Instagram fait disparaître le nombre de likes dans six nouveaux pays

Article publié le 20 juillet 2019

Photos : Black Mirror.
20/07/2019

L’application entend ainsi diminuer la comparaison et la compétition entre ses usagers, néfaste pour la santé mentale et source de stress et d’anxiété selon plusieurs rapports.

En avril dernier, les interrogations avaient été nombreuses lorsque Instagram avait annoncé tester une nouvelle fonctionnalité auprès de ses utilisateurs canadiens, leur donnant désormais la possibilité de masquer le compteur de « likes » apparaissant d’ordinaire sous chacun de leurs posts. Aujourd’hui, le réseau social étend l’expérience à six nouveaux pays répartis à travers le monde – Australie, Brésil, Irlande, Italie, Nouvelle-Zélande et Japon -, après s’être par ailleurs engagé début juillet à lutter contre le harcèlement, en dévoilant un nouvel outil dissuasif à destination des utilisateurs souhaitant poster des messages haineux.

Ainsi, le compteur de likes apparaissant sous chaque photo disparaît pour ne laisser place qu’à un seul nom d’utilisateur ayant aimé le post en question. À ses côtés, tous les autres utilisateurs ayant fait de même sont regroupés et désignés sous l’inscription « et autres ». Ce n’est qu’en cliquant sur cette seconde mention que s’affichera alors la liste exhaustive mais non comptabilisée des likes. Il s’agit là d’une petite révolution pour la plateforme de partage de photos et de vidéos, propriété de Facebook, motivée par son envie d’un retour à davantage d’authenticité. « Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de like qu’ils recueillent » a expliqué un porte-parole.

Car peu à peu, le like a été détourné de sa fonction première pour devenir un indicateur permettant de quantifier l’influence d’une personne. En conséquence, cette instrumentalisation a conduit à des dérives telles que l’achat de faux likes afin de faire croire à autrui que l’on possède une large audience. Mais plus grave encore, plusieurs études ont démontré ces dernières années l’influence néfaste du chiffre indiquant la quantité de likes obtenus sur la santé mentale, notamment chez les adolescents. Car constamment scrutés, ces chiffres participent à la mise en place d’une compétition entre les utilisateurs qui jaugent leur valeur et celle d’autrui à l’aune du nombre de mentions j’aime reçues. En 2017 au Royaume-Uni, cela a conduit la Royal Society for Public Health à classer l’application parmi les plus nocives, aux côtés de Snapchat qui avec ses filtres, brouille la distinction entre identité réelle et virtuelle au point qu’une nouvelle maladie a été baptisée « dysmorphie de Snapchat ».

De moins en moins utilisé pour signaler le fait que l’on trouve un contenu intéressant, le like est devenu un réflexe automatisé servant davantage à attester du fait que l’on a vu un contenu pour maintenir un lien avec son auteur ou témoigner de son appartenance à une communauté. Pour preuve, la photo comptabilisant le plus de likes sur Instagram ne présente rien d’autre qu’un œuf, signe de cette absurdité… Entouré de nombreuses significations, l’acte de liker reste cependant indispensable au fonctionnement de l’algorithme du réseau social utilisé par plus d’un milliard de personnes. Car en fonction de nos mentions « j’aime », Instagram adapte les contenus qui nous sont présentés. Quoiqu’il en soit, si elle est étendue et définitivement adoptée, cette nouvelle fonctionnalité devrait contribuer à diminuer encore un peu plus le pouvoir des influenceurs, déjà en perte de vitesse comme l’a souligné récemment la firme allemande InfluencerDB.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Trouble dissociatif de l’identité : à quoi ressemble la vie des personnes possédant plusieurs personnalités ?

Découvert par certain·e·s sur les réseaux sociaux via des influenceur·se·s comme @we.are.olympe ou à l’écran, dans sa version fictive, à travers le film Split (2016), le trouble dissociatif de l’identité (TDI) fascine ou effraie. Mais pour ceux·celles qui vivent avec plusieurs « alters » dans un seul corps, il s’agit surtout d’un mécanisme psychique de protection qui fait suite à des traumatismes extrêmes, tels que des violences sexuelles répétées pendant l’enfance. Classifié par l’OMS, il toucherait près de 1 % de la population, à des degrés divers. Pourtant, au sein même de la communauté scientifique, le TDI peine à être reconnu. 

Lire la suite

Dissociative Identity Disorder: what is life like for people with multiple personalities?

Introduced to many on social media via influencers such as @we.are.olympe, or in a fictionalized form in the movie Split (2016), Dissociative Identity Disorder (DID) can be both fascinating and frightening. But for those who live with several “alters” in one body, it is mainly a psychic protection mechanism that follows extreme traumas such as repeated sexual violence during childhood. Classified by the WHO, it affects nearly 1% of the population to varying degrees. However, even within the scientific community, DID is still not widely recognized.

Lire la suite

Maxime Retailleau’s editorial for the new issue of Antidote

« Who’s Who? »

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.