Ce week-end à Paris, Octavian nous ouvre les portes de sa première exposition

Article publié le 21 juin 2019

Texte : Naomi Clément.
Photo : Davit Giorgadze pour Antidote : Survival printemps-été 2019.
21/06/2019.

À l’occasion de la sortie de sa nouvelle mixtape Endorphins, la jeune coqueluche du rap UK ouvre une résidence artistique inédite qui s’installe du 21 au 23 juin dans la capitale.

La scène rap londonienne est incontestablement l’une des plus foisonnantes du moment. Portée par l’explosion internationale de la grime et de ses plus grands représentants, dont Stormzy et Skepta, elle semble être devenue l’inépuisable vivier d’une nouvelle génération d’artistes novateurs, versatiles, inventifs, qui repoussent continuellement les limites du genre musical. Parmi eux, Octavian, 23 ans, à l’origine d’une musique coincée quelque part entre rap, grime, drill, R’n’B et dancehall.

Remarqué pour son single « Party Here » en 2017, cet ancien SDF natif de Lille s’est imposé comme l’une des figures les plus prometteuses de Londres avec SPACEMAN, sa première mixtape parue en septembre dernier – celle qui a changé sa vie. « En 2017, je dormais encore sur la ligne Bakerloo et volais des sandwichs au thon chez Tesco. La plupart des jours, je ne mangeais pas. Mais aujourd’hui, comme vous le savez… je concrétise mes rêves. […] », confiait-il récemment sur Instagram, avant d’annoncer : « (PS : la nouvelle mixtape arrive très bientôt !) »

Photo : Endorphins Residency.

Après avoir reçu le prestigieux prix BBC Sound of 2019 en début d’année, Octavian revenait ainsi la semaine dernière avec Endorphins. Une seconde mixtape marquée par la présence du très bon « Bet », de noms aussi variés qu’ABRA, Skepta, Jessie Ware, A$AP Ferg ou Smokepurpp, et soutenue par un artwork psychédélique pensé par l’artiste parisienne Courtney Mc Williams (celle que l’on retrouvait déjà derrière la pochette de « Bet »).

Connu pour sa capacité à pulvériser les barrières entre les styles musicaux, c’est celles des disciplines qu’il s’apprête maintenant à franchir, en nous ouvrant les portes de l’« Endorphins Residency » : une exposition immersive de trois jours, installée du 21 au 23 juin au cœur de Paris. Co-créé avec Courtney Mc Williams, cet évènement artistique réunira une importante collection de peintures, sculptures, photographies et autres œuvres en 3D qui, regroupées sous le toit d’un seul et même lieu, permettront aux visiteurs de profondément s’immerger dans l’atmosphère d’Endorphins.

En outre, l’« Endorphins Residency » sera équipée d’un studio de création qui offrira la possibilité de créer des T-shirts inspirés de l’imagerie si singulière d’Endorphins. Présent tout au long de ces trois jours, Octavian assurera au passage une performance live durant laquelle il interprètera les titres les plus forts de sa nouvelle mixtape.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Albums posthumes : sacralisation des artistes ou cash machines ?

Prince, Bashung, DMX ou encore Nipsey Hussle : en 2021, de nombreux albums posthumes devraient voir le jour, prolongeant l’héritage laissé par ces artistes parti·e·s trop tôt. Mais que sait-on réellement de la fabrication des disques posthumes ? Qui décide de les sortir ? Selon quels dispositifs ? Et surtout, au bénéfice de qui ?

Lire la suite

D’Aya Nakamura à PNL : comment les artistes musicaux·les transforment la langue française

« Pookie », « Igo », « moula »… La popularité inédite du rap francophone donne lieu à un renouvellement linguistique abondant.

Lire la suite

Hervé : « Mon premier album, c’est la photographie d’un fantasme »

Après son premier album Hyper sorti le 19 juin dernier, qui orchestre les noces de la pop française avec la scène musicale de Madchester, Hervé a dévoilé une session live à l’Olympia lundi 16 novembre, le jour où devait initialement se tenir son premier concert (qui affichait complet) dans cette salle mythique, finalement reporté en raison du contexte sanitaire actuel. Rencontre.

Lire la suite

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Lire la suite

Sound 83 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

L’artiste espagnol, dont le DJ set lors de la Desire Party d’Antidote a révélé tout le talent, est de retour avec un troisième mix exclusif pour MagazineAntidote.com. Listen to the beat.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.