Les créateurs rendent hommage à Maria Luisa au Printemps

Article publié le 1 octobre 2016

Share :

Photo : Olivier Zahm

Elle comprenait la mode mieux que personne et a dédié son existence à la servir. Du 22 septembre au 22 octobre, Le Printemps rend hommage à Maria Luisa Poumaillou à travers une exposition baptisée « Maria Luisa, Une Histoire de Mode ». Son époux, Daniel Poumaillou, nous raconte cette initiative, les rapports qu’entretenait Maria Luisa avec les créateurs de mode et comment elle avait su anticiper dès ses débuts le succès du label Vetements.

Quinze griffes et créateurs présentent actuellement au Printemps une silhouette ou un accessoire de leur choix que l’acheteuse et consultante visionnaire a porté, aurait pu porter, ou qu’ils auraient aimé qu’elle porte. Haider Ackermann, Christopher Kane, Alexander McQueen, Jean Paul Gaultier, Junya Watanabe, John Galliano, Martine Sitbon, Martin Margiela, Manolo Blahnik, Nicolas Ghesquière, Pierre Hardy, Rick Owens, Elvis Pompilio, Manish Arora et Vetements ont répondu présent à l’invitation du grand magasin, dont elle a occupé le poste de Fashion Editor à partir de 2009.

Maria Luisa ouvre à Paris en 1988 sa propre boutique multimarque. Sans en avoir vraiment conscience, elle y anticipe le futur visage de la mode. De Martin Margiela à Rick Owens, les talents qu’elle propulse deviendront bientôt incontournables.  Elle décède en 2015 des suites d’une longue maladie. Parmi le torrent d’hommages, Nicolas Ghesquière, à qui la visionnaire avait su très tôt apporter son plus fidèle soutien, écrivait sur son compte Instagram. « Tu as ouvert les portes pour tellement d’entre nous. Il n’y a pas de mot pour dire à quel point tu seras regrettée, belle Maria Luisa ».

L’époux de l’acheteuse et président de Maria Luisa International, Daniel Poumaillou, revient pour Antidote sur la genèse de cette exposition, le parcours de Maria Luisa au Printemps et la sélection des créateurs qui participent à cet hommage.

Parmi les créateurs de l’exposition Maria Luisa, une Histoire de Mode », Alexander McQueen, John Galliano pour Maison Margiela, Rick Owens et Haider Ackermann (de gauche à droite) présentent une silhouette que la consultante a porté, aurait pu porter, ou qu’ils auraient aimé qu’elle porte.

Antidote : Comment vous est venue l’idée de cette exposition ? 
Daniel Poumaillou : Très vite, après la disparition de Maria Luisa, quand nous avons pu lire et entendre qu’elle avait inventé un style de distribution. Plus qu’une étoile, c’est une comète, elle laisse des traces. Cette exposition se veut en être la démonstration.

Elle s’intitule : « Maria Luisa, une histoire de mode », que raconte-t-elle ? 
20 ans de mode à travers ses yeux, ses choix, pas un catalogue mais une sélection de stylistes qui l’ont particulièrement touchée ou qui renvoient à une aventure personnelle.

Comment s’est effectuée la sélection des pièces de l’exposition ? 
Par les stylistes eux-mêmes. Nous leur avons demandé de choisir une tenue, un accessoire « qu’elle a porté, qu’elle aurait pu porter ou qu’ils auraient aimé qu’elle porte ». Ils ont tous joué immédiatement le jeu.

Les créateurs exposés ont tous un lien avec Maria Luisa, quels sont ceux qui entretenaient avec elle une relation particulière ? 
Tous, à différents niveaux : très amicaux souvent, respectueux toujours, et même en devenir ; déjà affaiblie, elle encourageait son équipe à regarder Vetements qu’elle avait à peine eu le temps de connaître.

« Déjà affaiblie, elle encourageait son équipe à regarder Vêtements qu’elle avait à peine eu le temps de connaître. »

Pourquoi Maria Luisa avait-t-elle décidé de s’implanter au Printemps en 2009 ?
Les mouvements de la distribution : l’arrivée d’Internet, la remise en cause de la boutique traditionnelle, le renouveau des grands magasins et particulièrement la nouvelle stratégie du Printemps qui permettait de donner l’occasion à ses protégés de se présenter à un public plus large dans un univers de modernité et de qualité, et où elle avait carte blanche.

La marque est aujourd’hui internationalement reconnue, que souhaitez-vous qu’elle représente aux yeux du monde et de la mode ?
Par le déroulement historique voulu de l’exposition, de la genèse aux valeurs montantes, nous souhaitons montrer une continuité, que l’aventure ne s’arrête pas. Nous voulons pérenniser une sélection créative, curieuse et personnelle, un esprit libre.

De Maria Luisa, on retient naturellement son élégance mais aussi ses citations, quelle est-celle qui incarnerait d’après vous le mieux cette exposition hommage ?
« Le vrai talent surprend et souvent dérange de par sa singularité, son audace et son indifférence à ce qui est communément appelé “tendances”… Je base mes choix sur l’intuition et l’inspiration. »

L’exposition hommage « Maria Luisa : Une histoire de mode » est à découvrir au Printemps pendant un mois du 22 septembre au 22 octobre.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars