Série Mode : la collection printemps 2020 de Fendi vue par Antidote

Article publié le 31 mars 2020

Share :

Photos : Ferry van der Nat.

Cette série mode est extraite d’Antidote : Desire printemps-été 2020.
Mannequin : Yilan Hua. Stylisme : Yann Weber. Full looks : Fendi. Casting : Bert Martirosyan. Set design : Pandora Graessl. Coiffure : Yann Turchi. Maquillage : Caroline Fenouil.

 

Photographiée par Ferry van der Nat, cette série mode dont issue du numéro Antidote : DESIRE met en scène la collection printemps-été 2020 de la maison italienne par Silvia Venturini Fendi : sa première ligne entièrement pensée en solo depuis le décès de Karl Lagerfeld, en février 2019, livrant une ode à la langueur des longues journées d’été dédiées au farniente.

Évoquant à la fois un lever ou un coucher de soleil avec son arcade rosée, le set du défilé Fendi printemps-été 2020 organisé en septembre dernier dévoile, au fil des passages, des silhouettes retranscrivant l’insouciance estivale au travers de volumes relâchés. Épaisses et matelassées ou fluides et transparentes, les matières exhalent une impression de confort tandis qu’aux pieds, tongs et mocassins souvent portés avec des chaussettes et dotés de larges talons à effet embossé sont pensés pour pouvoir marcher sans difficulté.

Évoquant à la fois un lever ou un coucher de soleil avec son arcade rosée, le set du défilé Fendi printemps-été 2020 organisé en septembre dernier dévoile, au fil des passages, des silhouettes retranscrivant l’insouciance estivale au travers de volumes relâchés. Épaisses et matelassées ou fluides et transparentes, les matières exhalent une impression de confort tandis qu’aux pieds, tongs et mocassins souvent portés avec des chaussettes et dotés de larges talons à effet embossé sont pensés pour pouvoir marcher sans difficulté.

Manteau façon peignoir, ensemble en tissu éponge, cardigans oversized ou encore polos et jupes en maille tressée moulant le corps et laissant entrevoir la peau croisent des pièces en velours, ou en toile enduite imprimées de motifs végétaux d’inspiration seventies. Ces derniers font allusion à la passion de Silvia Venturini Fendi pour le jardinage, déjà évoquée quelques mois auparavant avec la collection masculine de la maison. Amples et taillées dans une toile de coton, des pièces plus workwear agrémentées d’empiècements en daim telles qu’une parka, une combinaison et un pantalon cargo établissent également un lien entre cette collection féminine et le défilé homme de la même saison.

Manteau façon peignoir, ensemble en tissu éponge, cardigans oversized ou encore polos et jupes en maille tressée moulant le corps et laissant entrevoir la peau croisent des pièces en velours, ou en toile enduite imprimées de motifs végétaux d’inspiration seventies. Ces derniers font allusion à la passion de Silvia Venturini Fendi pour le jardinage, déjà évoquée quelques mois auparavant avec la collection masculine de la maison. Amples et taillées dans une toile de coton, des pièces plus workwear agrémentées d’empiècements en daim telles qu’une parka, une combinaison et un pantalon cargo établissent également un lien entre cette collection féminine et le défilé homme de la même saison.

Côté accessoires, les sacs Baguette et Peekaboo, modèles phares de Fendi, se présentent cette fois-ci dans des versions en cuir tressé façon panier et soulignent l’importance de l’artisanat et des savoir-faire pour la maison romaine. Parfois bordé de franges torsadées semblables à celles des vieux parasols, le Baguette se décline ailleurs dans un format miniature en perles de rocaille et portable en collier, tandis qu’à la ceinture sont accrochés des boîtiers pour AirPods trahissant une quête de praticité.

Côté accessoires, les sacs Baguette et Peekaboo, modèles phares de Fendi, se présentent cette fois-ci dans des versions en cuir tressé façon panier et soulignent l’importance de l’artisanat et des savoir-faire pour la maison romaine. Parfois bordé de franges torsadées semblables à celles des vieux parasols, le Baguette se décline ailleurs dans un format miniature en perles de rocaille et portable en collier, tandis qu’à la ceinture sont accrochés des boîtiers pour AirPods trahissant une quête de praticité.

À lire aussi :

Les plus lus

> voir tout

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »