Les « Yeezy Homes », ces habitations futuristes imaginées par Kanye West pour loger les SDF, ont été démolies

Article publié le 11 septembre 2019

Photo :  Prototypes de « Yeezy Homes ».
11/09/2019

Le rappeur ne disposant pas du permis de construire nécessaire, le comté de Los Angeles l’a obligé à détruire les premiers prototypes de ces habitations conceptuelles en forme de dômes.

À la tête d’une fortune de 240 millions de dollars selon le magazine Forbes, Kanye West se veut aussi philanthrope que sa femme Kim Kardashian, devenue spécialiste dans la libération de prisonniers. Déjà maître de cérémonie de son désormais très médiatique « Sunday Service » (une sorte de messe gospel 2.0 organisée le dimanche, lors de laquelle il chante et prêche la bonne parole devant une assemblée qui compte plusieurs célébrités), le rappeur s’est également donné pour mission de remédier à la crise du logement qui frappe Los Angeles. Tristement surnommée la « capitale mondiale des SDF », la cité californienne abriterait en effet 60 000 sans-abris. Une situation déplorable que la marque de Kanye West, Yeezy, s’apprêtait à améliorer en se lançant dans la construction de maisons en forme de dômes, destinées aux plus démunis.

Mais comme l’annonce le site américain TMZ, les premiers prototypes de ces logements sociaux baptisés « Yeezy Homes », construits cet été sur un terrain de plus de 200 hectares situé sur les collines de la très huppée ville de Calabasas (non loin de là où le chanteur vit avec sa famille, dans une immense villa), ont dû être démolis sur ordre du département des travaux publics de Los Angeles. Car aussi louable que soit ce projet, aucun permis de construire n’a en réalité été accordé pour le concrétiser. Une infraction au code du bâtiment local découverte lors de la visite d’un inspecteur dépêché sur place suite aux nombreuses plaintes émanant des voisins de la star, dérangés la nuit ou encore le dimanche par les bruits des travaux de construction qui auraient eu lieu dans l’illégalité.

Photo : Maisons sur la planète fictive de Tatooine, Star Wars.

Annoncée pour la première fois en mai 2018 sur le compte Twitter de Kanye West, cette volonté de construire des logements à loyers modérés s’ajoute à la liste des nombreuses initiatives lancées par des célébrités soucieuses d’aider les populations dans le besoin, là où les gouvernements échouent. Inspirés par les maisons en forme d’igloo à l’allure futuriste de la planète Tatooine où Luke Skywalker a grandi dans Star Wars, les dômes préfabriqués en bois et béton du rappeur devenu créateur de mode et désormais promoteur immobilier pourraient cependant voir le jour ailleurs. Plus précisément : dans le Wyoming, au nord-ouest des États-Unis, où Kanye West vient d’acquérir un immense ranch lacustre, pour la modique somme de 14 millions de dollars. Quoiqu’il en soit, si l’on ne sait pas encore si ce projet « Yeezy Home » verra finalement le jour, le nouvel album de Kanye West intitulé Jesus is King, dont la tracklist et la date de sortie avaient étées dévoilées précédemment par Kim Kardashian, devrait bel et bien sortir ce mois-ci. 

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Trouble dissociatif de l’identité : à quoi ressemble la vie des personnes possédant plusieurs personnalités ?

Découvert par certain·e·s sur les réseaux sociaux via des influenceur·se·s comme @we.are.olympe ou à l’écran, dans sa version fictive, à travers le film Split (2016), le trouble dissociatif de l’identité (TDI) fascine ou effraie. Mais pour ceux·celles qui vivent avec plusieurs « alters » dans un seul corps, il s’agit surtout d’un mécanisme psychique de protection qui fait suite à des traumatismes extrêmes, tels que des violences sexuelles répétées pendant l’enfance. Classifié par l’OMS, il toucherait près de 1 % de la population, à des degrés divers. Pourtant, au sein même de la communauté scientifique, le TDI peine à être reconnu. 

Lire la suite

Dissociative Identity Disorder: what is life like for people with multiple personalities?

Introduced to many on social media via influencers such as @we.are.olympe, or in a fictionalized form in the movie Split (2016), Dissociative Identity Disorder (DID) can be both fascinating and frightening. But for those who live with several “alters” in one body, it is mainly a psychic protection mechanism that follows extreme traumas such as repeated sexual violence during childhood. Classified by the WHO, it affects nearly 1% of the population to varying degrees. However, even within the scientific community, DID is still not widely recognized.

Lire la suite

Maxime Retailleau’s editorial for the new issue of Antidote

« Who’s Who? »

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.