Eddy De Pretto Antidote

L’interview d’Eddy de Pretto : « La notion du mâle ultra-virilisé est archaïque »

Photos : Eddy de Pretto par Patrick Weldé, pour Magazine Antidote : EARTH été 2018.
Texte : Maxime Delcourt. Stylisme : Yann Weber. Maquillage : Julia Wretzky
Bomber, Antidote Studio en collaboration avec Y/Project. Short et jogging, Antidote Care. Chaussures, Ami.

Virtuose de la pop française à laquelle il apporte une énergie nouvelle, issue du hip-hop notamment, Eddy De Pretto développe à travers son premier album Cure, sorti le vendredi 2 mars, des chansons au spleen communicatif qui transpirent la grisaille parisienne, un lyrisme sincère et les abus de ces nuits que l’on imagine sans fin.

Et si Eddy De Pretto, vingt-cinq ans cette année, était l’une des figures fortes de cette nouvelle génération d’artistes pop hexagonaux, populaires et décomplexés, indie et tubesques ? Sa nomination aux Victoires de la musique 2018 dans la catégorie « révélation scène » ou ses trois concerts complets à la Cigale appuient ce postulat. Ses différents singles également : Fête de trop, Kid, Beaulieue… tous singularisent en effet sa démarche, symbolisée par une noirceur dans le propos, un parti-pris esthétique inédit et des thèmes ( la drogue, les fêtes sans fin, la banlieue, la virilité abusive ) pas forcément taillés pour les grandes radios. Les standards ? Eddy De Pretto semble s’en moquer royalement, lui qui a repris Je suis pas fou de Jul, dit rêver d’un duo avec Diam’s, et évolue constamment à la frontière du rap et de la variété française – un peu à la manière d’un Stromae, avec qui le Parisien partage un certain timbre de voix. Tout cela pose évidemment un homme, et la gloire à laquelle il semble être promis ces prochaines années.

eddy-de-pretto-cure-antidote

À gauche : Chemise, hoodie et pantalon, Antidote Studio en collaboration avec Sankuanz. Baskets, Adidas.
À droite : Veste et pantalon, Sean Suen. T-shirt, Koché. Baskets, Myar. Lunettes, Gucci.

eddy-de-pretto-antidote2

Chemise, hoodie et pantalon, Antidote Studio en collaboration avec Sankuanz. Baskets, Adidas.

eddy-de-pretto-antidote3

Veste et pantalon, Sean Suen. T-shirt, Koché. Baskets, Myar. Lunettes, Gucci.

ANTIDOTE : On est fin janvier, et je crois que ton album vient tout juste d’être finalisé.
Eddy De Pretto : Oui, ça a été un peu speed, mais on est finalement arrivés à finaliser un disque qui me correspond entièrement. Pendant tout l’enregistrement, il y a eu cette pression, ce flux tendu, cette urgence qui me paraissait essentielle, dans le sens où elle correspond à ce que j’ai envie de dire et de transmettre. Dans chacun de mes morceaux, je pense, il y a une certaine tension musicale qui se dégage, donc c’était plutôt logique de ne pas trop avoir de temps en studio pour finaliser le disque. Ça m’a évité de trop réfléchir à chaque morceau, de vouloir peaufiner tel ou tel son, etc. Et puis c’est entièrement moi ; à l’école, déjà, j’attendais la dernière minute pour faire mes devoirs, quitte à bosser jusqu’à cinq heures du matin pour finir un DM.

Dans une interview donnée l’année dernière, tu avais promis un album déconstruit. Tu penses avoir réussi à atteindre cet objectif ?
Disons que, dans la forme, le disque est sans doute moins déconstruit que je l’imaginais. J’aurais voulu insérer de petits interludes, mais il y a déjà quinze titres très bavards, donc autant éviter d’en rajouter une couche. Dans le fond, en revanche, j’ai eu envie de mettre en exergue des thèmes jusqu’ici peu abordés dans la chanson française. Et c’est précisément là que la déconstruction se fait. Quand je parle de genre ou de virilité abusive dans mes chansons, cela entre tout de suite en opposition avec cette notion du mâle ultra-virilisé que l’on a dans nos sociétés, cet homme qui est avant tout une épaule pour le reste du foyer. Selon moi, cette vision est archaïque et ne correspond en rien à ma conception de la virilité. C’est pourquoi je tente de la déconstruire.

Pour la production, tu as fait appel aux producteurs Kyu Steed et Haze ( proches collaborateurs de Booba,
PNL, etc.  ).
Oui, et ça s’est super bien passé ! On a appris à se connaître au fur et à mesure de l’enregistrement, à s’écouter et à s’ouvrir aux idées des uns et des autres. Personnellement, j’ai aimé le fait qu’ils soient très à l’écoute de mes envies. Je souhaitais travailler dans la nuance, et ils ont parfaitement respecté cette dynamique de composition.

Enregistrer un premier album peut être assez stressant. À quel moment t’es-tu senti prêt pour te lancer dans une telle aventure ?
Oh, tu sais, des craintes j’en ai tout le temps, donc bon… En revanche, il n’y a pas eu de déclic en particulier. C’est un peu comme si j’avais toujours été prêt à ça, à me produire sur scène et à débiter mes mots. Dans un sens, ce disque arrive même à point nommé. Je l’ai d’abord rodé et testé sur scène, dans des petites salles parisiennes, avant de le finaliser et de lui donner plus d’ampleur en studio. Tout s’est fait par étape, et c’est très bien comme ça.

Est-ce que sortir cet album est aussi une façon pour toi de t’affirmer, de prendre conscience de tes capacités ?
Oui, bien sûr ! On prend conscience que l’on a les épaules pour assumer un tel projet, qu’elles sont plus solides qu’on ne le croit. Sans parler du réseau qui s’agrandit autour de moi, qui fait tout pour que je prenne confiance en moi et que j’assume chacune de mes idées. Il y a encore quelques temps, je n’étais pas aussi serein. Bon, je me remets toujours en question, bien sûr, mais c’était bien plus prononcé il y a encore quelques mois…

Grâce à Fête de Trop, tu as rencontré un bon succès commercial et critique, ce qui est plutôt rare. Comment l’expliques-tu ?
Je pense que le succès de Fête de trop sert et dessert mon projet à la fois. Honnêtement, je ne pensais pas que parler de muqueuses, d’amants de passage, de mecs que j’ai chopés ou des rails de coke que je me suis enfilés puisse autant plaire aux radios généralistes. Dans un sens, ça me fait peur.

Pourquoi ?
Parce que j’ai envie d’assumer la personne que je suis, mais je crains aussi la façon dont les gens vont recevoir ce message et se l’accaparer ou non. Il y a encore quelques mois, diffuser les morceaux d’un PD qui banalise son homosexualité et parle de ses amourettes comme pourrait le faire Julien Doré dans ses chansons, ça me semblait très risqué. C’est donc assez surprenant pour moi de savoir que des radios très grand public, comme NRJ ou Virgin, intègrent ce morceau à leurs playlists. Je ne m’attendais pas à ça.

« Je ne pensais pas que parler de muqueuses, d’amants de passage, de mecs que j’ai chopés ou des rails de coke que je me suis enfilés puisse autant plaire aux radios généralistes. »

C’est peut-être aussi grâce à ce réseau qui t’entoure.
C’est sûr que l’équipe autour de moi fait un excellent travail. Mais c’est peut-être également le signe que la France est désormais prête à entendre ce genre d’histoires, qui me semblent banales mais sont loin de l’être pour tout un tas de personnes. On avance peut-être vers plus d’ouverture et de tolérance.

De ton côté, tu te vois comme un artiste engagé ?
Non, pas du tout. Je n’ai pas envie d’être un porte-drapeau, ni d’être politisé, mais j’ai compris que le fait d’en parler et d’être mis en avant, ça rend le propos politique malgré moi. Seulement voilà, je n’irai pas pour autant faire des discours sur la place de la République pour la cause LGBT. Je n’ai pas envie de surligner ce que je fais de ma vie, ce n’est pas le point le plus important que je sois PD ou hétéro. Au contraire, j’ai envie que l’on s’en batte les couilles de cette info et que l’on me considère comme n’importe quel chanteur qui interprète ses textes. Après, mes morceaux seront peut-être récupérés ou non, mais ce n’est pas mon problème. J’estime qu’ils parlent d’eux-mêmes et que je n’ai pas besoin d’en faire plus.

Malgré toute cette attente et tout ce soutien, tu te sens quand même l’âme d’un outsider sur la scène française ?
J’essaye, en tout cas. Étant beaucoup plus sensible aux musiques indie qu’à ce que l’on peut entendre traditionnellement à la radio, je pense rester une figure à part au sein des médias généralistes. Mais ça n’en reste pas moins difficile de gérer l’intérêt de grosses radios comme NRJ ou RTL2 lorsqu’elles viennent te voir avec toute leur testostérone pour te dire qu’elles veulent faire de « Fête de trop » un tube… J’ai bien évidemment le rêve de toucher le plus de monde possible, mais j’aimerais le faire sans sacrifier cet amour de la musique indépendante.

Justement, Fête de trop a été ton premier single. Peux-tu revenir sur sa conception ?
J’ai eu l’occasion d’enregistrer pas mal de morceaux avant, mais ça été le premier à sortir officiellement. À l’époque, je faisais beaucoup d’afters, de soirées qui se terminaient à 18 ou 19h le dimanche. C’était toujours des moments délirants, mais il y avait systématiquement une grosse mélancolie qui finissait par émerger de ces fêtes hors-normes et interminables. D’autant plus chez moi, qui ai toujours été très psychique dans ma façon de consommer la fête. Même quand je prends de la coke, je suis toujours très conscient de ce que je suis en train de faire, je ne me libère pas totalement l’esprit comme certains savent le faire. Et Fête de trop raconte ça ; toutes ces situations dans lesquelles je me retrouve, non pas par choix, mais par automatisme. En sachant pertinemment que je vais y revenir parce que j’aime ça et que j’y vois mes potes. Mais bon, il faut reconnaître qu’il y a quelque chose d’irrationnel là-dedans, dans le sens où ça bousille le moral et la santé.

J’ai l’impression que tu t’inscris dans une scène française qui utilise la fête comme le symbole d’un spleen général. Comme si on dansait pour tuer l’ennui…
Il y a un peu de ça, c’est sûr. Pour moi, c’est devenu une obligation en tout cas ; faire la fête pour se retrouver, partager quelque chose dans l’euphorie, même si chacun fait sa propre expérience de la fête le moment venu. Le fait de plonger là-dedans, de partager l’ambiance, c’est une façon de nous rassurer et de tuer l’ennui comme tu dis. Mais c’est aussi parce qu’on ne sait peut-être pas quoi faire d’autre. Là, je commence à vieillir et à privilégier les dîners, mais je ne me vois pas encore manger un Bo Bun veggie devant Titanic un samedi soir. Un jour, peut-être, mais pour le moment, ça me fait chier.

Tu penses que cette vision de la fête est symptomatique de notre époque ?
Alors ça, je ne sais pas du tout. Je ne sais pas parler de l’époque, je ne sais pas globaliser. Ce qui est sûr, c’est que les fêtes sont pleines, donc il y a sans doute un même sentiment partagé par des millions de jeunes à travers le monde.

De ton côté, c’est volontaire cette façon de laisser s’exprimer les sentiments, sans aucune pudeur ?
Disons que j’ai toujours fait de la musique avec ce premier degré là, en cherchant continuellement à être sincère. Tout simplement parce que j’ai grandi avec ce genre de démarche ; Booba et Diam’s racontent au premier degré leurs histoires, leurs interrogations, Barbara et Brel également. En écoutant leurs morceaux, on entre dans cette intimité-là, et j’aime cette façon d’aborder la musique. Il y a un côté pervers dans le fait d’aller écouter les maux des autres pour se rassurer et se dire que d’autres personnes ressentent la même chose, mais j’aime ressentir cette sensation. Pour Random, par exemple, je ne te dis même pas le nombre de personnes qui m’ont dit qu’elles tombaient elles aussi amoureuses à chaque coin de rue et que ça leur faisait du bien de savoir qu’elles n’étaient pas les seules à agir ainsi.

eddy-de-pretto-cure-antidote-2

Chemise, Antidote Studio en collaboration avec Sankuanz. Débardeur, Acné Studio. Pantalon, Pigalle. Sneakers, Nike.

eddy-de-pretto-antidote5

Chemise, Antidote Studio en collaboration avec Sankuanz. Débardeur, Acné Studio. Pantalon, Pigalle. Sneakers, Nike.

Quand tu écris, tu sais donc que le résultat de tes introspections peut avoir de la valeur pour quelqu’un ?
Au moment de l’écriture, non, pas du tout. Là, tu es plongé dans le flux de tes mots, tu recherches l’introspection et tu ne penses pas une seconde à la réception publique de ce que tu es en train d’écrire. Une fois le texte fini, en revanche, les questions commencent à fuser.

On n’en a pas encore parlé, mais ta musique est un bon mélange entre variété et rap, un mélange que l’on retrouve de plus en plus prononcé chez Orelsan, Aloïse Sauvage ou même Lomepal. Comment tu expliques cette tendance ?
Ce ne sont que des suppositions, mais on est peut-être allé au bout du jazz, de la chanson ou du rap. Le renouveau, c’est peut-être de faire des croisements et d’en ressortir de nouveaux styles qui viennent subtilement se mettre en lien les uns aux autres. Je peux me tromper, mais j’ai l’impression que c’est ce qui se passe en ce moment. Le plus souvent avec des mots très forts, très profonds.

Comment ça ?
Je ne sais pas, j’ai l’impression que l’on est de plus en plus intéressé par le mot et par la non-crainte de dire les choses telles qu’elles sont. Ça vient probablement de la culture rap, de plus en plus présente aujourd’hui, mais cette extrême sincérité, cette volonté de parler à cœur ouvert avec plus ou moins de vulgarité, de dire les choses droit dans les yeux, me plaît beaucoup. Cette absence de tabou dans la parole, on l’avait énormément perdu dans les années 2000 avec le R&B ou toute cette scène française inspirée par les anglo-saxons comme Cocoon. Là, tout est tenu, très assumé, très franc. Et le plus beau, c’est qu’il y a un vrai public pour ce genre de démarche.

Il y a des disques que tu as entendu ces dernières années qui t’ont incité à adopter ce genre d’approche ?
Oula, plein ! Il y a déjà cette base ; Diam’s et Barbara. D’un côté, les textes très bruts, directs. De l’autre,
le lyrisme à l’état pur. Ça peut étonner, mais c’est vraiment la synthèse que je souhaite atteindre. Après, un mec comme Frank Ocean m’impressionne également. Il y a quelque chose de très lyrique chez lui, avec une vraie voix, puissante, mais qui ne l’empêche pas de garder un côté plus rappé et des sons carrément groovys. De façon plus mainstream, il y a également Stromae qui reprend cette interprétation à la Brel sur des musiques beaucoup plus dance. J’aime vraiment ce genre de démarche, que l’on peut retrouver aussi chez Christine & The Queens. Ce type de collision sonore et textuelle m’intéresse fortement.

eddy-de-pretto-antidote-earth

Veste, Antidote Care. Jogging et baskets, Adidas.

eddy-de-pretto-antidote4

Veste, Antidote Care. Jogging et baskets, Adidas.

Il y a quelques semaines, tu as déclaré vouloir faire un duo avec Diam’s.
Oui, c’est un peu mon grand délire ! Elle va me détester parce que je pense qu’elle veut qu’on la laisse tranquille actuellement et je n’arrête pas de parler d’elle, mais j’aime bien l’idée qu’elle revienne à la musique avec un morceau à mes côtés. Mais c’est plus un fantasme qu’autre chose, bien sûr.

Ce n’est pas un problème d’écouter du rap et de lutter contre la « virilité abusive » ? Ou alors, contrairement à beaucoup, tu arrives à percevoir le second degré derrière la démarche de certains MC’s ?
Quand j’étais petit, j’avoue que je comprenais moins. Mais en grandissant, j’ai saisi que ce n’était qu’une posture. Du moins, je l’espère. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a des codes présents depuis longtemps dans le hip-hop et que certains rappeurs doivent se sentir obligés de les reprendre à leur compte et d’assumer leur virilité. Mais j’ai tendance à penser que ce n’est qu’un jeu. De toute manière, je ne pense pas que l’on puisse aujourd’hui prôner des choses pareilles en toute conscience et sans aucune pointe d’humour.

« J’aime l’idée de la construction d’un monstre de soi, de grossir un peu les traits pour avoir la consistance nécessaire une fois sur scène. C’est bien sûr une protection, mais ça permet surtout de se transformer sur scène, de ne pas montrer au public tout le stress que je peux avoir avant de me présenter face à lui. »

Ton univers, lui, est finalement très urbain. Tu ne fais pas partie de ces artistes qui s’inspirent des grands espaces et des terres vierges de toute présence humaine ?
Non, je ne suis pas très rural. Je viens de Créteil, j’ai grandi dans le béton et je passais mes journées à trainer au centre commercial. Il n’y a jamais eu trop de campagne dans ma vie et je n’aime pas trop ça pour tout dire.

Tu n’as donc jamais eu envie de quitter la ville pour te ressourcer ou autre ?
Non, je suis un peu comme Paris Hilton sur ce coup ; la campagne me paraît un peu dégueu (Rires). Plus sérieusement, c’est surtout que je ne connais pas trop. Et puis, pour rebondir sur ce que l’on disait tout à l’heure, l’ennui du milieu rural me paraît plus dur à tuer que celui de Paris ou des grandes villes. Je ne suis pas sûr d’être prêt à affronter ça. En ville, à tout moment tu peux aller voir un pote, boire un verre, il y a une ébullition permanente. En campagne, il y a ce vide sidéral qui t’oblige à penser à toi-même, à ne pas craindre ces moments de solitude. J‘ai l’impression d’être Lucchini en disant ça (Rires). Après, pour être honnête, ça m’arrive de le fantasmer, notamment les lendemains de fête où je me dis que je vais m’acheter une maison dans le Loir-et-Cher avec une vache. Mais je passe rapidement à autre chose.

Est-ce qu’il n’y a pas un fantasme écologique derrière tout ça ?
Peut-être, mais j’avoue ne pas avoir encore complètement adhéré au végétarisme. Il y a quatre ans, je me moquais d’une amie qui me parlait de conscience animale, mais j’ai beaucoup évolué sur le sujet. La mentalité de la plupart de la population également, j’ai l’impression. Le problème, finalement, ne vient pas de nous mais des institutions. Nous, on ne peut que changer les choses à petite échelle, donc c’est aux grosses entreprises de changer leur mode de fonctionnement et de production.

Tu ne te vois pas faire une tournée en vélo pour éviter de polluer les autoroutes françaises ?
(Rires) Je ne suis pas encore à ce stade-là.

En parlant de tes concerts, c’est quand même marrant cette façon que tu as de t’accompagner de ton portable sur scène.
Disons que je suis constamment sur mon téléphone, que j’écoute ma musique là-dessus et que j’avais envie d’un truc très minimaliste sur scène. Je voulais que ce soit brut et direct. Alors j’ai pensé à mon téléphone, à ce petit gadget qui me permet de lancer mes morceaux et d’interroger le public sur cette surconnexion permanente à Internet. Bon, bien sûr, ça dérange un tas de personnes, qui me trouvent complètement dingue, mais d’autres trouvent ça génial. Alors bon…

Le fait d’avoir suivi des cours de théâtre avant d’être musicien, ça t’a aidé à construire ce personnage scénique ?
La scène, ça été mon point de départ. C’est là que je me suis toujours senti le plus à l’aise, et ce depuis que ma mère m’a inscrit au théâtre quand j’étais petit. Depuis, c’est devenu un besoin, quelque chose dont j’ai envie. Et puis j’aime l’idée, par exemple, de la construction d’un monstre de soi, de grossir un peu les traits pour avoir la consistance nécessaire une fois sur scène. C’est bien sûr une protection, mais ça permet surtout de se transformer sur scène, de ne pas montrer au public tout le stress que je peux avoir avant de me présenter face à lui. De toute façon, je n’ai pas envie de faire dans la demi-mesure, donc histoire d’appuyer la différence entre ma personnalité et celle que j’affiche sur scène, je surjoue. Et c’est ce que j’ai envie de faire comprendre aux spectateurs ; jouons, c’est tellement mieux ainsi !

Cet article est extrait de Magazine Antidote : Earth printemps-été 2018 photographié par Patrick Weldé.

antidote-earth
footer-pre-order (1)

À lire aussi :

  • Société

    Comment la technologie va-t-elle s'emparer de notre sexualité ?

    C'est une règle quasi mathématique : une révolution sexuelle est toujours la conséquence des avancées technologiques de son époque. Pour preuve, les chamboulements émancipateurs des années 60 et 70 n'auraient été possibles sans la démocratisation des nouvelles méthodes de contraception. S'appuyant sur ce théorème, et les progrès exponentiels en matière d'informatique, de robotique et d'intelligence artificielle, comment envisager les prochaines modalités de jouissance qui s'offriront à nous ?
  • Mode

    EXCESS : la nouvelle série mode de Xiangyu Liu issue du dernier Antidote

    Découvrez une série mode inédite issue du nouveau numéro d'Antidote photographié par Xiangyu Liu. Commandez dès maintenant EXCESS sur notre eshop au prix de 15€.
  • Musique

    Sound 79 : la nouvelle playlist de Moodoïd pour Antidote

    Bientôt en concert à Paris le 14 novembre prochain à la Maroquinerie afin de présenter en live son nouvel LP onirique Cité Champagne, Moodoïd signe ici sa troisième playlist pour Anitdote, Sound 79.