album Drink More Water 6 (2016) avec lequel ce rappeur et producteur américain précisait sa musique entre hip-hop, R’n’B et indie.

Après un hiatus de trois ans, Makonnen Sheran (de son vrai nom) est de retour ce 21 juin avec un nouveau projet : M3. Précédé par les singles « Spendin’ » et « Drunk on Saturday », cet EP constitue le « rapport », le commentaire social de l’artiste vis-à-vis de la façon dont nous utilisons les réseaux sociaux.

Dans un entretien accordé à Pigeons & Planes, ILOVEMAKONNEN expliquait : « Ce qui m’a motivé à écrire cet EP, ce sont les interactions humaines en ligne, et la façon dont les jeunes générations tentent de communiquer via les réseaux sociaux. En faisant ces observations, j’ai étudié une multitude de sentiments émanant des fans, des gens, du public, de la culture… j’ai fait mon rapport à travers ma musique, et cet EP est né. »

À lire aussi :