La saga romanesque de Louis Vuitton par Nicolas Ghesquière

Article publié le 23 janvier 2020

Photos : Lookbook Louis Vuitton Pre-Fall 2020.
23/01/2020.

Avant de présenter sa collection hiver 2020-2021 le 3 mars prochain, le directeur artistique des collections femme de la maison a dévoilé le lookbook de la ligne Pre-Fall 2020 sous la forme d’une série de couvertures rétro pour romans fictifs. Un « voyage narratif où les vêtements révèlent leurs propres histoires ».

Après avoir donné une forme de VHS à certains sacs du défilé printemps-été 2020, présenté en septembre dernier, Nicolas Ghesquière continue de dérouler le fil de son imagination débridée pour le lookbook de sa collection Pre-Fall 2020 pour Louis Vuitton, qui prend la forme d’une série de couvertures de romans fictifs. Le designer a ainsi fait appel à une flopée de célébrités, habituées ou non de la maison, chacune incarnant le personnage principal d’un roman imaginaire. Égéries de Louis Vuitton, les actrices Jennifer Connelly, Léa Seydoux ou encore Doona Bae deviennent ainsi les têtes d’affiches de livres inventés baptisés Dream Keeper, Arachnomania, ou encore Treasure Reef, tandis que la chanteuse Robyn se retrouve propulsée sur la couverture de The Night Chaser, les épaules agrippées par des mains monstrueuses. Emma Roberts, Sophie Turner, Angelica Ross, Zhong Chuxi, Chloë Grace Moretz… En tout, ce sont pas moins de 23 personnalités issues du clan constitué par Nicolas Ghesquière au fil de ses cinq années à la tête de la maison qui ont été abordées, chacune revêtant l’une des silhouettes de cette nouvelle collection.

Ces vingt-quatre histoires de zombies, d’aventure ou de science-fiction témoignent une nouvelle fois du goût de Nicolas Ghesquière pour le mélange entre la fiction et la réalité, alors qu’en décembre dernier le designer imaginait une capsule autour du jeu vidéo League of Legends pour lequel il a créé plusieurs « skins ». Cette posture est ici parfaitement résumée par le sous-titre du livre Wicked Mirror avec l’actrice suédoise Alicia Vikander : « Torn between the real world and fantasy » (« Tiraillé entre le monde réel et le monde imaginaire » en français).

Cette obsession pour la fiction infuse également les pièces de la collection. Ainsi, après avoir créé un T-shirt en hommage à la série Stranger Things pour la saison printemps-été 2018, Nicolas Ghesquière révèle cette fois-ci de nouveaux modèles estampillés des couvertures du célèbre Exorcist ou encore de Legion, deux romans horrifiques écrits par William Peter Blatty. Pensé comme un « voyage narratif où les vêtements révèleraient leurs propres histoires », ce lookbook Pre-Fall 2020 photographié par Collier Schorr offre ainsi une mise en abyme du récit et développe tout un storytelling ; la maison inventant littéralement ses propres histoires, tout en rappelant au passage l’importance grandissante acquise par ces pré-collections plus commerciales dans la stratégie de communication des marques.

Pensée comme une « confrontation de périodes, de mouvements stylistiques et de mélanges anachroniques », la collection mélange quant à elle les genres en faisant un grand écart, du sportswear au tailoring. On y retrouve ainsi des blouses à volants Liberty semblables à celles de la collection automne-hiver 2019-2020, ou d’autres d’inspiration Belle Époque, agrémentées de dentelle guipure et accessoirisés avec des camées héritées de la saison printemps-été 2020. En charge de la ligne femme de Louis Vuitton, Nicolas Ghesquière a également convié quelques personnalités masculines – Jaden Smith, Woodkid ou encore Cody Fern, acteur de la série American Horror Story – à figurer sur le lookbook, et continue de brouiller les pistes entre les genres après avoir fait défiler le mannequin Krow Kian à plusieurs reprises, et demandé à la chanteuse trans Sophie d’offrir un live lors de son dernier défilé. 

À lire aussi :

Les plus lus

Les vêtements virtuels vont-ils hacker l’industrie de la mode ?

Dans le contexte pandémique actuel, la mode immatérielle est en pleine expansion. Des vêtements et des accessoires virtuels qu’on ne peut ni toucher, ni porter dans la vie réelle, s’échangent pour des montants allant de quelques dizaines d’euros à plusieurs milliers. Avec en ligne de mire une mode à la fois plus sustainable et plus inclusive.

Lire la suite

Le chanteur Ichon est le visage du Kiss Kiss, premier sac vegan et gender-free d’Antidote Studio.

Pour le printemps-été 2021, Antidote lance son premier sac vegan et gender-free. Baptisé Kiss Kiss, ses lignes graphiques et son allure minimaliste s’inspirent des BPM, ou battements par minute, l’unité de mesure qui exprime le rythme de la musique.

Lire la suite

De quoi les cultures « core » sont-elles le nom ?

Regencycore, cottagecore, gorpcore… Ces tendances 2.0, sitôt apparues, sitôt transformées en hashtags, défilent en nombre sur les réseaux sociaux. Quel rôle jouent-elles au sein de la mode contemporaine ?

Lire la suite

La (haute) couture : ultime refuge de la jeune création ?

Laboratoire d’expérimentation pour les un·e·s, medium pour casser les codes pour d’autres, la haute couture se renouvelle grâce à une jeune génération engagée et créative bien attachée à défendre son désir de liberté et de non-conformisme. Quitte à refuser les visions statiques et parisiano-centrées de la discipline.

Lire la suite

La lingerie féminine s’émancipe des diktats

Une nouvelle vague de designers remet en question les standards corporels de beauté à travers leurs pièces de lingerie avant-gardistes, défaites des impératifs patriarcaux liés au male gaze.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.