HOME SONS DE LA SEMAINE 10:05:19

Les sons de la semaine : Jamila Woods, Mac DeMarco, Skepta, RIMON et Ari Lennox

Texte : Naomi Clément.
10/05/2019

Au menu ce vendredi : le grand retour de Mac DeMarco, un nouveau clip de la fascinante RIMON et le retour de Skepta.

Avec LEGACY! LEGACY!, Jamila Woods célèbre l’héritage des artistes noirs

Trois ans après son premier et sublime albums Heavn, considéré par Pitchfork, NPR ou Consequence of Sound comme l’un des meilleurs disques de 2016, Jamila Woods est de retour. La chanteuse de Chicago, souvent décrite comme l’une des artistes les plus politiques de la scène soul et R&B moderne, vient en effet de délivrer Legacy! Legacy! : un disque qui se lit comme une ode vibrante à l’histoire africaine-américaine, chacune de ses 13 pistes célébrant l’héritage d’un influent artiste noir.

Ainsi, le morceau « ZORA », décrit par l’intéressée comme « un morceau pour se libérer des stéréotypes », a été inspiré par les écrits de Zora Neale Hurston, tandis que « Basquiat » rend hommage, comme son nom l’indique, au célèbre peintre new-yorkais. En plus de raviver la mémoire de ces artistes noirs majeurs du 20ème siècle, Jamila Woods a également pris soin de convier quelques-uns des rappeurs, chanteurs ou musiciens noirs les plus novateurs de la scène Chicago actuelle, dont theMind et Saba.

Here Comes the Cowboy, le western auditif de Mac DeMarco

Chose promise, chose due. Annoncé le 5 mars dernier par le biais du réjouissant « Nobody », Here Comes the Cowboy, le quatrième opus de Mac DeMarco, se dévoile aujourd’hui à nos oreilles. Avec lui, le chanteur et multi-instrumentiste canadien, qui avait décrit ce projet comme « [son] disque de cow-boy », ralentit la cadence et nous embarque sur la route d’un voyage apaisé et bucolique. Comme sans effort, il délivre ici une collection de 13 balades ensoleillées, qui ne sont pas sans rappeler ses débuts avec « Salad Days ».

RIMON, plus fascinante que jamais dans le clip majestueux de « focu$ »

En 2018, RIMON offrait BBYGIRL FOCU$. Un premier EP à travers lequel cette Amstellodamoise native d’Érythrée retraçait sa propre histoire et encourageait les femmes à acquérir davantage d’indépendance et de confiance en elles. Remarqué par des médias comme Pitchfork, The Fader ou plus récemment Colors, ce projet se démarquait notamment par son univers visuel, la chanteuse mettant un point d’honneur à faire de sa musique un médium global, qui s’exprime aussi bien à travers ses textes que ses vidéos.

Après avoir illustré les chansons « sugarcoated love » et « dust », RIMON revient à présent avec le clip de « focu$ ». Réalisé dans le cadre du programme « Uncut » de Red Bull Music, ce dernier est une véritable performance artistique. Tourné en une prise, il nous immerge dans un lieu solennel au cœur duquel RIMON, épaulée d’un orchestre et de danseurs aux allures d’ange, délivre avec force et conviction les paroles de ce puissant morceau. « Je ne peux même pas décrire à quel point je suis fière… fière de tous ceux qui ont participé à la création de cette œuvre, magique et iconique », écrivait-elle, visiblement émue, sur Instagram. « Les visuels constituent une partie importante de mon art car ils me permettent de raconter mon histoire. Et le fait de me voir, de nous voir grandir tous ensemble et accomplir chaque jour des choses un peu plus grandes… c’est un rêve devenu réalité. »

Skepta précise l’arrivée de son nouvel album Ignorance is Bliss

Trois ans après Konnichiwa et son « Shutdown », qui avait contribué à porter la scène grime sur le devant de la scène internationale, Skepta prépare son grand come-back. « Nouvel album Ignorance is Bliss le 31 mai prochain », annonçait-il fin avril sur Instagram, dévoilant au passage la pochette colorée de ce prochain opus. Désireux d’en donner un avant-goût, le MC londonien présente aujourd’hui le premier extrait de ce disque : Bullet From a Gun. Un morceau dans lequel Skepta fait notamment référence à ses parents et à ses origines nigérianes.

Avec son premier album, Ari Lennox impose son R&B envoûtant

Unique voix féminine de l’écurie Dreamville Records, le label fondé par J. Cole et Ibrahim Hamad en 2007, Ari Lennox partageait le 7 mai dernier Shea Butter Baby, son tout premier album. Précédemment annoncé par l’enjoué « Whipped Cream », ce disque, qui succède à son premier et très bon EP Pho (2016), nous convie à un voyage intimiste au cœur des tribulations amoureuses de la chanteuse, qui s’exprime tantôt sur une romance à Chicago (« Chicago Boy »), sur ses mauvaises expériences avec les applications de dating (« I Been ») ou encore de ses désirs sexuels (« Shea Butter Baby », son featuring avec J. Cole).

Avec ce disque surtout, Ari Lennox précise la singularité de sa musique, coincée quelque part entre classicisme et modernité, aussi bien inspirée des intemporelles Minnie Riperton et Roberta Flack que des iconiques Mary J. Blige ou Lauryn Hill. Un disque envoûtant donc, qui lui permet assurément de s’imposer comme l’une des artistes les plus prometteuses de la scène R&B actuelle.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]