Instagram fait disparaître le nombre de likes dans six nouveaux pays

Article publié le 20 juillet 2019

Photos : Black Mirror.
20/07/2019

L’application entend ainsi diminuer la comparaison et la compétition entre ses usagers, néfaste pour la santé mentale et source de stress et d’anxiété selon plusieurs rapports.

En avril dernier, les interrogations avaient été nombreuses lorsque Instagram avait annoncé tester une nouvelle fonctionnalité auprès de ses utilisateurs canadiens, leur donnant désormais la possibilité de masquer le compteur de « likes » apparaissant d’ordinaire sous chacun de leurs posts. Aujourd’hui, le réseau social étend l’expérience à six nouveaux pays répartis à travers le monde – Australie, Brésil, Irlande, Italie, Nouvelle-Zélande et Japon -, après s’être par ailleurs engagé début juillet à lutter contre le harcèlement, en dévoilant un nouvel outil dissuasif à destination des utilisateurs souhaitant poster des messages haineux.

Ainsi, le compteur de likes apparaissant sous chaque photo disparaît pour ne laisser place qu’à un seul nom d’utilisateur ayant aimé le post en question. À ses côtés, tous les autres utilisateurs ayant fait de même sont regroupés et désignés sous l’inscription « et autres ». Ce n’est qu’en cliquant sur cette seconde mention que s’affichera alors la liste exhaustive mais non comptabilisée des likes. Il s’agit là d’une petite révolution pour la plateforme de partage de photos et de vidéos, propriété de Facebook, motivée par son envie d’un retour à davantage d’authenticité. « Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de like qu’ils recueillent » a expliqué un porte-parole.

Car peu à peu, le like a été détourné de sa fonction première pour devenir un indicateur permettant de quantifier l’influence d’une personne. En conséquence, cette instrumentalisation a conduit à des dérives telles que l’achat de faux likes afin de faire croire à autrui que l’on possède une large audience. Mais plus grave encore, plusieurs études ont démontré ces dernières années l’influence néfaste du chiffre indiquant la quantité de likes obtenus sur la santé mentale, notamment chez les adolescents. Car constamment scrutés, ces chiffres participent à la mise en place d’une compétition entre les utilisateurs qui jaugent leur valeur et celle d’autrui à l’aune du nombre de mentions j’aime reçues. En 2017 au Royaume-Uni, cela a conduit la Royal Society for Public Health à classer l’application parmi les plus nocives, aux côtés de Snapchat qui avec ses filtres, brouille la distinction entre identité réelle et virtuelle au point qu’une nouvelle maladie a été baptisée « dysmorphie de Snapchat ».

De moins en moins utilisé pour signaler le fait que l’on trouve un contenu intéressant, le like est devenu un réflexe automatisé servant davantage à attester du fait que l’on a vu un contenu pour maintenir un lien avec son auteur ou témoigner de son appartenance à une communauté. Pour preuve, la photo comptabilisant le plus de likes sur Instagram ne présente rien d’autre qu’un œuf, signe de cette absurdité… Entouré de nombreuses significations, l’acte de liker reste cependant indispensable au fonctionnement de l’algorithme du réseau social utilisé par plus d’un milliard de personnes. Car en fonction de nos mentions « j’aime », Instagram adapte les contenus qui nous sont présentés. Quoiqu’il en soit, si elle est étendue et définitivement adoptée, cette nouvelle fonctionnalité devrait contribuer à diminuer encore un peu plus le pouvoir des influenceurs, déjà en perte de vitesse comme l’a souligné récemment la firme allemande InfluencerDB.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi les masculinistes inondent certains comptes Instagram avec des émojis médaille ?

Une technique de cyberharcèlement qui cible des activistes et des personnalités, notamment féministes ou LGBTQ+, ou encore des médias – dont Antidote -, en s’attaquant à leurs réseaux sociaux.

Lire la suite

Quand le masculin cessera-t-il (enfin) de l’emporter ?

Qui de mieux placé·e pour parler de l’écriture inclusive qu’une personne directement concernée par ce sujet ? C’est partant de ce principe qu’Antidote a choisi de publier cette tribune en faveur du langage épicène, rédigée par une personne non-binaire l’employant au quotidien, ce qui lui permet notamment de retranscrire une conception non-binaire du genre lorsqu’elle parle d’elle-même. Iel y revient sur le débat houleux qui entoure cette réforme orthographique, encore largement perçue sous le prisme du féminisme et qui fait face à une menace d’interdiction au sein du service public – les projets de loi se succédant depuis plusieurs mois pour lui défendre l’usage de l’écriture inclusive, notamment dans les écoles.

Lire la suite

Joan Tronto, philosophe du care : « Réparer et maintenir en vie les êtres vivants devraient être notre priorité »

Signifiant tout à la fois « soigner », « faire attention à » ou encore « se soucier de », le terme anglais « care » est aujourd’hui le fil rouge d’un courant intellectuel né dans les années 80 pour promouvoir une société plus juste et équitable où la question du bien-être de tous·tes est la préoccupation centrale. Grande penseuse de cette « éthique du care », l’universitaire féministe Joan Tronto prône également un monde plus égalitaire marqué par une meilleure répartition du « caring work », ce travail souvent dévalorisé par notre société capitaliste qui consiste à prendre soin les un·e·s des autres, mais aussi de l’environnement.

Lire la suite

Pas d’égalité sans les putes

Longtemps réduit∙e∙s au silence et minorisé∙e∙s, les travailleur∙se∙s du sexe ont trouvé dans les grands courants d’émancipation actuels de nouveaux alliés. Nous leur avons donné la parole afin de comprendre leur vécu, mais aussi leurs arguments contre la politique répressive de notre pays. Nul doute que leur lutte constitue l’un des grands combats égalitaires du temps présent.

Lire la suite

Faudrait-il décriminaliser toutes les drogues ?

Portugal, Canada, Oregon… À travers le monde, les politiques pénales en matière de drogues changent et la légalisation ainsi que la dépénalisation progressent. Une voie à imiter en France ?

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.