Roxane II : Viviane Sassen et sa muse chez Colette

Article publié le 12 juin 2017

La photographe de mode néerlandaise Viviane Sassen investit les murs de Colette à l’occasion de la sortie de son livre Roxane II. Une troublante vision de la relation artiste-muse.

Auguste Rodin avait Camille Claudel, Picasso avait Dora Maar, Amanda Lear a tour à tour inspiré Salvador Dali ou David Bowie, Yves Saint Laurent créait pour Betty Catroux, Loulou de La Falaise ou encore Danielle Luquet de Saint Germain. Pour Vivianne Sassen, nulle autre muse que Roxane. Cinq années après la sortie du premier livre qu’elle lui avait déjà dédié, la photographe néerlandaise récidive avec un second volet baptisé Roxane II.

Ensemble, les deux femmes nous invitent à la lecture d’un journal visuel qui parcourt avec bienveillance et sensualité leur relation si particulière. Viviane Sassen, habituée des campagnes des plus grandes marques, joue pour ce portfolio personnel d’ombres et lumières, pour mieux marquer ses portraits de son indirecte présence.

Ainsi, elle se fait remarquer par l’empreinte peinturée de ses seins sur une feuille de papier, ou du creux de sa main sur une vitre transparente. Ce travail de composition est rejoint par l’utilisation de peinture colorée à même la peau, qui se substitue dès lors à la toile, et offre une vision chromatique et géométrique propre à l’artiste. Viviane Sassen et Roxane s’amusent à brouiller la perception de la relation muse-artiste et laissent l’une comme l’autre des traces sur elles-mêmes, jusqu’à ne plus distinguer clairement la photographe du modèle. Roxane II fait l’objet d’une publication tirée à 1000 exemplaires chez Odee Books.

L’exposition Viviane Sassen ‘Roxane II’ est à découvrir chez Colette jusqu’au 17 juin 2017.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Les vêtements virtuels vont-ils hacker l’industrie de la mode ?

Dans le contexte pandémique actuel, la mode immatérielle est en pleine expansion. Des vêtements et des accessoires virtuels qu’on ne peut ni toucher, ni porter dans la vie réelle, s’échangent pour des montants allant de quelques dizaines d’euros à plusieurs milliers. Avec en ligne de mire une mode à la fois plus sustainable et plus inclusive.

Lire la suite

Le chanteur Ichon est le visage du Kiss Kiss, premier sac vegan et gender-free d’Antidote Studio.

Pour le printemps-été 2021, Antidote lance son premier sac vegan et gender-free. Baptisé Kiss Kiss, ses lignes graphiques et son allure minimaliste s’inspirent des BPM, ou battements par minute, l’unité de mesure qui exprime le rythme de la musique.

Lire la suite

De quoi les cultures « core » sont-elles le nom ?

Regencycore, cottagecore, gorpcore… Ces tendances 2.0, sitôt apparues, sitôt transformées en hashtags, défilent en nombre sur les réseaux sociaux. Quel rôle jouent-elles au sein de la mode contemporaine ?

Lire la suite

La (haute) couture : ultime refuge de la jeune création ?

Laboratoire d’expérimentation pour les un·e·s, medium pour casser les codes pour d’autres, la haute couture se renouvelle grâce à une jeune génération engagée et créative bien attachée à défendre son désir de liberté et de non-conformisme. Quitte à refuser les visions statiques et parisiano-centrées de la discipline.

Lire la suite

La lingerie féminine s’émancipe des diktats

Une nouvelle vague de designers remet en question les standards corporels de beauté à travers leurs pièces de lingerie avant-gardistes, défaites des impératifs patriarcaux liés au male gaze.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.