Art

Les délires pop de Murakami à la Galerie Perrotin

Article publié le 23 septembre 2016

Share :

Photo : Claire Dom courtesy of Galerie Perrotin
© Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd.

L’univers de Takashi Murakami, fusion extrême de tradition japonaise et de culture pop, investit jusqu’au 23 décembre 2016 les salles immaculées de la Galerie Perrotin avec l’exposition inédite « Learning the magic of painting« . Psychédélique, mystique et iconique.

Avec Koons et Hirst, Murakami incarne l’art contemporain, sa magie et ses travers. Les fleurs kawaii de cet artiste né à Tokyo en 1962 se sont baladées de galerie en musée avant d’éclore en 2010 dans les Grands appartements et la Galerie des glaces du château de Versailles. Et de provoquer le scandale auprès de conservateurs outrés qui ne voyaient en les travaux de Takashi Murakami qu’une vaste imposture, un exemple de la décadence navrante de l’art et une invasion capitaliste nauséabonde.

Reste que Murakami ne s’en cache pas, son art n’est pas confidentiel et encore moins ésotérique. Ses oeuvres se déchiffrent. Et se chiffrent aussi, souvent en millions. Classé parmi les artistes contemporains les plus cotés, Murakami a vu sa célèbre sculpture baptisée My lonesome cowboy s’adjuger pour 15 millions de dollars. Collaborateur de Louis Vuitton dont il a fait subir au classique monogramme son traitement pop et multicolore du temps de Marc Jacobs, Murakami est une signature et une marque à lui seul.

“Homage to Francis Bacon (Three Studies for Portrait of George Dyer (on light ground)”, 2016
Photo : Claire Dom courtesy of Galerie Perrotin
© Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd.

Son travail, soutenu par les galeristes les plus influents du marché de l’art et notamment l’américain Larry Gagosian, n’a pu échapper à quiconque s’est un jour intéressé à l’art de loin. Ce mois-ci, il revient à la Galerie Perrotin située dans le 3e arrondissement de Paris pour présenter « Learning the magic of painting ». La 12e exposition que consacre le galeriste français à Murakami en 20 ans présente une quarantaine d’oeuvres encore jamais exposées.

“Dragon Heads – Gold”, 2015
Photo : Claire Dom courtesy of Galerie Perrotin
© Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd.

Des pupilles diaprées aux références manga en passant par les crânes et les touches de feuille d’or, les codes de l’artiste japonais sont tous là. Il ajoute ici une dimension plus spirituelle à son oeuvre à travers son exploration des arhats, disciples clairvoyants de Bouddha, qu’il n’épargnera pas non plus. Le thème de la méditation, il l’aborde également avec la série Ensō, dont l’élément central est le cercle, symbole de vide, d’unité et d’éternité dans le bouddhisme zen.

Avec cette nouvelle exposition, Murakami confesse, à 54 ans, qu’il n’est pas encore maître dans son domaine : « À ma façon, j’ai poursuivi mon chemin en toute sincérité, pourtant je suis toujours loin d’arriver à l’essence de la magie telle que je la conçois ». Le chemin déjà parcouru mérite quoi qu’il en soit un joyeux détour par la Galerie Perrotin.

Vue de l’exposition Takashi Murakami “Learning the Magic of Painting” à la Galerie Perrotin
Photo : Claire Dom courtesy of Galerie Perrotin
© Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd.

L’exposition « Learning the magic of painting » est à découvrir à la Galerie Perrotin, 76, rue de Turenne, 75003 Paris, jusqu’au 23 décembre 2016.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE