Hubert de Givenchy, 40 ans de mode à Calais

Article publié le 24 juin 2017

Share :

photo : Bettina Graziani, Sophie Malgat et Ivy Nicholson en Givenchy.

À 90 ans et plus de vingt ans après son départ de la maison éponyme, Hubert de Givenchy continue de faire briller la mode française à travers le monde. La Cité de la Dentelle et de la Mode de Calais lui rend hommage dans une exposition événement à découvrir jusqu’au 31 décembre.

Une blouse blanche ornée de broderie noire aux manches volantées en coton blanc ouvre le parcours des visiteurs venus admirer l’œuvre d’un homme. Cette blouse, c’est la mythique « Bettina » d’Hubert de Givenchy qu’il présente lors de sa toute première collection en 1952. Le jeune homme, originaire de Beauvais, a alors 25 ans et vient de lancer sa propre maison de couture. Il ne la quittera que 33 ans plus tard en 1995 après l’avoir préalablement vendue au groupe LVMH en 1988. Entre temps, le couturier sollicite le maître espagnol Cristobal Balenciaga, qui deviendra alors son mentor, un soutien moral, créatif et financier.

L’iconique blouse blanche « Bettina » de Givenchy.

À l’image de la « Bettina », le travail d’Hubert de Givenchy est un numéro d’équilibriste que seul les plus grands couturiers sont capables de réaliser. Il est audacieux, sans être fantasque, moderne sans être prétentieux, il habille le tout Hollywood tout en gardant le confort au centre de ses créations. »Cela ne sert à rien de faire de l’esbroufe, il faut faire des vêtements avant tout confortables et bien coupés, et il ne faut jamais contrarier le tissu avec trop d’artifices, il doit bouger sur le corps de la femme. Porter un vêtement doit vous donner une sécurité« , dit-il. La femme, c’est elle qui le pousse encore et toujours à se sublimer. « La mode, c’est faire tout son possible pour embellir la femme« , aime-t-il raconter, et c’est ce qu’il fera avec grâce et intemporalité, de ses robes fourreau aux pantalons-tailleurs jusqu’aux déshabillés en dentelle.

En 1961, il habille Jacqueline Kennedy lors de la visite officielle du couple présidentiel en France. En 1973, les photos de sa tenue de deuil créée pour la Duchesse de Windsor aux funérailles de son époux, une robe et manteau en crêpe de laine avec ceinture de cuir, font le tour du monde. Givenchy était l’homme de toutes les femmes et de toutes les situations. Il habille le mannequin Jerry Hall en 1976, alors compagne de Mick Jagger, d’une de ses petites robes noires qui font aussi son succès, mais c’est véritablement sa relation avec la star de cinéma Audrey Hepburn qui marque l’ère Hubert de Givenchy. Le musée ne s’y est pas trompé en consacrant un espace complet à sa muse et amie. Il l’habille à la scène comme à la ville, et entre dans l’histoire de la pop culture en dessinant la fameuse longue robe noire de Breakfast at Tiffany’s, également visible dans l’exposition.

De gauche à droite : Jerry Hall en robe noire Givenchy, 1976. Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany’s.

Au total, ce sont près de 70 pièces – issues de prestigieuses gardes robes privées, des archives de la maison Givenchy et du fonds Givenchy de la Cité de la dentelle et de la mode – qui sont présentées dans l’exposition dont Hubert de Givenchy assure-lui même la direction artistique, deux ans après avoir initié l’exposition Balenciaga, Magicien de la dentelle, toujours à La Cité de la Dentelle et de la Mode de Calais. S’il s’est retiré des circuits depuis 22 ans, il reste néanmoins un fervent activiste et ambassadeur de la couture française.

L’exposition Hubert de Givenchy est à découvrir à La Cité de la Dentelle et de la Mode de Calais jusqu’au 31 décembre.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

lire la suite

> voir tout

Art

Jusqu’au 21 juin, le photographe Ilyes Griyeb vend ses clichés en ligne au profit du comité La Vérité pour Adama