Roxane II : Viviane Sassen et sa muse chez Colette

Article publié le 12 juin 2017

La photographe de mode néerlandaise Viviane Sassen investit les murs de Colette à l’occasion de la sortie de son livre Roxane II. Une troublante vision de la relation artiste-muse.

Auguste Rodin avait Camille Claudel, Picasso avait Dora Maar, Amanda Lear a tour à tour inspiré Salvador Dali ou David Bowie, Yves Saint Laurent créait pour Betty Catroux, Loulou de La Falaise ou encore Danielle Luquet de Saint Germain. Pour Vivianne Sassen, nulle autre muse que Roxane. Cinq années après la sortie du premier livre qu’elle lui avait déjà dédié, la photographe néerlandaise récidive avec un second volet baptisé Roxane II.

Ensemble, les deux femmes nous invitent à la lecture d’un journal visuel qui parcourt avec bienveillance et sensualité leur relation si particulière. Viviane Sassen, habituée des campagnes des plus grandes marques, joue pour ce portfolio personnel d’ombres et lumières, pour mieux marquer ses portraits de son indirecte présence.

Ainsi, elle se fait remarquer par l’empreinte peinturée de ses seins sur une feuille de papier, ou du creux de sa main sur une vitre transparente. Ce travail de composition est rejoint par l’utilisation de peinture colorée à même la peau, qui se substitue dès lors à la toile, et offre une vision chromatique et géométrique propre à l’artiste. Viviane Sassen et Roxane s’amusent à brouiller la perception de la relation muse-artiste et laissent l’une comme l’autre des traces sur elles-mêmes, jusqu’à ne plus distinguer clairement la photographe du modèle. Roxane II fait l’objet d’une publication tirée à 1000 exemplaires chez Odee Books.

L’exposition Viviane Sassen ‘Roxane II’ est à découvrir chez Colette jusqu’au 17 juin 2017.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

lire la suite

voir tout

Mode

Se sentant « sous-estimée » par son label, Teyana Taylor a annoncé se retirer de l’industrie musicale

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.