Peter Lindbergh, l’un des plus grands photographes de mode, est décédé

Article publié le 4 septembre 2019

Photo : Peter Lindbergh.
04/09/2019

Célèbre pour ses photographies en noir et blanc et pour avoir contribué à l’émergence des supermodèles à la fin des années 80, le photographe allemand est mort ce mardi 3 septembre, a annoncé aujourd’hui sa famille. Il avait 74 ans.

Il était l’un des plus grands photographes de mode de notre époque. Révéré pour la beauté de ses clichés en noir et blanc, Peter Lindbergh s’est éteint à l’âge de 74 ans ce mardi 3 septembre. Une triste nouvelle annoncée aujourd’hui dans un communiqué transmis à l’AFP par sa famille. « Il laisse derrière lui son épouse Petra, sa première épouse Astrid, quatre fils : Benjamin, Jérémy, Simon, Joseph, et sept petits-enfants » écrit-elle sans donner plus de précisions quant à la cause du décès de celui qui était « considéré comme un pionnier dans son art », et avait fait l’objet d’une rétrospective au Kunsthal de Rotterdam pour ses quarante ans de carrière, en 2016.

Né en 1944 à Leszno, aujourd’hui en Pologne, Peter Lindbergh – de son vrai nom Peter Brodbeck – a ensuite grandi dans la ville de Duisbourg en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, une région très industrialisée située dans l’Ouest de l’Allemagne. Étudiant à l’Académie des arts de Berlin dans les années 60, il se passionne pour la sculpture et le cinéma expressionniste allemand de l’entre-deux-guerres tels que les films de Fritz Lang, dans lesquels il puisse l’atmosphère mélancolique et le noir et blanc qui infuseront plus tard son œuvre, et l’aideront à révolutionner la photographie de mode au sortir des années 80. Grand admirateur de la peinture de Vincent Van Gogh, il part ensuite à Arles pendant un an pour suivre les traces de l’artiste avant de s’installer en 1971 à Düsseldorf. Il y devient l’assistant du photographe Hans Lux, avant de publier ses propres clichés au sein du célèbre magazine allemand Stern, qui collabore alors avec des légendes de la photographie de mode comme Guy Bourdin et Helmut Newton.

Installé à Paris en 1978 pour y poursuivre sa carrière, Peter Lindbergh contribue dix ans plus tard à l’émergence d’un nouvelle génération de mannequins et inaugure l’ère des supermodèles qui définira la décennie 90 lorsqu’il photographie sur une plage de Santa Monica Linda Evangelista, Karen Alexander, Christy Turlington, Estelle Lefébure, Tatjana Patitz et Rachel Williams sans fard, la coiffure naturelle et simplement vêtues d’une chemise immaculée. Une esthétique dépouillée, presque minimaliste et un réalisme brut à la Sally Mann renforcée par un noir et blanc grainé qui contraste avec le style de l’époque et deviendra, avec les portraits sur fond de paysage industriel, sa marque de fabrique. Car ce qui intéresse avant tout Peter Lindbergh, c’est de capturer la personnalité des femmes devant son objectif, leur beauté naturelle. « Il a su redéfinir la photographie de mode contemporaine et ses standards de beauté en sublimant les femmes de tout âge », peut-on lire dans le communiqué.

Photo : Peter Lindbergh, 1988.

Kate Moss, Naomi Campbell, Stella Tennant, Shalom Harlow, Catherine Deneuve… sur ses clichés la figure féminine apparaît indépendante, forte et toujours libre. Une constante et une approche féministe qui le conduira, chose exceptionnelle, à réaliser trois fois le calendrier Pirelli, en 1996, 2002 et 2017. 

Son amour pour le naturel transparaît également sur nombre de ses photographies prenant pour décor les plages du Touquet ou de Deauville qui lui rappelaient sans doute celles, vastes, des Pays-Bas où il passait ses vacances étant enfant. Sur son compte Instagram très régulièrement agrémenté de nouveaux posts, c’est par la photo de l’un de ces sets installé sur le sable, face à l’étendue infinie de la mer qu’a été annoncée sa disparition.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Antidote Fanzine x Burberry : Comment Riccardo Tisci refaçonne l’ADN de Burberry ?

Ce n’était pas encore une Maison mais plutôt une Mansion. Une very British Mansion devenue le temple vestimentaire-mais-pas-que de la culture anglaise. Une sorte de monument dont la splendeur n’effraie plus tant on y est habitué. Puis soudain, en mars 2019, une arrivée a bousculé les traditions. Celle de Riccardo Tisci, nommé chief creative officer de Burberry, après 13 années passées à la direction artistique de Givenchy et un intermezzo de quelques mois au sein de sa famille, près du lac de Côme.

Lire la suite

Retrouvez les photos de la soirée Antidote organisée durant la Fashion Week homme printemps-été 2023

Samedi 25 juin, Antidote organisait une nouvelle soirée au Silencio, à l’occasion de la Fashion Week masculine de Paris printemps-été 2023. Retour sur un événement qu’il ne fallait pas manquer, marqué par une série de DJ sets de Panteros666, Jeune Pouce et Housewife 9, entrecoupée d’une performance live du rappeur Michel.

Lire la suite

Rencontre avec le fondateur du label A-Cold-Wall* Samuel Ross, à l’occasion de la sortie de sa nouvelle sneaker

À l’occasion du lancement chez 3537 de la nouvelle Converse Sponge Crater, née de la collaboration entre le fondateur du label britannique A-Cold-Wall*, Samuel Ross, et la marque de chaussures américaine Converse, Antidote a rencontré le designer, en pleine Fashion Week masculine de Paris. À travers cet entretien, il revient sur son ambition pour le futur de Converse et de A-Cold-Wall*, évoque sa volonté d’être le plus sincère possible dans son travail quasi autobiographique et dépeint son désir d’allier approche utilitaire et esthétique conceptuelle.

Lire la suite

Mode, ego & psycho : quand l’habit fait le mood

Si l’intérêt de l’anthropologie, de la sociologie ou de la philosophie pour la mode et ses productions est documenté et relayé depuis de nombreuses années, celui que lui portent la psychologie, la psychanalyse ou encore la psychiatrie demeure étrangement dans l’ombre. Pourtant, pour peu que l’on s’y penche, force est de constater que la mode et les objets qu’elle produit pour permettre à chacun de composer sa propre « parure » – selon le terme d’usage en anthropologie – intéressent depuis plusieurs décennies les acteur·rice·s de ces disciplines. Entre la publication d’ouvrages sur les liens unissant mode et inconscient, la mise en place d’expérimentations analysant l’impact des vêtements sur nos capacités cognitives, l’intégration de vestiaires spécifiques dans le cadre de certaines thérapies, voire l’appropriation par les marques de luxe elles-mêmes de discours ayant recours au champ lexical de la psychologie, retour sur l’intérêt mutuel que se portent mode et sciences cognitives.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.