Pourquoi les frontières nous concernent-elles tous ?

Article publié le 23 février 2017

Texte : Yann Weber
Photo : Olgaç Bozalp pour Magazine Antidote : Borders été 2017

Pour son numéro été 2017, Antidote a choisi d’explorer le thème politique et essentiel des frontières. Dans son édito « Horizon 2017 », Yann Weber, directeur de la rédaction, raconte Borders, son photographe Olgaç Bozalp, son contenu et les contributeurs qui ont participé à sa réalisation.

Parler des frontières pour mieux les abolir. Voilà le dessein de ce nouveau numéro d’Antidote : Borders. Un magazine plus engagé que les précédents, parce que la presse mode ne peut plus se prétendre hermétique au monde qui l’entoure, à ses bouleversements politiques et aux événements qui menacent son intégrité. L’investiture de Trump, la crise des migrants ou le débat autour de la laïcité sont autant de rappels qu’il est de notre devoir commun de promouvoir et d’œuvrer en faveur d’une paix universelle. Au détriment des oppresseurs, des dictateurs, des manipulateurs, ensemble et solidaires. Quels que soient la couleur, le sexe ou la religion de chacun.

Il n’y a pas de frontière que l’on puisse imposer au temps. Et l’Histoire s’est toujours bien chargée de nous le rappeler, du mur de Berlin à l’arrivée d’Internet, ce territoire transnational générateur de connexions. Car les échanges et les mélanges sont d’extraordinaires vecteurs d’enrichissement. D’abord au niveau culturel. Telle est la solution à l’intolérance et le remède à toute forme de discrimination.

Apprendre à connaître l’autre pour mieux vivre ensemble. C’est précisément ce pour quoi milite la collection de clichés d’Olgaç Bozalp, photographe turc basé à Londres à qui a été confiée la réalisation de ce nouveau numéro d’Antidote ; un diaporama de visages, de paysages et d’identités différents, au-delà des stéréotypes mortifères. Ceux qu’il photographie ici sont étudiant au Cap, mannequin à Londres, chauffeur à Istanbul, réfugié à Beyrouth, actrice à Paris ou amants à Téhéran. Un casting comme un parti-pris, l’envie de montrer autre chose. La réalité, peut-être.

Elle est parfois sublime, parfois douloureuse, surtout individuelle. On le comprend à travers les témoignages d’Hamadou Fréderic Baldé, métis « born in translation », Vikken, DJ et performeur transgenre, Regina Demina, artiste élevée en banlieue, ou encore Abdellah Taïa, écrivain marocain homosexuel. Des récits personnels et intimes qui bousculent et défient les normes en vigueur.

Pour une conception du monde non plus binaire mais multiple où toute séparation ne serait que prétexte au rassemblement, où toute limite n’indiquerait que l’existence d’un domaine à explorer et où toute porte ne marquerait que le seuil d’un avenir meilleur. Il se profile déjà, à l’horizon.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Mode

La lingerie féminine s’émancipe des diktats

Une nouvelle vague de designers remet en question les standards corporels de beauté à travers leurs pièces de lingerie avant-gardistes, défaites des impératifs patriarcaux liés au male gaze.

Mode

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Mode

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

Mode

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Mode

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Mode

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

lire la suite

> voir tout

Mode

Réclamant un arrêt du décompte des votes à mesure que les chances de Donald Trump d’être réélu s’amenuisent, des républicain·e·s parfois armé·e·s ont essayé de s’introduire dans des centres de dépouillement

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.