Bamao Yendé et Le Diouck explosent les frontières avec l’EP « 55 Degrees »

Article publié le 13 mars 2020

Share :

Texte : Maxime Delcourt.
13/03/2020.

Le patron de Boukan Records dévoile un premier EP enregistré aux côtés de son acolyte Le Diouck, et s’impose définitivement comme le fervent défenseur d’une musique électronique brute, énergique et fiévreuse.

La carrière de Bamao Yendé est celle d’une idée : revisiter les codes de la sono mondiale pour mieux les confronter à différentes sonorités et les projeter dans le futur. Cette fois, c’est aux côtés de Le Diouck (son éternel acolyte, à côté duquel il s’était produit lors de la Halloween Party d’Antidote) que William Essef (son vrai nom) donne vie à ses intentions, et c’est toujours aussi impressionnant – à l’image du titre « Marvin Gueye », placé en ouverture de cet EP porté sur l’hybridation des genres.

55 Degrees est en effet de ces projets ouverts à toutes les excentricités, toutes les sensibilités, qui s’expriment aussi bien en français et en anglais que dans une grammaire réduite à l’essentiel.

Avec ce six-titres, idéal pour twerker en boîte, l’idée est simple : ne s’imposer aucune limite, et ambiancer les foules. Car si des morceaux comme « Gladys’s Knight » ou « Tommy Shelby » – hymne endiablé dédié au héros de Peaky Blinders – trahissent une virtuosité dans l’exécution, la musique de Bamao Yendé et Le Diouck se double d’une efficacité indéniable, comme si elle ne cherchait à confronter les esthétiques (R&B, afrobeat, cloud rap, kuduro, UK garage, etc.) que pour mieux se réduire à l’essentiel : la transe.

Avec 55 Degrees, il s’agit aussi pour les deux comparses de présenter la Fédération du Boukan, qui s’annonce très active à partir de septembre – une compilation collective est notamment prévue. Pour rappel, Boukan Records est ce label de Cergy, au nord-ouest de Paris, qui enthousiasme à chacune de ses sorties. Ça l’était déjà à l’époque où Bamao Yendé, véritable activiste de la fête parisienne, assurait ses mixes au Mellotron ou sur les ondes de Rinse France. Ça l’est de nouveau avec cet EP tellement riche en nuances et en propositions qu’il semble impossible de l’enfermer dans une catégorie précise.

À lire aussi :

Les plus lus

> voir tout

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Musique

Sound 83 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

L’artiste espagnol, dont le DJ set lors de la Desire Party d’Antidote a révélé tout le talent, est de retour avec un troisième mix exclusif pour MagazineAntidote.com. Listen to the beat.

Musique

Sound 82 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set incandescent lors de la dernière soirée d’Antidote (célébrant la sortie du numéro Desire), et dévoilé un premier mix composé en exclusivité pour notre site la semaine dernière, le jeune virtuose des platines Vittos est de retour cette semaine avec un second mix électronique inédit. Enjoy.

Musique

Sound 81 : le premier mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set magnétique lors de la Desire Party célébrant la sortie de notre numéro printemps-été 2020, l’artiste espagnol Vittos s’apprête à dévoiler quatre mixes exclusifs sur Antidote (au rythme d’un par semaine), dont voici le tout premier. À écouter sans modération.

Musique

Interview : le rappeur emo-futuriste Laylow sort un album sur une intelligence artificielle

Persuadé à raison d’évoluer en marge d’un rap français obsédé par les streams, Laylow fait de son premier véritable album, « Trinity », une œuvre radicale où son verbe se fait économe, au service d’un univers extrêmement visuel. L’opus tire son nom d’une intelligence artificielle inventée, conseillant le rappeur dans sa vie émotionnelle. Rencontre.

Musique

Yseult : « Je n’ai plus peur de me montrer telle que je suis »

Avec sa musique introspective située entre pop et trap, fruit de son inébranlable désir d’émancipation, Yseult a marqué l’année 2019 de son sceau flamboyant. 2020 lui tend les bras.

Musique

lire la suite

> voir tout

Musique

Découvrez la première série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE