Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris ?

Article publié le 14 mars 2017

Share :

Texte : Alice Pfeiffer
Photo : Saint Laurent automne-hiver 2017-2018

Jupe-tapis de voiture, base spatiale et guerre de générations : Antidote présente 10 moments qui concluent la saison des défilés de prêt-à-porter féminin hivernal 2017.

La fashion week parisienne conclue 4 semaines de marathon aux nouvelles quasi-quotidiennes : la dernière collection de Clare Waight Keller pour Chloé, le 100ème défilé de Dries Van Noten, les premiers shows de Atlein et Afterhomework alimentent les fils Instagram comme les discussions. Les tendances, elles, marquent le début d’une douce évolution depuis le sportswear, l’androgyne vers des coupes sexy, du féminin assumé, des lieux historiques – revues de façon conceptuelle et riches en références. Nos 10 moments immanquables.

PARIS : GRANDIOSE ET HISTORIQUE

Fenty Puma by Rihanna automne-hiver 2017-2018

Cela fait plusieurs saisons que la fashion week convoquait les journalistes dans des boites de nuit, installait ses sièges entre des machines à fumée et des distributeurs de poppers, comme pour signaler l’entrée en territoire underground.
Cette saison, les marques posent plutôt leurs valises dans des lieux majestueux, où les tenues de demain contrastent avec l’historicité du lieu. Ainsi Koché abandonne le forum des Halles pour aller défiler aux Folies Bergères ; Fenty présente une collection sexy et sportive dans une des branches anciennes de la Bibliothèque Nationale de France, et Louis Vuitton couronne la semaine en installant son podium au Louvre. Une façon de réconcilier passé et présent.

LE RETOUR : L’ÉTERNEL FÉMININ

De gauche à droite : Koché automne-hiver 2017-2018, Jacquemus automne-hiver 2017-2018, Jourden automne-hiver 2017-2018 et Atlein automne-hiver 2017-2018

Si l’androgyne, le tomboy et le genderless ont rhabillé les podiums ces derniers temps, un autre pendant voit le jour, en contraste radicale : un retour à l’éternel féminin.
Jourden présente une collection de robes aux jupons et froufrous, portées comme des robes d’enfants ; Atlein, pour son premier défilé, dévoile une collection de robes en jersey impeccablement coupées ; Jacquemus, lui, met en avant des tenues inspirés de la culture « gitane », mélange longues jupes et veste de blazer façon Matador ; et Koché s’éloigne de son streetwear couture pour proposer des robes en soies sensuelles.

L’ACCESSOIRE : LA BOTTE SAINT LAURENT

Saint Laurent automne-hiver 2017-2018

Pour son deuxième défilé à la tête de la maison Saint Laurent, Anthony Vacarello lançait une botte hivernale au talon conique, au cuir à l’effet retroussé couleur camel, noir ou bleu nuit. Un retour au confort apportant une note plus casual à une collection sexy et destinée à la nuit.

LE REMIX : OFF-WHITE

Off-White automne-hiver 2017-2018

Dans un interview avec le GQ, Raf Simons disait du créateur Virgil Abloh, à la tête du label Off/White, qu’il n’avait rien inventé. En réponse à celui qu’il décrit comme son maitre, le styliste américain intitule son show ‘Nothing New’. Et remet au centre la question du remix, de la relecture et de la réinvention en 2017.

LA TENDANCE : TUNING COUTURE

Balenciaga automne-hiver 2017-2018

Demna Gvasalia, adepte de détournements ludiques et luxueux, reprend les codes d’une voiture (il en aurait acquis une cette saison) : jupe portefeuille-tapis de voiture, clutch-rétroviseur, boucles d’oreilles-boucle de ceinture de sécurité. La mode du tuning, version couture.

LA BANDE-SON : KOCHÉ

Comme chaque saison, Koché fait appel au collectif Aamourocéan qui crée une œuvre sonore en adéquation avec le défilé. Résultat, un remix des compositeurs minimalistes Steve Reich et Avro Pärt, de la chanteuse Julee Cruise (cf. la bande originale de Twin Peaks), du musicien électro soutenu par Skrillex, Porter Robinson. Un mélange des genres et des époques à l’image de la marque.

LE REFRAIN : HIT ME BABY ONE MORE TIME

De gauche à droite : Esteban Cortazar automne-hiver 2017-2018, Louis Vuitton automne-hiver 2017-2018 et Fenty Puma by Rihanna automne-hiver 2017.

Britney Spears aurait-elle été avant-gardiste sans le savoir ? Une chose est sûre, le chic écolière revient, depuis les tenues mi-pom pom girl mi-uniforme scolaire de collèges américains chez Fenty ; du kilt à n’en plus finir chez Esteban Cortazar ; des jupes plissée chez Louis Vuitton. One more time.

LA MANNEQUIN : HIANDRA MARTINEZ

De gauche à droite : Saint Laurent automne-hiver 2017-2018, Loewe automne-hiver 2017-2018, Stella McCartney automne-hiver 2017-2018 et Chanel automne-hiver 2017-2018.

Des nattes plaquées, un visage mutin, et une pelle roulée à Selena Forrest, voilà comment Hiandra Martinez explose dans la mode : à l’affiche de la campagne actuelle Saint Laurent, pour qui elle défile également cette saison. Et ça ne s’arrête pas là, elle apparaît aussi sur les catwalk Chanel, Stella McCartney, Loewe… sans oublier la couverture d’Antidote : Borders. Et vient de dépasser la frontière entre new face et top.

LE WOW EFFECT : CHANEL

Chanel automne-hiver 2017-2018

Les journalistes pensaient avoir tout vu : supermarché, brasserie géante ou fausse rue furent par le passé recrées dans le Grand Palais. Cette saison, Chanel construit une base spatiale avec, au cœur, une fusée autour de laquelle défilent les mannequins. À la fin, le public n’est pas au bout de ses surprises : de la fumée émane de la machine, des lumières clignote et celle-ci décolle (presque). Vers l’infini et au delà des Champs-Elysées.

À SUIVRE : OTTOLINGER

Ottolinger automne-hiver 2017-2018

Pour sa première présentation parisienne, le label émergent Ottolinger, lancé par le duo suisse Christa Bösch et Cosima Gadien, imagine une ornementation à base de déchirure, de brulures et découpes punk – hauts calcinés ou jupes de feutre frangés mains. Pour rajouter à l’aspect artisanal détourné, la collection est présentée avec des sacs en argile sculpté main. Une pratique d’atelier emportée dans l’underground.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars