Série Mode : la collection printemps 2020 de Fendi vue par Antidote

Article publié le 31 mars 2020

Photos : Ferry van der Nat.

Cette série mode est extraite d’Antidote : Desire printemps-été 2020.
Mannequin : Yilan Hua. Stylisme : Yann Weber. Full looks : Fendi. Casting : Bert Martirosyan. Set design : Pandora Graessl. Coiffure : Yann Turchi. Maquillage : Caroline Fenouil.

 

Photographiée par Ferry van der Nat, cette série mode dont issue du numéro Antidote : DESIRE met en scène la collection printemps-été 2020 de la maison italienne par Silvia Venturini Fendi : sa première ligne entièrement pensée en solo depuis le décès de Karl Lagerfeld, en février 2019, livrant une ode à la langueur des longues journées d’été dédiées au farniente.

Évoquant à la fois un lever ou un coucher de soleil avec son arcade rosée, le set du défilé Fendi printemps-été 2020 organisé en septembre dernier dévoile, au fil des passages, des silhouettes retranscrivant l’insouciance estivale au travers de volumes relâchés. Épaisses et matelassées ou fluides et transparentes, les matières exhalent une impression de confort tandis qu’aux pieds, tongs et mocassins souvent portés avec des chaussettes et dotés de larges talons à effet embossé sont pensés pour pouvoir marcher sans difficulté.

Évoquant à la fois un lever ou un coucher de soleil avec son arcade rosée, le set du défilé Fendi printemps-été 2020 organisé en septembre dernier dévoile, au fil des passages, des silhouettes retranscrivant l’insouciance estivale au travers de volumes relâchés. Épaisses et matelassées ou fluides et transparentes, les matières exhalent une impression de confort tandis qu’aux pieds, tongs et mocassins souvent portés avec des chaussettes et dotés de larges talons à effet embossé sont pensés pour pouvoir marcher sans difficulté.

Manteau façon peignoir, ensemble en tissu éponge, cardigans oversized ou encore polos et jupes en maille tressée moulant le corps et laissant entrevoir la peau croisent des pièces en velours, ou en toile enduite imprimées de motifs végétaux d’inspiration seventies. Ces derniers font allusion à la passion de Silvia Venturini Fendi pour le jardinage, déjà évoquée quelques mois auparavant avec la collection masculine de la maison. Amples et taillées dans une toile de coton, des pièces plus workwear agrémentées d’empiècements en daim telles qu’une parka, une combinaison et un pantalon cargo établissent également un lien entre cette collection féminine et le défilé homme de la même saison.

Manteau façon peignoir, ensemble en tissu éponge, cardigans oversized ou encore polos et jupes en maille tressée moulant le corps et laissant entrevoir la peau croisent des pièces en velours, ou en toile enduite imprimées de motifs végétaux d’inspiration seventies. Ces derniers font allusion à la passion de Silvia Venturini Fendi pour le jardinage, déjà évoquée quelques mois auparavant avec la collection masculine de la maison. Amples et taillées dans une toile de coton, des pièces plus workwear agrémentées d’empiècements en daim telles qu’une parka, une combinaison et un pantalon cargo établissent également un lien entre cette collection féminine et le défilé homme de la même saison.

Côté accessoires, les sacs Baguette et Peekaboo, modèles phares de Fendi, se présentent cette fois-ci dans des versions en cuir tressé façon panier et soulignent l’importance de l’artisanat et des savoir-faire pour la maison romaine. Parfois bordé de franges torsadées semblables à celles des vieux parasols, le Baguette se décline ailleurs dans un format miniature en perles de rocaille et portable en collier, tandis qu’à la ceinture sont accrochés des boîtiers pour AirPods trahissant une quête de praticité.

Côté accessoires, les sacs Baguette et Peekaboo, modèles phares de Fendi, se présentent cette fois-ci dans des versions en cuir tressé façon panier et soulignent l’importance de l’artisanat et des savoir-faire pour la maison romaine. Parfois bordé de franges torsadées semblables à celles des vieux parasols, le Baguette se décline ailleurs dans un format miniature en perles de rocaille et portable en collier, tandis qu’à la ceinture sont accrochés des boîtiers pour AirPods trahissant une quête de praticité.

À lire aussi :

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas manquer l’événement spectaculaire célébrant les 70 ans de Moncler ?

Afin de célébrer son jubilé de platine, la maison Moncler, dont la doudoune est devenue une pièce emblématique du vestiaire contemporain, organisait une performance monumentale sur la Piazza del Duomo de Milan, samedi 24 septembre, à 21h. Retour sur un événement hors du commun lors duquel 1952 performeur·se·s – en écho à la date de naissance de la marque – ont donné vie à un spectacle nocturne à couper le souffle, inaugurant un programme d’événements internationaux s’étalant sur 70 jours.

Lire la suite

Pourquoi il ne fallait pas rater le grand retour de Puma à la Fashion Week de New York ?

L’équipementier sportif allemand Puma faisait son grand retour dans le calendrier de la Fashion Week de New York avec son défilé « FUTROGRADE », ce mardi 13 septembre. Couplé à une expérience digitale immersive sur la plateforme « Black Station » de la marque, l’événement réaffirmait son identité mode à travers plusieurs collaborations, de Palomo Spain à Dapper Dan en passant par Koché ou encore P.A.M. (Perks and Mini).

Lire la suite

Découvrez la nouvelle collection « Night Walker » d’Antidote Studio, pour l’automne-hiver 2022/2023

Antidote présente en see-now buy-now sa nouvelle collection Studio, comme toujours genderfree et 100% vegan. Rendez-vous dès à présent sur notre e-shop pour la pré-commander.

Lire la suite

Peut-on porter des claquettes ou des tongs en ville ?

Pièces incontournables des vacances à la mer, tongs et claquettes s’immiscent aussi de plus en plus sur le bitume, à l’instar de la nouvelle paire de slides d’Havaianas, ou encore de son modèle Tradi Zori, inspiré de la culture vestimentaire japonaise.

Lire la suite

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.