Qui est Déborah Lukumuena, l’étoile montante du cinéma français ?

Article publié le 13 mars 2017

Share :

Texte : Alice Pfeiffer
Photo : Olgaç Bozalp pour Magazine Antidote : Borders été 2017

Âgée de 22 ans, l’actrice autodidacte vient de remporter le prix du meilleur second rôle pour son rôle dans Divines. Rencontre avec Déborah Lukumuena, jeune femme au parcours atypique et furieusement passionné.

Fin février, les nominations des Césars 2017 tombent. Là, dans la catégorie de la meilleure actrice dans un second rôle, entre Nathalie Baye et Valeria Bruni Tedeschi, un nom moins habitué du cinéma français est dévoilé : celui de Déborah Lukumuena, qui incarne le personnage de Maimouna dans le film Divines de Houda Benyamina.

La jeune femme d’Épinay-sous-Sénart, autodidacte et découverte dans ce rôle gagne le prix, rarissime pour une première apparition. Pour cette même incarnation elle reçoit également la récompense de la meilleure actrice au festival de Carthage 2016, ex-æquo avec Oulaya Amamra, jouant le personnage principal ; puis le prix Lumières du meilleur espoir féminin 2017.

Âgée de 22 ans, Déborah est l’une des figures montantes d’un nouveau cinéma français. Elle apparaît dans le numéro Borders d’Antidote et répond aujourd’hui à nos questions sur les diverses frontières de son parcours.

Chemise en popeline, Maison Margiela. Manteau asymétrique à empiècements, Joseph.
Réalisation : Yann Weber. Casting : Élodie Yelmani. Maquillage : Tiziana Raimondo @ Atomo Management

Que symbolise ce prix pour toi ?
Je ne m’attentais pas à gagner ce prix, le simple fait d’être nominée dans cette catégorie me semblait déjà irréel.
Maintenant, je ressens une forme de responsabilité : je suis impatiente de montrer combien j’aime mon métier, son histoire, l’art de jouer, et que je ne suis pas là pour tout ce qui est autour.
J’ai envie d’aller voir d’autres univers. La série Les Tudors et l’interprétation de Jonathan Rhys-Meyer m’ont donné envie de jouer, alors un film à costumes pourrait être intéressant.

Tu es autodidacte : quelles sont les forces et les frontières d’un tel apprentissage ?
Je suis effectivement autodidacte. Avant de rencontrer Houda [la réalisatrice de Divines], je voulais m’inscrire dans un conservatoire de quartier. J’ai répondu à une annonce, je pensais initialement faire de la figuration et ce n’est que par la suite que j’ai appris que j’avais été retenue pour ce rôle.
Pour l’audition, on m’a fait faire une scène de deal, où le personnage principal accuse Maimouna de n’être pas digne de sa confiance. Ma réaction allait être le test. Le côté ingrat et le manque de reconnaissance de cette interaction sont des émotions qui m’ont touchée personnellement, qui m’ont guidée dans cet essai, et plus tard, au fil du rôle. C’était le début du long parcours d’une identification à celle que je jouais.
Aujourd’hui, je veux m’inscrire au conservatoire, mais ne veux pas perdre le côté autodidacte, la spontanéité, la naïveté et la fraicheur qui vont avec ; cela dit, ça peut s’entretenir et se travailler.

Quelles sont les frontières entre Maimouna et toi ? [spoiler]
Le personnage de Maimouna a suscité beaucoup de vives réactions. La première fois, c’était à Cannes, le 19 mai 2016, et on le voyait pour la première fois ; des critiques l’avaient déjà visionné et nous ont applaudis lorsque l’on est rentré dans la salle de projection, ils avait l’air tellement émus.

Encore aujourd’hui, des gens viennent me voir et me disent : « mais t’es pas morte ! ». Certains sont bouleversés, angoissés, touchés par le rôle – car le personnage le plus pur meurt et c’est pour ça que le film perturbe autant.
Pourtant, cette mort a un rôle narratif puissant qui apporte quelque chose au film : cette amitié est si belle, et Maimouna se sacrifie presque volontairement pour racheter les péchés de Dounia ; sa mort est la seule chose qui la fera finalement s’agenouiller, regarder le ciel et demander pardon à la fin du film, donnant à ce dernier une qualité presque christique. Le sort de mon personnage sert une fonction vitale au récit… et moi je suis encore en vie !

Sweatshirt nuisette en satin et dentelle, Fenty Puma by Rihanna. Pantalon en jersey, AMI Alexandre Mattiussi.
Réalisation : Yann Weber. Casting : Élodie Yelmani. Maquillage : Tiziana Raimondo @ Atomo Management

Ta vie a du radicalement changer : comment le vis-tu ?
Je savoure cet instant, ces prix, ces articles, on a travaillé dur pour en arriver là. Je suis néanmoins quelqu’un d’assez pragmatique et je pense à l’avenir. Je lis, je m’instruis, je regarde des films, pour construire une sorte de navire qui me portera jusqu’aux prochaines aventures. Ma mère est mon garde-fou, elle veille à ce que je garde les pieds sur terre, que je ne prenne pas la grosse tête. Je vis encore avec elle, là ou j’ai grandi. Je lis des scénarios, j’ai pris des masterclass de théâtre, je prends le temps d’observer et de réfléchir à mon futur.

Le cinéma a-t-il évolué ?
Il fait preuve d’une évolution lente mais qui est en marche, démontrant qu’il n’y a pas d’unique discours, couleur, talent, forme. En temps de tempêtes politiques, c’est très important.
Je suis moi-même un personnage assez atypique. Je suis une femme noire débutante et avec des formes, donc je sors de la « norme » dominante de quatre façons différentes. C’est donc un symbole merveilleux pour moi que d’être récompensée par ce César. Des personnes avec trois ou quatre de ces caractéristiques m’ont contacté pour me dire que ma mise en lumière avait été un message d’espoir, le début d’un changement.

T’intéresses-tu à la mode ?
Oui, mais elle est pleine de paradoxes et encore habitée par de grandes limites : elle a du mal à habiller des corps dépassant une taille 42. Néanmoins, j’aime beaucoup Jean Paul Gaultier, cet enfant terrible qui casse les codes et tutoie les sommets ; j’aime sa façon d’aller là ou on ne l’attend pas, faire de l’insolite, de l’inédit. Ce qu’il est à la mode, mon objectif est de l’être au cinéma.

Les photos de cet article sont extraites du Magazine Antidote : Borders été 2017

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

lire la suite

> voir tout

Art

Jusqu’au 21 juin, le photographe Ilyes Griyeb vend ses clichés en ligne au profit du comité La Vérité pour Adama