Blood Orange partage Angel’s Pulse, une nouvelle mixtape onirique

Article publié le 12 juillet 2019

Texte : Naomi Clément.
12/07/2019

Moins d’un après la sortie de son acclamé Negro Swan, le chanteur et producteur britannique est déjà de retour.

Le 24 août 2018, Devonté Hynes délivrait Negro Swan, son quatrième album sous le nom de Blood Orange. Un disque acclamé par la critique, dans lequel le Londonien désormais exilé aux États-Unis opérait, sur fond de hip-hop indé, R&B old school et de quelques touches de chillwave, une véritable introspection de sa personne. Porté par un panel de collaborateurs des plus éclectiques (de Caroline Polachek à Puff Daddy en passant par Kindness, Kelsey Lu, TeiShi ou encore A$AP Rocky) cet album constituait, comme le décrivait à l’époque l’intéressé, « une exploration de la dépression, un regard sincère sur l’existence et les angoisses persistantes des queers et des personnes de couleurs ».

Quelques mois après cette sortie, Devonté Hynes est désormais de retour avec Angel’s Pulse. Une nouvelle mixtape qui s’inscrit dans la nébuleuse envoûtante de Negro Swan. Il y a déjà ce nom, « Angel’s Pulse » (littéralement, « le pouls de l’ange »), qui exprime cette même idée de pureté, d’élégance, d’authenticité que la formule « Negro Swan ». Il y a la pochette aussi, qui capture avec poésie un intime moment dans le quotidien d’un homme noir. Mais il y a aussi et surtout ce son, aérien et émouvant, que l’artiste a commencé à façonner en 2016 avec l’album Freetown Sound. Sans oublier la présence d’une multitude d’artistes issus de pays, d’univers et de générations différentes, comme Toro y Moi, Tinashe, Gangsta Boo ou Justine Skye.

Dans un communiqué, Devonté Hynes explique que cette mixtape, qu’il a lui-même écrite, produite et mixée, vient clore le monde visuel et narratif qu’il avait ouvert avec Negro Swan. « J’ai pris l’habitude, au fil des années, de faire des disques que j’offre à mes amis, à des inconnus dans la rue, ou bien que je garde pour moi, décrypte-t-il. En général, ce genre de productions est fait directement après un album que je viens de sortir. Comme une sorte d’épilogue à ce qui a été fait avant. Cette fois… j’ai décidé de les sortir. » Et d’ajouter : « J’y mets autant de travail et d’attention que sur les albums que je sors, mais pour une raison ou une autre, je me suis borné à ne pas sortir les choses au rythme où je les faisais. Je suis plus vieux maintenant, je me rends compte que la vie est imprévisible et terrifiante… alors voilà les amis. » Nous n’avons plus qu’à nous laisser bercer.

Blood Orange sera en concert le 15 juillet prochain à l’Elysée Montmartre de Paris.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Albums posthumes : sacralisation des artistes ou cash machines ?

Prince, Bashung, DMX ou encore Nipsey Hussle : en 2021, de nombreux albums posthumes devraient voir le jour, prolongeant l’héritage laissé par ces artistes parti·e·s trop tôt. Mais que sait-on réellement de la fabrication des disques posthumes ? Qui décide de les sortir ? Selon quels dispositifs ? Et surtout, au bénéfice de qui ?

Lire la suite

D’Aya Nakamura à PNL : comment les artistes musicaux·les transforment la langue française

« Pookie », « Igo », « moula »… La popularité inédite du rap francophone donne lieu à un renouvellement linguistique abondant.

Lire la suite

Hervé : « Mon premier album, c’est la photographie d’un fantasme »

Après son premier album Hyper sorti le 19 juin dernier, qui orchestre les noces de la pop française avec la scène musicale de Madchester, Hervé a dévoilé une session live à l’Olympia lundi 16 novembre, le jour où devait initialement se tenir son premier concert (qui affichait complet) dans cette salle mythique, finalement reporté en raison du contexte sanitaire actuel. Rencontre.

Lire la suite

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Lire la suite

Sound 83 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

L’artiste espagnol, dont le DJ set lors de la Desire Party d’Antidote a révélé tout le talent, est de retour avec un troisième mix exclusif pour MagazineAntidote.com. Listen to the beat.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.