Le vêtement fait scandale aux Arts Décoratifs

Article publié le 9 décembre 2016

Photo : Alexander McQueen automne-hiver 2009

De Jeanne d’Arc à Rick Owens, le Musée des Arts Décoratifs siècles explore avec « Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale » plusieurs siècles d’outrages mode.

Source ou emblème de révolution, qu’elle soit sociale ou sexuelle, pérenne ou éphémère, la mode a toujours interrogé et défié les règles du vestimentairement correct. Car moins futile qu’il ne peut en avoir l’air, le vêtement est une déclaration, flirtant parfois avec la provocation.

Dans ce registre, les robes « clochard » haute couture de John Galliano, les dysmorphies de Rei Kawakubo, ou, plus récemment, les créations très révélatrices du défilé Rick Owens, ont toutes suscité choc et stupeur. Et bien avant elles, mini-jupes, bikinis ou smokings féminins suffisaient à défrayer la chronique, pour des raisons sociales, religieuses ou politiques.

De gauche à droite : Thierry Mugler haute couture automne-hiver 1997, Rick Owens automne-hiver 2015

À ces multiples objets du scandales, inscrits dans l’histoire de la mode, le Musée des Arts Décoratifs dédie « Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale », une exposition rétrospective, du 14e siècle à aujourd’hui.

À travers 300 pièces et accessoires, le musée, sous le commissariat de l’historien Denis Bruna, interroge la représentation du corps au fil des époques, le bouleversement des normes vestimentaires et l’évolution de la notion de genre. Un parcours historique et transgressif.

L’exposition « Tenue correcte exigée, quand la mode fait scandale » est à découvrir au Musée des Arts Décoratifs de Paris jusqu’au 23 avril 2017.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Les vêtements virtuels vont-ils hacker l’industrie de la mode ?

Dans le contexte pandémique actuel, la mode immatérielle est en pleine expansion. Des vêtements et des accessoires virtuels qu’on ne peut ni toucher, ni porter dans la vie réelle, s’échangent pour des montants allant de quelques dizaines d’euros à plusieurs milliers. Avec en ligne de mire une mode à la fois plus sustainable et plus inclusive.

Lire la suite

Le chanteur Ichon est le visage du Kiss Kiss, premier sac vegan et gender-free d’Antidote Studio.

Pour le printemps-été 2021, Antidote lance son premier sac vegan et gender-free. Baptisé Kiss Kiss, ses lignes graphiques et son allure minimaliste s’inspirent des BPM, ou battements par minute, l’unité de mesure qui exprime le rythme de la musique.

Lire la suite

De quoi les cultures « core » sont-elles le nom ?

Regencycore, cottagecore, gorpcore… Ces tendances 2.0, sitôt apparues, sitôt transformées en hashtags, défilent en nombre sur les réseaux sociaux. Quel rôle jouent-elles au sein de la mode contemporaine ?

Lire la suite

La (haute) couture : ultime refuge de la jeune création ?

Laboratoire d’expérimentation pour les un·e·s, medium pour casser les codes pour d’autres, la haute couture se renouvelle grâce à une jeune génération engagée et créative bien attachée à défendre son désir de liberté et de non-conformisme. Quitte à refuser les visions statiques et parisiano-centrées de la discipline.

Lire la suite

La lingerie féminine s’émancipe des diktats

Une nouvelle vague de designers remet en question les standards corporels de beauté à travers leurs pièces de lingerie avant-gardistes, défaites des impératifs patriarcaux liés au male gaze.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.