Les délires pop de Murakami à la Galerie Perrotin

Article publié le 23 septembre 2016

Art

Photo : Claire Dom courtesy of Galerie Perrotin
© Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd.

L’univers de Takashi Murakami, fusion extrême de tradition japonaise et de culture pop, investit jusqu’au 23 décembre 2016 les salles immaculées de la Galerie Perrotin avec l’exposition inédite « Learning the magic of painting« . Psychédélique, mystique et iconique.

Avec Koons et Hirst, Murakami incarne l’art contemporain, sa magie et ses travers. Les fleurs kawaii de cet artiste né à Tokyo en 1962 se sont baladées de galerie en musée avant d’éclore en 2010 dans les Grands appartements et la Galerie des glaces du château de Versailles. Et de provoquer le scandale auprès de conservateurs outrés qui ne voyaient en les travaux de Takashi Murakami qu’une vaste imposture, un exemple de la décadence navrante de l’art et une invasion capitaliste nauséabonde.

Reste que Murakami ne s’en cache pas, son art n’est pas confidentiel et encore moins ésotérique. Ses oeuvres se déchiffrent. Et se chiffrent aussi, souvent en millions. Classé parmi les artistes contemporains les plus cotés, Murakami a vu sa célèbre sculpture baptisée My lonesome cowboy s’adjuger pour 15 millions de dollars. Collaborateur de Louis Vuitton dont il a fait subir au classique monogramme son traitement pop et multicolore du temps de Marc Jacobs, Murakami est une signature et une marque à lui seul.

“Homage to Francis Bacon (Three Studies for Portrait of George Dyer (on light ground)”, 2016
Photo : Claire Dom courtesy of Galerie Perrotin
© Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd.

Son travail, soutenu par les galeristes les plus influents du marché de l’art et notamment l’américain Larry Gagosian, n’a pu échapper à quiconque s’est un jour intéressé à l’art de loin. Ce mois-ci, il revient à la Galerie Perrotin située dans le 3e arrondissement de Paris pour présenter « Learning the magic of painting ». La 12e exposition que consacre le galeriste français à Murakami en 20 ans présente une quarantaine d’oeuvres encore jamais exposées.

“Dragon Heads – Gold”, 2015
Photo : Claire Dom courtesy of Galerie Perrotin
© Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd.

Des pupilles diaprées aux références manga en passant par les crânes et les touches de feuille d’or, les codes de l’artiste japonais sont tous là. Il ajoute ici une dimension plus spirituelle à son oeuvre à travers son exploration des arhats, disciples clairvoyants de Bouddha, qu’il n’épargnera pas non plus. Le thème de la méditation, il l’aborde également avec la série Ensō, dont l’élément central est le cercle, symbole de vide, d’unité et d’éternité dans le bouddhisme zen.

Avec cette nouvelle exposition, Murakami confesse, à 54 ans, qu’il n’est pas encore maître dans son domaine : « À ma façon, j’ai poursuivi mon chemin en toute sincérité, pourtant je suis toujours loin d’arriver à l’essence de la magie telle que je la conçois ». Le chemin déjà parcouru mérite quoi qu’il en soit un joyeux détour par la Galerie Perrotin.

Vue de l’exposition Takashi Murakami “Learning the Magic of Painting” à la Galerie Perrotin
Photo : Claire Dom courtesy of Galerie Perrotin
© Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd.

L’exposition « Learning the magic of painting » est à découvrir à la Galerie Perrotin, 76, rue de Turenne, 75003 Paris, jusqu’au 23 décembre 2016.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Shalva Nikvashvili : « La liberté de notre société est une utopie à laquelle je rêve encore »

Après avoir quitté l’ultra-orthodoxe Géorgie et s’être heurté à l’hostilité de la société occidentale face à sa condition d’immigré, l’artiste Shalva Nikvashvili explore la notion d’identité à travers une pluralité de médiums allant de la sculpture au dessin en passant la vidéo, la photographie ou encore la poésie. Ses créations plastiques tiennent d’un savoir artistique fait main et interpellent par les matières recyclées avec lesquelles elles sont exécutées et leur design hétéroclite. Elles traduisent par ailleurs une adresse manuelle que l’artiste tient de son éducation au milieu de la campagne géorgienne, à Sighnaghi, son village natal, où il a appris à faire œuvre de rien dès son plus jeune âge.

Lire la suite

Les photos des vernissages de l’exposition « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen »

Merci d’avoir été aussi nombreux·ses aux vernissages de « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen », la première exposition solo parisienne dédiée à l’artiste pionnière Mariette Pathy Allen. Ces événements se sont déroulés plusieurs soirs de suite afin de pouvoir accueillir un maximum de personnes, malgré les restrictions liées à la Covid-19 (pour précision, toutes les personnes présentes au sein de la galerie portaient un masque, mis à part lorsqu’elles étaient prises en photo). L’exposition, qui a démarré le 27 janvier, se tiendra jusqu’au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30, au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris), avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est la première artiste invitée par Antidote Curates, bientôt exposée à Paris ?

La première exposition Antidote Curates rassemblera des photographies de Mariette Pathy Allen du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30), au 20 rue des Gravilliers, dans le 3ème arrondissement de Paris, avec le soutien de Gucci. Voici son interview, issue de la première édition d’Antidote Curates, parue en septembre dernier.

Lire la suite

Antidote organise la première exposition solo de la photographe Mariette Pathy Allen à Paris

Nous vous accueillerons du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30) au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris, et espérons que vous serez nombreux·ses à venir découvrir l’œuvre de Mariette Pathy Allen à travers cette première exposition Antidote Curates, organisée avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est Lev Khesin, l’artiste inspiré par la cosmologie qui a collaboré avec Berluti ?

Installé à Berlin depuis une vingtaine d’années, l’artiste russe Lev Khesin est le dernier à avoir été invité par la maison Berluti pour une collaboration. Dévoilée en avril 2021 à travers un film intitulé « Living Apart Together » et immortalisée par le photographe Lee Wei Swee dans notre dernier numéro, la collection automne-hiver 2021/2022 de la maison offrait une nouvelle dimension aux peintures abstraites de l’artiste russe, né en 1981, retranscrites par Kris Van Assche sur des chemises en soie, des pulls ou encore des costumes. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.