American Vintage Antidote

Comment les courants underground ont-ils dicté les basiques d’aujourd’hui ?

Photographe : Raffaele Cariou. Direction de création : Yann Weber.
Stylisme : Jessica de Jong. Coiffure : Chiao Chenet @ Airport. Maquillage : Ismael Blanco @ Agence Aurelien
Texte : Maxime Retailleau

Sans jamais en avoir eu l’intention, les mods, les hippies ou les punks ont tous contribué à faire des jeans, t-shirts blancs et autre trenchs les basiques d’aujourd’hui. Et American Vintage de poursuivre cette histoire de subversion en réinventant, saison après saison, les pièces d’un vestiaire transnational, transgenre et transgénérationnel.

Dans les années 1950, L’Équipée Sauvage, où Marlon Brando incarne le chef d’un gang de bikers anarchiques, et La Fureur de Vivre, avec James Dean, sacralisent la trilogie vestimentaire du rebelle de l’époque : jean, veste en cuir, et t-shirt blanc. Radical de par son minimalisme, le t-shirt, à l’origine porté comme sous-vêtement par les militaires américains et certains ouvriers sous leurs uniformes, apparaît comme un symbole de subversion dès lors qu’il se suffit à lui-même en tant que vêtement d’extérieur.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou2

À gauche : Teo A @ Success Models : Maille et jogging, American Vintage.
À droite : Bartolome C @ Success Models : Manteau, American Vintage.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou-simple2

Teo A @ Success Models : Maille et jogging, American Vintage.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou-simple3

Bartolome C @ Success Models : Manteau, American Vintage.

Peu de temps après la sortie de ces deux films cultes, jeans et vestes en cuir sont quant à eux largement récupérés par le culture rock. Gene Vincent chante sur scène en blouson de biker, et Elvis Presley porte lui une tenue entièrement composée de denim dans le film musical Jailhouse Rock (1957). Dans les années 60 et 70, cette matière est ensuite reprise par les hippies, qui vivent en marge de la société de consommation et personnalisent leurs pantalons en y brodant des fleurs. Accompagnant la popularité grandissante du rock (entérinée par l’apparition de l’expression « pop-rock », qui désigne son extraction la plus grand public, ayant perdu la dimension contestataire des origines), les vêtements associés à ce genre musical intègrent finalement l’univers du mainstream et se retrouvent sur les épaules de tout un chacun.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou3

À gauche : Trench, gilet et pantalon, American Vintage.
À droite : Bartolome C @ Success Models : Pull et pantalon, American Vintage.
Gustave K @ Success Models : Blouson, pull et pantalon, American Vintage.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou-simple4

Trench, gilet et pantalon, American Vintage.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou-simple5

Bartolome C @ Success Models : Pull et pantalon, American Vintage.
Gustave K @ Success Models : Blouson, pull et pantalon, American Vintage.

Après avoir longtemps été exclues du politiquement correct, ces pièces ont finalement été acceptées, digérées par la société, qui célèbre souvent ses plus belles avancées sur le tard, après s’y être opposée dans un premier temps. Elles ont ainsi perdu leur aura rebelle : le prix à payer pour acquérir le statut de classique indémodable. Ce qui n’empêche pas des labels à l’image d’American Vintage, lancé douze ans plus tôt, de renouveler chaque saison depuis ses quartiers généraux marseillais ce vestiaire basique à coups de coupes novatrices et de matières inattendues. Et d’asseoir le statut de nouveaux basiques de pièces comme le bomber, longtemps réservé, à l’instar du trench, à un usage militaire, puis récupéré par les mods et enfin répandu globalement.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou4

Bartolome C @ Success Models : Bomber, American Vintage.
Teo A @ Success Models : Gilets , American Vintage.

Ce, en restant fidèle à l’ADN original des vêtements iconiques qu’elle reprend à son compte. Et si l’attrait pour ces classiques ne faiblit pas au cours des années tandis que la mode et ses parfois extrêmes tendances continuent de courir, c’est parce qu’ils se marient avec tout, conviennent souvent en toute circonstance et résistent sans effort aux courants éphémères.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou5

À gauche : Gustave K @ Success Models
À droite : Bartolome C @ Success Models : Manteau, pull et pantalon, American Vintage.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou-simple8

Gustave K @ Success Models

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou-simple9

Bartolome C @ Success Models : Manteau, pull et pantalon, American Vintage.

Les basiques constituent ainsi une réponse à une mode dont le rythme effréné et les dégâts écologiques désastreux qu’elle entraîne sont décriés. Ils s’imposent aussi comme une seule valeur sûre dans l’univers de la mode, où ce que l’on pensait être six mois plus tôt le comble du mauvais goût devient la saison suivante le must-have absolu, et vice-versa.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou6

De gauche à droite : Julien C @ Success Models : Maille à capuche, American Vintage.
Bartolome C@ Success Models : Pull et pantalon, American Vintage.
Gustave K @ Success Models : Veste, pull et pantalon, American Vintage.
Teo A @ Success Models : Gilet, t-shirt et pantalon, American Vintage.

Universels et cosmopolites, ces vêtements sobres et épurés parviennent ainsi à résoudre une équation souvent délicate : mettre tout le monde d’accord. Ils sont transnationaux, transgénérationnels, et souvent transgenres. Pragmatiques aussi : ils constituent le costume de la vie de tous les jours, à la fois sobre, décontracté et consensuel. 

Composant un langage visuel commun à tous, et traversant tout type de frontière, les classiques célèbrent un idéal de ralentissement, de constance et de longévité, procédant par micro-changements, traversant les saisons d’un pas tranquille sans oublier de garder un oeil attentif sur les révolutions environnantes afin de ne jamais se laisser trop distancer. Une certaine idée de naturel aussi. American Vintage l’assure : « Simplicity is a requirement ». Le futur du basique sera radieux.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou7

À gauche : Manteau, pull et pantalon, American Vintage.
À droite : Gustave K @ Success Models : Manteau, t-shirt et pantalon, American Vintage.
Julien C @ Success Models : Veste et t-shirt, American Vintage.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou-simple12

Manteau, pull et pantalon, American Vintage.

American-Vintage-Antidote-Raffaele-Cariou-simple13

Gustave K @ Success Models : Manteau, t-shirt et pantalon, American Vintage.
Julien C @ Success Models : Veste et t-shirt, American Vintage.

Retrouvez l’ensemble de la collection American Vintage sur le site internet de la marque www.americanvintage-store.com et retrouvez l’univers de la marque sur ses réseaux sociaux Instagram et Facebook.

À lire aussi :

  • Mode

    Azzedine Alaïa était-il le dernier grand couturier ?

    Azzedine Alaïa est un modèle de liberté dans le monde de la mode. Autodidacte, il est l’un des créateurs les plus influents de l’industrie et a toujours tout fait a sa manière. Au fil d’une conversation candide, le plus petit des designers de mode nous a raconté pourquoi il n’a jamais passé une journée prive de liberté, comment la gentillesse de ses clients a lance sa carrière et pourquoi il n’aurait aucune envie de vivre jusqu’a 150 ans.
  • Art

    La photographe Dana Lixenberg expose 20 ans de photos d’un ghetto de Los Angeles

    À travers « Imperial Courts (1993-2015) » qu'elle présente au Centre photographique Rouen-Normandie, Dana Lixenberg retrace l’évolution d’une cité malfamée du sud de Los Angeles, où s’étaient déroulées les émeutes de Watts.
  • Société

    Reportage : au coeur d'Ocakli, un village turc menacé par le tourisme

    Les photographes Fora Norman et Aysegul Demirhan se sont rendus à Ocakli, près de la frontière Arménienne, alors que le gouvernement turc tente de chasser les locaux pour convertir les ruines environnantes en site touristique. Ils rapportent un témoignage visuel et écrit de leur voyage pour Antidote.