Rihanna, l’indomptable

Article publié le 24 juin 2016

Share :

Texte : Paul-Arthur Jean-Marie
Photo : courtesy of Dior

Rihanna est la première égérie Dior à signer une collection en collaboration avec la maison française. En l’espace d’une décennie, la chanteuse qui se rêvait en « Madonna noire » s’est élevée au rang d’icône mode. Et elle revient de loin.

Elle effectue un doublé gagnant chez Dior. Devenue première égérie noire de la maison française l’an dernier, Rihanna peut également se targuer d’être la première ambassadrice, devant Marion Cotillard, Jennifer Lawrence ou Emilie Clarke, à signer une collection en collaboration avec le studio de création.
Après un film Secret Garden tourné à Versailles par Steven Klein, elle révèle une série de lunettes futuristes aux verres iridescents et aux branches dorées gravées de quatre lettres que l’on n’aurait imaginé, quelques années plus tôt, un jour associées à une arrogante star du Rnb.

C’est précisément la propension de la Barbadienne à toujours oser davantage, quitte à choquer, à se construire une signature à part, qui a séduit la maison de couture. « Elle a cette forme d’élégance, affirme Sidney Toledano, le PDG de Dior. On l’a vu au premier instant ça. Mais elle reste aussi surprenante. Elle peut être inattendue et c’est ce qu’on aime. Ça fait partie de sa personnalité. »

De gauche à droite : collection Fenty Puma automne-hiver 2016, bottes de la collection Rihanna x Manolo Blahnik.

En plus des quatorze singles, du récent Work à l’entêtant Umbrella, qu’elle a réussi à classer en pôle position des charts américains tout au long de sa carrière, Rihanna cumule les contrats avec les marques de mode. Elle joue les directrices artistiques, entre deux sessions d’enregistrement, et lance le label Fenty x Puma, dont le premier défilé s’est tenu à New York lors de la Fashion Week automne-hiver 2016-2017 en mars 2016. Contrairement à son acolyte Kanye West – qui officie chez Adidas Originals avec sa ligne Yeezy -, une bonne partie de la critique salue un travail taillé à son image, une mode à l’esprit libre, street et teintée d’influences gothiques.

Il ne s’agit pas de son coup d’essai. En 2013, elle proposait déjà avec la griffe grand public anglaise, River Island, un vestiaire, moins abouti et plus générique, mais qui contribuait déjà à asseoir son influence au sein du microcosme mode.

Campagne Stance printemps-été 2016

Après Balmain qui s’offrait la chanteuse pour son printemps-été 2014, la liste des griffes qui souhaitent s’appuyer sur son image irrévérencieuse ne cesse de s’allonger. Elle imagine cette année des chaussettes pour la marque Stance et une lignes de souliers pour le chausseur espagnol Manolo Blahnik.

Rien ne semblait pourtant prédestiner la sirène au regard noisette à pareille destinée. Lorsqu’elle débarque de sa Barbade natale, en 2005, à la conquête des États-Unis, Rihanna Robyn Fenty n’est qu’une autre jolie poupée du label de musique Dej Jam, à l’époque dirigé par Jay Z. Elle pousse plutôt bien la chansonnette, agite sa longue chevelure avec mignonnerie, sait faire bouger en rythme ses affriolantes courbes, ventre à l’air, comme dans son clip Pon de Replay. Rien de plus, au départ.

« Elle a beau être clivante, provocatrice, elle a un vrai adoubement populaire. »

Quelques mois plus tard, sa maison de disques dévoile SOS, premier extrait de son deuxième album studio, A Girl Like Me. Un hit instantané samplé sur Tainted Love de Soft Cell. Dans la vidéo qui illustre le morceau, elle se cherche niveau style et offre une pâle imitation de Beyoncé époque Crazy in Love. Attirail de bimbo faussement glamour à base de décolleté plongeant, robe bustier et strass à outrance. Sur les tapis rouges, c’est la même rengaine. Les grandes marques qui la courtisent aujourd’hui ne lui accordent alors pas le moindre intérêt. Rihanna who ?

La « Madonna noire »

En 2009, Rihanna opère, contrairement à son illustre aînée, un improbable virage à 180°. Alors qu’elle se cache des médias et après avoir enchaîné les hits à seulement 21 ans, elle prépare son retour avec un quatrième album. Elle doit passer à l’étape supérieure. Musicalement, mais également en termes d’image.

Mariel Haenn entre en jeu à ce moment-là. Mystérieuse brune que l’on pouvait apercevoir aux côtés de l’interprète de We Found Love lors de ses premiers défilés à la Fashion Week de Paris, elle est la styliste qui se cache derrière la métamorphose de Rihanna, de banale chanteuse de R&B à it-girl. Elle est radicale : Maison Martin Margiela, Balenciaga, Gareth Pugh, Givenchy… Rihanna embrasse un nouveau style grâce à sa styliste, qui a travaillé pour Jennifer Lopez et une flopée de publications mode. L’experte élabore à sa cliente des tenues racées et engage d’interminables et parfois hasardeuses transformations capillaires.

En 2014, elle reçoit des mains d’Anna Wintour le CFDA Fashion Icon Award.

Au rythme effréné de ses sorties d’albums, elle dévoile au travers de son apparence, une nouvelle facette de sa personnalité polymorphe, délaissant au passage les services de Mariel Haenn pour s’émanciper et affirmer ses propres goûts avec l’appui du styliste Mel Ottenberg.

C’est le facteur qui fait décoller sa carrière, tant il participe à son omniprésence dans les médias même lorsque l’actualité musicale n’y est pas. Un hasard ? Certainement pas. Comme l’explique Alexandra Jubé, tendanceuse pour le cabinet de style Nelly Rodi, « la mode et la musique sont deux univers ultra imbriqués. Ce sont deux baromètres de l’air du temps, des vecteurs culturels de l’époque. Deux façons d’incarner un état d’esprit. » Le style de Rihanna et sa discographie ne font bientôt plus qu’un. Les magazines spécialisés l’encensent, assènent à leurs lectrices de s’inspirer d’elle quand la sphère mode se l’arrache.

La consécration arrive en 2014 lorsqu’elle reçoit le Fashion Icon Award, des mains d’Anna Wintour, lors de la cérémonie de récompenses du CFDA (Council of Fashion Designers of America). Pour récupérer son prix, elle s’inspire de la star impertinente des années 20, Joséphine Baker, et débarque sur la scène Lincoln Center à New York dans une robe Adam Selman transparente, parsemée de cristaux Swarovski qui laissait bien peu de place, même à la plus vaste des imaginations. Elle n’a pas froid aux yeux. Nulle part.

Immédiatement après les festivités, son nom et sa tenue sont de toutes les conversations. Des commentateurs se risquent même à affirmer qu’elle définit ce qu’est une icône de mode : une personnalité qui crée le débat. En interview, elle confiait vouloir être la « Madonna noire ». Énigmatique et pleine d’aspérités, Rihanna n’a plus besoin de modèle. « Elle a beau être clivante, provocatrice, elle a un vrai adoubement populaire, assure Alexandra Jubé. C’est une équilibriste car elle est toujours juste. ».

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars