Pourquoi les frontières nous concernent-elles tous ?

Article publié le 23 février 2017

Share :

Texte : Yann Weber
Photo : Olgaç Bozalp pour Magazine Antidote : Borders été 2017

Pour son numéro été 2017, Antidote a choisi d’explorer le thème politique et essentiel des frontières. Dans son édito « Horizon 2017 », Yann Weber, directeur de la rédaction, raconte Borders, son photographe Olgaç Bozalp, son contenu et les contributeurs qui ont participé à sa réalisation.

Parler des frontières pour mieux les abolir. Voilà le dessein de ce nouveau numéro d’Antidote : Borders. Un magazine plus engagé que les précédents, parce que la presse mode ne peut plus se prétendre hermétique au monde qui l’entoure, à ses bouleversements politiques et aux événements qui menacent son intégrité. L’investiture de Trump, la crise des migrants ou le débat autour de la laïcité sont autant de rappels qu’il est de notre devoir commun de promouvoir et d’œuvrer en faveur d’une paix universelle. Au détriment des oppresseurs, des dictateurs, des manipulateurs, ensemble et solidaires. Quels que soient la couleur, le sexe ou la religion de chacun.

Il n’y a pas de frontière que l’on puisse imposer au temps. Et l’Histoire s’est toujours bien chargée de nous le rappeler, du mur de Berlin à l’arrivée d’Internet, ce territoire transnational générateur de connexions. Car les échanges et les mélanges sont d’extraordinaires vecteurs d’enrichissement. D’abord au niveau culturel. Telle est la solution à l’intolérance et le remède à toute forme de discrimination.

Apprendre à connaître l’autre pour mieux vivre ensemble. C’est précisément ce pour quoi milite la collection de clichés d’Olgaç Bozalp, photographe turc basé à Londres à qui a été confiée la réalisation de ce nouveau numéro d’Antidote ; un diaporama de visages, de paysages et d’identités différents, au-delà des stéréotypes mortifères. Ceux qu’il photographie ici sont étudiant au Cap, mannequin à Londres, chauffeur à Istanbul, réfugié à Beyrouth, actrice à Paris ou amants à Téhéran. Un casting comme un parti-pris, l’envie de montrer autre chose. La réalité, peut-être.

Elle est parfois sublime, parfois douloureuse, surtout individuelle. On le comprend à travers les témoignages d’Hamadou Fréderic Baldé, métis « born in translation », Vikken, DJ et performeur transgenre, Regina Demina, artiste élevée en banlieue, ou encore Abdellah Taïa, écrivain marocain homosexuel. Des récits personnels et intimes qui bousculent et défient les normes en vigueur.

Pour une conception du monde non plus binaire mais multiple où toute séparation ne serait que prétexte au rassemblement, où toute limite n’indiquerait que l’existence d’un domaine à explorer et où toute porte ne marquerait que le seuil d’un avenir meilleur. Il se profile déjà, à l’horizon.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars