Qui est Patrick Weldé, le photographe du nouveau numéro d’Antidote : Earth ?

Article publié le 12 février 2018

Share :

Texte : Alice Pfeiffer

Patrick Weldé conjugue nature et naturel à travers ses clichés depuis ses premiers projets, menés dans son Alsace natale, où il photographiait ses proches dans leur intimité.

La nature, celle qui nous habite, celle qu’on habite. Celle qu’on fantasme, celle que l’on recrée – sur une ration de balcon ou que l’on va trouver dans un parc – ; celle de nos corps changeants, et de ceux que l’on découvre. Cette proximité entre intimité corporelle et organique, entre faune et flore, entre notre individualité et son habitus : ce continuum entre le monde extérieur et celui qui nous habite déroule un fil d’Ariane à travers le travail de Patrick Weldé, qui signe cet Antidote : Earth.

Âgé de 25 ans, ce natif d’Alsace grandit proche de la nature – pas celle que l’on montre habituellement sur les cartes postales rayonnantes, aux paysages passés au peigne fin, mais un monde rural, investi pour la vie plutôt que pour la représentation. Il étudie le cinéma puis l’histoire de l’art, avant de se lancer dans le stylisme photo. Riche de ses décalages, ses rencontres inattendues, la poésie douce et sans détours de Patrick Weldé transpose le fantasme là où ne pensait pas le trouver. En nous, ou à l’horizon.

ANTIDOTE. Vous avez commencé votre carrière en tant que styliste avant de vous lancer également dans la photo, d’où vous vient cette double casquette ?
Patrick Weldé. Au fil des mes études, tous mes projets croisaient la mode, la photographie et les corps, et j’ai eu envie de faire du stylisme photo plutôt que du stylisme pur. L’aspect vestimentaire m’intriguait et rentrait toujours dans mes compositions quelles qu’elles soient. Je ne cherchais pas tant à opérer dans un contexte de mode classique, mais avec un regard ou dans un contexte de documentaire, entre autres. Une de mes premières séries a été sur le thème de la techno lors d’une parade par exemple. Je continue à faire du stylisme photo ; j’aime réaliser des images qui soient à la fois authentiques et avec des silhouettes construites.

Comment êtes-vous tombé dans la photographie ?
Je fais de la photo depuis 2010 ; je prenais tout simplement plaisir à photographier mes amis, et la peur de les perdre me hantais. Mon premier cliché était à l’argentique, de ma meilleure amie assise sur des toilettes et qui riait à pleine voix. Elle était malade et j’étais inquiet. Cette photo m’a donné envie de documenter mes proches, les gens que j’aime, ma famille. C’est sans doute important pour moi de laisser une trace de notre époque, j’adore les albums photos, le papier, et l’idée de regarder des images sur un écran m’angoisse énormément.

« J’ai commencé par lancer un blog où je prenais mes ami(e)s nu(e)s dans des situations banales et intimes. »

J’ai commencé par lancer un blog où je prenais mes ami(e)s nu(e)s dans des situations banales et intimes : sous la douche, en train de changer un tampon. Je composais des chapitres que je postais chaque mois en ligne. À cette époque je vivais dans un village, et certains parents ont été choqués, ils n’ont pas compris la démarche. J’ai choisi de suspendre le site par respect vis-à-vis d’eux. La sexualité, l’intimité, ma proximité avec mes amis leur semblaient étranges, mais pour moi, c’est tout à fait naturel, cela reflétait surtout une aise entre nous.

Qu’essayez-vous d’exprimer par le biais de la photographie ?
Je veux montrer la vie, tout simplement. Ces dernières années je me suis beaucoup penché sur mon origine et mon héritage – mes racines alsaciennes emportées avec moi à Paris, qui demeurent le fondement de ma personne. Quand j’étais petit, je m’ennuyais dans la région où je grandissais et craignais que ma vie toute entière ressemble à un long train-train. Aujourd’hui, je trouve le rythme et l’ambiance extrêmement apaisants et j’y retourne tous les mois. L’aspect naturel me manque, les vaches, les champs de tournesols. On peut se baigner, se rouler dans la boue. J’ai des souvenirs d’enfance assez magiques, on construisait des maisons et des jeux avec deux bouts de tissus, on jouait dans les champs. Aujourd’hui, les plus jeunes sont chez eux, devant une console, ça me paraît dommage, j’aimerais qu’ils voient plus de cette beauté.

Qu’avez-vous cherché à explorer dans ce numéro d’Antidote ?
J’ai pour habitude de shooter des gens qui font partie de ma vie. Avec Antidote, j’ai shooté plus de mannequins qu’habituellement, mais avec le même naturel dénué de poses, dans une vraie spontanéité et un environnent brut, qui m’ont permis de mélanger l’imagerie de mode et un sentiment d’authenticité. C’est un équilibre que j’aime beaucoup. C’est d’ailleurs ce qui m’avait touché dans le numéro « Borders ».

Quels lieux avez-vous choisi de prendre en photo, et pourquoi ?
Cela a été un défi de photographier la nature en plein hiver et en plein Paris. Les parcs sont tous artificiels dans les villes, mais je voulais redonner un caractère beau et fier aux paysages. On est allés au Bois de Boulogne, aux Buttes-Chaumont, mais aussi en banlieue parisienne, notamment dans le village de Goussainville, qui est aujourd’hui abandonné suite à la construction d’un aéroport environnant. Les rues sont désertes, les maisons vides, il y a des champs, ça se rapprochait finalement de ce que je voyais chez moi. On a également voyagé au Maroc, en Normandie, en Alsace, dans des quêtes d’ambiance très différentes.

Le Maroc est bien différent de l’Alsace : comment avez-vous montré une autre facette de ce pays touristique ?
Le Maroc a été une toute autre expérience, j’étais surpris de voir à quel point des personnes rencontrées spontanément étaient prêtes à jouer le jeu et s’enthousiasmer pour un stylisme particulièrement travaillé. Nous ne cherchions pas de lieux particuliers, nous ne sommes pas partis à la recherche de dunes ou de locations précises, mais avons fonctionné au gré du hasard, en van, choisissant tout simplement de nous arrêter quand un paysage nous plaisait. Je garde un très bon souvenir d’une ruelle que nous empruntions chaque matin lors de notre séjour. Elle mélangeait différentes odeurs : d’animaux, de fumier, et de sucre.

Qu’avez-vous voulu montrer de la nature, pour ce numéro Earth ?
Je ne sais pas expliquer mon rapport à la nature, j’y ai grandi et durant toute mon enfance c’était normal pour moi d’être au milieu de ces espaces. J’ai cherché des lieux vastes, neutres, ou l’humain n’intervient pas, et qui m’apaisent. On s’y sent libre et les possibilités semblent infinies.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »