Les trésors de Chtchoukine à la Fondation Vuitton

Article publié le 4 novembre 2016

Art

Photo : Aha oé feii, Paul Gauguin

Gauguin, Picasso, Manet, Cézanne, Van Gogh… le name dropping n’est pas figure difficile dès lors qu’il s’agit d’aborder le sujet des oeuvres de Sergueï Chtchoukine. La Fondation Vuitton regroupe jusqu’au 20 février 2017 pour son exposition Icônes de l’art moderne près de 130 chefs d’oeuvres issus de l’impressionnante collection de cet homme d’affaires visionnaire.

Il est l’un des plus grands mécènes du siècle précédent. Sergueï Chtchoukine, entrepreneur et magnat du textile russe, a fait dès le début du XIXe l’acquisition précoce d’œuvres de peintres français aujourd’hui considérés parmi les maîtres de l’art moderne. Cinquante-quatre Picasso, treize Monet, quarante et un Matisse, seize Gauguin, quatre Van Gogh… le répertoire de ses propriétés a tout l’air d’un inventaire de musée mais n’indique qu’une partie de la fabuleuse richesse de cette collection.

Et pourtant, le grand public occidental la connaît à peine. Pour cause, le registre, composé d’environ 300 oeuvres, avait été dispersé après que Staline eut ordonné en 1948 sa division entre deux musées situés respectivement à Saint Pétersbourg et à Moscou.

L’Atelier rose, Henri Matisse

La Fondation Louis Vuitton – déjà investie dans la restauration de L’Atelier rose, un tableau de Matisse daté de 1911 et appartenant à Chtchoukine – réunit pour la première fois depuis leur séparation 127 oeuvres de la collection.

Certaines d’entre elles n’avaient encore jamais quitté la Russie pour atterrir entre les murs d’un musée étranger. La Fondation offre avec son exposition Icônes de l’art moderne. La collection Chtchoukine un parcours fascinant – et quasi-exhaustif en termes de signatures – à travers les périodes majeures de la peinture, de l’impressionnisme au modernisme. Elle rend aussi hommage à ce collectionneur visionnaire qui avait su détecter le talent d’artistes parfois reconnus post mortem. Une valeur inestimable.

Chaumières à Auvers-Sur-Oise, Vincent Van Gogh

L’exposition rétrospective Icônes de l’art moderne. La collection Chtchoukine est à découvrir à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 20 février 2017.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi la figure du clown fascine le monde créatif ?

Des mèmes de Donald Trump déguisé aux blockbusters tels que Joker ou Ça, le personnage initialement comique du clown s’affirme désormais comme une figure dramatique, voire inquiétante. Une nouvelle stature qui inspire la mode, la musique et l’art contemporain, attirés par son aura sulfureuse.

Lire la suite

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Lire la suite

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Lire la suite

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Lire la suite

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.