« Givenchy Atelier » : quand la Haute Couture devient prêt-à-porter

Article publié le 16 octobre 2019

Photo : Givenchy Atelier.
16/10/2019

Sous l’impulsion de Clare Waight Keller, la maison française vient de lancer une collection en édition limitée qui transpose l’excellence des savoir-faire de ses ateliers sur des pièces de prêt-à-porter intemporelles et parfaitement coupées.

Alors que la Haute Couture connaît un regain d’intérêt et infuse les différentes collections de prêt-à-porter, comme pour contrecarrer l’allure streetwear qui s’est généralisée ces dernières années, la maison Givenchy continue de brouiller les pistes en dévoilant cet automne une nouvelle collection capsule baptisée « Givenchy Atelier » qui – comme son nom le laisse entendre – célèbre l’excellence des ateliers au travers d’une série de pièces pensées pour être adoptées au quotidien comme des vêtements de prêt-à-porter. « Fondée sur les codes de haute couture de la maison » créée par Hubert de Givenchy en 1952, cette collection capsule mixte et disponible dès à présent dans une sélection de boutiques Givenchy rend « hommage aux savoir-faire des petites-mains », peut-on lire dans le communiqué de presse.

Photo : Givenchy Atelier.

D’une élégance épurée, elle se compose de pièces sobres aux lignes nettes et aux coupes précises comme un chemisier à manches bouffantes et plissées ou encore un pantalon de costume en laine évasé au tombé parfait. Dominée par le noir et le blanc, pour mettre l’accent sur son caractère intemporel, la capsule « Givenchy Atelier » fait la part belle aux tissus luxueux tels que la dentelle, la guipure ou encore le satin et se compose à la fois de tenues de jour et de soirée. Avant tout conçues pour durer, les pièces célèbrent l’héritage et l’ADN de Givenchy en s’appuyant notamment sur le concept des « séparables » inventé par le fondateur de la maison du 3 avenue George V, tout en intégrant les codes esthétiques établis depuis 2017 par Clare Waight Keller, l’actuelle directrice artistique.

La création de cette nouvelle ligne à mi-chemin entre Haute Couture et prêt-à-porter rappelle d’ailleurs que c’est cette dernière qui a redonné vie à la Haute Couture chez Givenchy, une activité que son prédécesseur Riccardo Tisci avait mise en veille au début des années 2010. Du designer italien, la britannique garde cependant quelques éléments puisés dans le vestiaire sportswear. Ainsi, les nœuds XXL récurrents sur les robes de bal des collections de Haute Couture migrent cette fois-ci sur des sacs à dos tandis que les escarpins côtoient des sneakers montantes façon basketteurs. Une fusion entre une allure sophistiquée et décontractée que l’on retrouve également sur une série de T-shirts et de sweat-shirts à capuche brodés ou flanqués d’un motif étiquette sur lequel le nom de la maison et l’adresse historique de ses ateliers apparaissent soulignés d’un trait rouge, en clin d’œil à la façon dont Hubert de Givenchy signait ses propres dessins. Insuffler de la poésie au prêt-à-porter tout en proposant un luxe silencieux loin de toute ostentation, voilà un pari qui semble ici réussi.

À lire aussi :

Les plus lus

> voir tout

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

lire la suite

> voir tout

Mode

Intitulée « Gabrielle Chanel, Manifeste de Mode », la rétrospective du Palais Galliera consacrée à Gabrielle Chanel ouvre ses portes aujourd’hui et se tiendra jusqu’au 14 mars 2021

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.