Contouring, DIY, gender fluidity : et si Boy George avait tout inventé ?

Article publié le 24 mai 2016

Texte : Violaine Schütz

Bien avant l’ère du gender fluid, Boy George était l’icône beauté ultime. Symbolisant à merveille l’art flamboyant de l’androgynie dans la pop des années 80, la new wave et le mouvement néo-romantique, son manuel de « maquillage et de look » sorti en 1984 n’a pas pris une ride.

À travers ses tenues ostentatoires et son maquillage outrancier, Boy George incarnait à lui seul la folie hédoniste des 80’s, où les mélanges stylistiques les plus déjantés étaient farouchement encouragés. On se souvient au même moment de Dead Or Alive ou d’Adam And The Ants qui piochaient sans vergogne dans le vestiaire féminin tout comme dans celui du théâtre et du cabaret.

Le chanteur de Culture Club était, dix ans après la création de la figure glam rock Ziggy Stardust par Bowie, s’imposait comme le nouveau sex-symbol et icône de mode d’une génération, aussi bien auprès des hommes que des femmes.

Cet esprit anti conventionnel changeait de coupes et de couleurs de cheveux sans arrêt, pratiquait un maquillage bariolé inspiré par le kabuki, sortait en total look Chanel ou punk, mettait des rubans et des turbans dans sa crinière ou posait des autocollants sur son visage. Il soignait également toujours les détails. Il arborait ainsi des lunettes de soleil originales, des chaussures à plateforme et des chapeaux fous et portait mieux que quiconque l’accumulation de badges et d’accessoires en tout genre.

Le livre Boy George Fashion & Make up est sorti en 1984.

Dans le livre Boy George Fashion & Make up sorti en 1984 (qui fut peu après traduit en français aux éditions Encre sous le nom de Le look de Boy George), on apprend comment se fabriquer (patrons à l’appui) un blazer ou un kimono oversize. On peut aussi copier le maquillage de l’interprète de « Karma Chameleon » qui pratiquait avant les Kardashian le contouring, via des tutos beauté détaillés. Le bouquin montre surtout que l’audace et la confusion des genres restent l’arme de séduction massive en matière de look.

Mélangeant des vêtements de diva kitsch à des costumes de dandy chic anglais, il ne s’interdisait absolument rien. Une des meilleures leçons à retenir ? Mixer les imprimés sans avoir peur de la faute de goût. Et toujours se démarquer. On trouve dans cette ode à la différence aussi pas mal d’idées à piquer pour une virée aux soirées House Of Moda ou aux Sale, et briller de mille feux.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

lire la suite

voir tout

ArtBeautéFresh News

Découvrez la troisième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.