Les « Yeezy Homes », ces habitations futuristes imaginées par Kanye West pour loger les SDF, ont été démolies

Article publié le 11 septembre 2019

Photo :  Prototypes de « Yeezy Homes ».
11/09/2019

Le rappeur ne disposant pas du permis de construire nécessaire, le comté de Los Angeles l’a obligé à détruire les premiers prototypes de ces habitations conceptuelles en forme de dômes.

À la tête d’une fortune de 240 millions de dollars selon le magazine Forbes, Kanye West se veut aussi philanthrope que sa femme Kim Kardashian, devenue spécialiste dans la libération de prisonniers. Déjà maître de cérémonie de son désormais très médiatique « Sunday Service » (une sorte de messe gospel 2.0 organisée le dimanche, lors de laquelle il chante et prêche la bonne parole devant une assemblée qui compte plusieurs célébrités), le rappeur s’est également donné pour mission de remédier à la crise du logement qui frappe Los Angeles. Tristement surnommée la « capitale mondiale des SDF », la cité californienne abriterait en effet 60 000 sans-abris. Une situation déplorable que la marque de Kanye West, Yeezy, s’apprêtait à améliorer en se lançant dans la construction de maisons en forme de dômes, destinées aux plus démunis.

Mais comme l’annonce le site américain TMZ, les premiers prototypes de ces logements sociaux baptisés « Yeezy Homes », construits cet été sur un terrain de plus de 200 hectares situé sur les collines de la très huppée ville de Calabasas (non loin de là où le chanteur vit avec sa famille, dans une immense villa), ont dû être démolis sur ordre du département des travaux publics de Los Angeles. Car aussi louable que soit ce projet, aucun permis de construire n’a en réalité été accordé pour le concrétiser. Une infraction au code du bâtiment local découverte lors de la visite d’un inspecteur dépêché sur place suite aux nombreuses plaintes émanant des voisins de la star, dérangés la nuit ou encore le dimanche par les bruits des travaux de construction qui auraient eu lieu dans l’illégalité.

Photo : Maisons sur la planète fictive de Tatooine, Star Wars.

Annoncée pour la première fois en mai 2018 sur le compte Twitter de Kanye West, cette volonté de construire des logements à loyers modérés s’ajoute à la liste des nombreuses initiatives lancées par des célébrités soucieuses d’aider les populations dans le besoin, là où les gouvernements échouent. Inspirés par les maisons en forme d’igloo à l’allure futuriste de la planète Tatooine où Luke Skywalker a grandi dans Star Wars, les dômes préfabriqués en bois et béton du rappeur devenu créateur de mode et désormais promoteur immobilier pourraient cependant voir le jour ailleurs. Plus précisément : dans le Wyoming, au nord-ouest des États-Unis, où Kanye West vient d’acquérir un immense ranch lacustre, pour la modique somme de 14 millions de dollars. Quoiqu’il en soit, si l’on ne sait pas encore si ce projet « Yeezy Home » verra finalement le jour, le nouvel album de Kanye West intitulé Jesus is King, dont la tracklist et la date de sortie avaient étées dévoilées précédemment par Kim Kardashian, devrait bel et bien sortir ce mois-ci. 

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Nabilla Vergara : « Je ne pensais pas que j’allais réussir »

Alors que sort Nabilla : sans filtre, le premier docu-réalité dédié à l’ex-candidate de téléréalité, celle-ci se livre sur ses business, sa vie de famille à Dubaï et les épreuves qu’elle a dû traverser. Longtemps méprisée par l’intelligentsia parisienne, Nabilla Vergara est désormais détentrice d’un petit empire reposant sur ses près de 7 millions de followers sur Instagram et sa marque de cosmétique. Devenue l’une des plus puissantes influenceuses françaises, elle est parvenue à faire de ses rêves une réalité. 

Lire la suite

Les Radical Faeries : à la recherche du « Gay Spirit »

À la fin des seventies, deux militants gays lancent le mouvement Radical Faeries, mélange de paganisme, d’idéologie marxiste, des balbutiements de l’écologie, de New Age hippie, d’empowerment, de psychédélisme, de spiritualité et de sexe libre à gogo, qui s’exprime au travers de grands rassemblements et renoue avec une sorte de transcendantalisme homosexuel. Une idéologie hybride et foutraque conviant à explorer le spectre du genre par-delà le binarisme normatif, qui a essaimé tout autour du monde et reste encore vivace aujourd’hui.

Lire la suite

Radical Faeries: in search of the “Gay Spirit”

In the late seventies, two gay activists launched the Radical Faeries movement – a blend of paganism, Marxist ideology, early environmentalism, New Age hippydom, empowerment, psychedelia, spirituality and sexual liberation a-go-go taking the form of big gatherings – and renewed a sort of homosexual transcendentalism. A zany, hybrid ideology that urged us to explore the gender spectrum beyond cis-normativity, spread throughout the world and thrives to this day.

Lire la suite

Interview with Corine Sombrun, defender of the virtues of trance

In Mongolia in 2001, Corine Sombrun received the “shamanic spark” when she suddenly entered a trance state during a ritual ceremony. A totally unexpected revelation, followed by a long training process that she continues to this day, while collaborating with researchers in order to demonstrate that trance is a cognitive phenomenon. Beyond the quest for its therapeutic virtues, the author also questions its impact on our relationship to the living and the sacred.

Lire la suite

Rencontre avec Corine Sombrun, défenseuse des vertus de la transe

En 2001, en Mongolie, Corine Sombrun reçoit « l’étincelle chamanique » alors qu’elle entre subitement en transe lors d’une cérémonie rituelle. Une révélation totalement inattendue, suivie d’une longue formation qu’elle poursuit tout en collaborant en parallèle avec des chercheur•se•s afin de démontrer que la transe est un phénomène cognitif. Par-delà la quête de ses vertus thérapeutiques, l’autrice s’interroge également sur son impact à l’égard de notre rapport au vivant et au sacré.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.