Instagram fait disparaître le nombre de likes dans six nouveaux pays

Article publié le 20 juillet 2019

Photos : Black Mirror.
20/07/2019

L’application entend ainsi diminuer la comparaison et la compétition entre ses usagers, néfaste pour la santé mentale et source de stress et d’anxiété selon plusieurs rapports.

En avril dernier, les interrogations avaient été nombreuses lorsque Instagram avait annoncé tester une nouvelle fonctionnalité auprès de ses utilisateurs canadiens, leur donnant désormais la possibilité de masquer le compteur de « likes » apparaissant d’ordinaire sous chacun de leurs posts. Aujourd’hui, le réseau social étend l’expérience à six nouveaux pays répartis à travers le monde – Australie, Brésil, Irlande, Italie, Nouvelle-Zélande et Japon -, après s’être par ailleurs engagé début juillet à lutter contre le harcèlement, en dévoilant un nouvel outil dissuasif à destination des utilisateurs souhaitant poster des messages haineux.

Ainsi, le compteur de likes apparaissant sous chaque photo disparaît pour ne laisser place qu’à un seul nom d’utilisateur ayant aimé le post en question. À ses côtés, tous les autres utilisateurs ayant fait de même sont regroupés et désignés sous l’inscription « et autres ». Ce n’est qu’en cliquant sur cette seconde mention que s’affichera alors la liste exhaustive mais non comptabilisée des likes. Il s’agit là d’une petite révolution pour la plateforme de partage de photos et de vidéos, propriété de Facebook, motivée par son envie d’un retour à davantage d’authenticité. « Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de like qu’ils recueillent » a expliqué un porte-parole.

Car peu à peu, le like a été détourné de sa fonction première pour devenir un indicateur permettant de quantifier l’influence d’une personne. En conséquence, cette instrumentalisation a conduit à des dérives telles que l’achat de faux likes afin de faire croire à autrui que l’on possède une large audience. Mais plus grave encore, plusieurs études ont démontré ces dernières années l’influence néfaste du chiffre indiquant la quantité de likes obtenus sur la santé mentale, notamment chez les adolescents. Car constamment scrutés, ces chiffres participent à la mise en place d’une compétition entre les utilisateurs qui jaugent leur valeur et celle d’autrui à l’aune du nombre de mentions j’aime reçues. En 2017 au Royaume-Uni, cela a conduit la Royal Society for Public Health à classer l’application parmi les plus nocives, aux côtés de Snapchat qui avec ses filtres, brouille la distinction entre identité réelle et virtuelle au point qu’une nouvelle maladie a été baptisée « dysmorphie de Snapchat ».

De moins en moins utilisé pour signaler le fait que l’on trouve un contenu intéressant, le like est devenu un réflexe automatisé servant davantage à attester du fait que l’on a vu un contenu pour maintenir un lien avec son auteur ou témoigner de son appartenance à une communauté. Pour preuve, la photo comptabilisant le plus de likes sur Instagram ne présente rien d’autre qu’un œuf, signe de cette absurdité… Entouré de nombreuses significations, l’acte de liker reste cependant indispensable au fonctionnement de l’algorithme du réseau social utilisé par plus d’un milliard de personnes. Car en fonction de nos mentions « j’aime », Instagram adapte les contenus qui nous sont présentés. Quoiqu’il en soit, si elle est étendue et définitivement adoptée, cette nouvelle fonctionnalité devrait contribuer à diminuer encore un peu plus le pouvoir des influenceurs, déjà en perte de vitesse comme l’a souligné récemment la firme allemande InfluencerDB.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

STEP’N ou comment gagner de l’argent en marchant

STEP’N est un crypto-game « move to earn » qui garantit un revenu quotidien à ses utilisateur·rice·s quand ils·elles marchent ou courent. Le projet est encore en phase bêta, mais il a déjà connu un engouement important dans la cryptosphère. Prémices d’une nouvelle économie qui permet de créer des jobs-loisirs ou modèle dystopique voué à disparaître ?

Lire la suite

Oulaya Amamra : « On chuchote beaucoup, et on ne hurle pas assez »

L’affiche de deux films à la rentrée (Fumer fait tousser, de Quentin Dupieux, et Citoyen d’honneur, de Mohamed Hamidi), dans des registres extrêmement différents qui révèlent toute l’étendue de sa polyvalence, Oulaya Amamra a achevé sa mue et s’impose comme l’une des actrices françaises phares de sa génération.

Lire la suite

Oulaya Amamra : « We whisper a lot, and we don’t yell enough. »

Starring in two films this fall (Smoking Causes Coughing by Quentin Dupieux, and Citoyen d’honneur by Mohamed Hamidi), in extremely different registers that reveal the full extent of her talent, Oulaya Amamra has completed her moult and established herself as one of the leading French actresses of her generation.

Lire la suite

Pourquoi le concept de « décroissance » est-il tabou ?

Alors que, sur fond de crise climatique et énergétique majeure, les décideur·se·s de tous bords nous encouragent à faire preuve de sobriété dans nos modes de consommation, un tabou demeure : celui d’une éventuelle décroissance. Dans un système dont croître est la raison d’être, comment s’autoriser à changer de paradigme ? Petit tour d’horizon de celles et ceux qui ont posé les jalons de ce courant de pensée et de leurs arguments.

Lire la suite

Why is the concept of « degrowth » taboo?

Against the backdrop of a major climate and energy crisis, decision-makers of all stripes are encouraging us to be tempered in our consumption patterns, yet one taboo remains: a potential degrowth. In a system in which growth has been the raison d’être, how we can enable ourselves to change the paradigm? A brief overview of those who have laid the groundwork for this line of thought and their arguments.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.