Reportage : Ed Forbis, l’ancien modèle de Marlboro retourné à sa vie de cowboy

Article publié le 12 janvier 2018

Share :

Photos et texte : Lola Paprocka et Pani Paul

Les photographes Lola Paprocka et Pani Paul sont allés à la rencontre d’Ed Forbis, installé dans le Grand Canyon après avoir enfourché des chevaux de rodéo pendant neuf ans pour les célèbres photos publicitaires de Marlboro.

Lola Paprocka et Pani Paul. Ed Forbis est un ancien cowboy de rodéo s’étant fait photographié pour les publicités iconiques de Marlboro dans les années 1980. Après une longue carrière de gérant d’un ranch et de cowboy voyageur, il s’est finalement installé dans le Grand Canyon où il charge des mules et s’occupe des chevaux utilisés par les rangers et les guides touristiques. Ayant quitté les projecteurs, Ed Forbis mène aujourd’hui une vie simple, en connexion avec la nature et les animaux.

Cette série photo a été prise chez Ed Forbis, à l’extrémité sud du Grand Canyon, en Arizona. Elle explore le thème infini de la relation de l’homme avec la nature, tout en documentant la culture cowboy – archétype du héros américain, en voie de disparition dans notre monde moderne et mécanisé.

Ed Forbis.  J’ai appris à charger des mules au sein des magnifiques montagnes de Wind River dans le Wyoming, où j’ai été élevé au sein du ranch familial. C’est là que je suis tombé amoureux du mode de vie des cowboys. Dès que je sortais de l’école, je travaillais au ranch et j’entraînais les chevaux, et l’un de mes mentors, qui était aussi l’un des principaux mannequins pour Marlboro, m’emmenait sur des shootings où je montais des chevaux alors qu’ils ruaient, et où j’aidais à faire se déplacer des groupes de chevaux éparpillés ou du bétail.

Au final, j’ai collaboré avec Marlboro pendant près de neuf ans. On a travaillé dans tous les États à l’ouest du Mississippi, et ça m’a permis de découvrir parmi les plus beaux endroits de chacun d’entre eux. C’était l’un des boulots les plus incroyables qu’un type pouvait espérer décrocher, j’en ai apprécié chaque instant.

Lola Paprocka et Pani Paul. Ed Forbis est un ancien cowboy de rodéo s’étant fait photographié pour les publicités iconiques de Marlboro dans les années 1980. Après une longue carrière de gérant d’un ranch et de cowboy voyageur, il s’est finalement installé dans le Grand Canyon où il charge des mules et s’occupe des chevaux utilisés par les rangers et les guides touristiques. Ayant quitté les projecteurs, Ed Forbis mène aujourd’hui une vie simple, en connexion avec la nature et les animaux.

Cette série photo a été prise chez Ed Forbis, à l’extrémité sud du Grand Canyon, en Arizona. Elle explore le thème infini de la relation de l’homme avec la nature, tout en documentant la culture cowboy – archétype de l’héros américain, en voie de disparition dans notre monde moderne et mécanisé.

Ed Forbis.  J’ai appris à charger des mules au sein des magnifiques montagnes de Wind River dans le Wyoming, où j’ai été élevé au sein du ranch familial. C’est là que je suis tombé amoureux du mode de vie des cowboys. Dès que je sortais de l’école, je travaillais au ranch et j’entraînais les chevaux, et l’un de mes mentors, qui était aussi l’un des principaux mannequins pour Marlboro, m’emmenait sur des shootings où je montais des chevaux alors qu’ils ruaient, et où j’aidais à faire se déplacer des groupes de chevaux éparpillés ou du bétail.

Au final, j’ai collaboré avec Marlboro pendant près de neuf ans. On a travaillé dans tous les États à l’ouest du Mississippi, et ça m’a permis de découvrir parmi les plus beaux endroits de chacun d’entre eux. C’était l’un des boulots les plus incroyables qu’un type pouvait espérer décrocher, j’en ai apprécié chaque instant.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Interview avec Timothy Morton, le philosophe qui prône une écotopie hédoniste

Philosophe écologiste et hédoniste, Timothy Morton préfère imaginer des futurs désirables et s’émerveiller devant les innombrables formes du vivant que de se limiter à tenir un discours alarmiste face aux risques climatiques. Pour lui, l’écologie doit rimer avec plaisir, et non devenir une contrainte. Entretien.

Société

La persistance de fantasmes sexuels racistes, de Gauguin à Grindr

La dénonciation récente des violences policières à l’encontre d’individus noirs a mis en lumière l’ancrage du racisme dans les pays occidentaux. Si la population est au commencement d’une introspection, les études universitaires questionnent pourtant les sources du racisme en Occident depuis les années 1980, dans le cadre des « études post-coloniales ». Dans la même veine, de récentes analyses déconstruisent les stéréotypes autour des mythes sexuels des corps non-blancs.

Société

À quand une place, une rue, une statue commémorant le héros noir Saint-George à Lille ?

Suite à la mort de George Floyd, étouffé à Minneapolis lors d’une arrestation par des policiers blancs, la présence de statues et autres symboles de l’oppression raciste dans l’espace public est plus que jamais remise en cause à travers la planète. En parallèle, des étudiants en droit à Lille militent pour commémorer le chevalier de Saint-George, surnommé le « Mozart Noir », au sein de la capitale des Hauts-de-France.

Société

La persistance du white privilege

Vous en avez sûrement entendu parler, de ce white privilege, ou privilège blanc, à ne pas confondre avec le privilège du blanc cette tradition chrétienne autorisant les femmes de sang royal à se vêtir de blanc en présence du pape. Qu’est-il exactement ? Quand on parle de racisme systémique, le privilège blanc en est un des symptômes les plus insidieux. Avant d’expliquer comment il s’est niché si parfaitement dans les strates de nos sociétés occidentales, il nous faut établir une définition du phénomène.

Société

#indeed_sm_wrap_4259{}#indeed_sm_wrap_4259 .ism_item{}#indeed_sm_wrap_4259 .ism_item .fa-ism{float:none;}#indeed_sm_wrap_4259 .ism_item_wrapper{display: inline-block;}#indeed_sm_wrap_4259{display: block;text-align: center;} À lire aussi : Les algorithmes ont-ils mauvais goût ? Commandez le nouveau numéro d'Antidote : DESIRE au prix de 15€ Rencontre avec l'artiste Will Benedict, dont l'œuvre reflète l'absurdité du monde contemporain
Société

Mode, sexe et nudité : analyse d’un threesome

Parce qu’il dissimule le corps et notamment ses parties liées à la sexualité, le vêtement joue un rôle souvent déterminant dans la naissance du désir. Servant tant à camoufler qu’à suggérer et révéler, il est peu à peu devenu un outil de séduction privilégié. Quitte à braver certains interdits : dans notre société à la fois hypersexualisée et héritière de valeurs puritaines millénaires, les expérimentations érotiques perpétuées par nombre de créateurs continuent en effet de secouer l’ordre établi.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

A.CHAL a fait appel à Gunna pour son dernier single « Hollywood Love »