Reportage : Ed Forbis, l’ancien modèle de Marlboro retourné à sa vie de cowboy

Article publié le 12 janvier 2018

Share :

Photos et texte : Lola Paprocka et Pani Paul

Les photographes Lola Paprocka et Pani Paul sont allés à la rencontre d’Ed Forbis, installé dans le Grand Canyon après avoir enfourché des chevaux de rodéo pendant neuf ans pour les célèbres photos publicitaires de Marlboro.

Lola Paprocka et Pani Paul. Ed Forbis est un ancien cowboy de rodéo s’étant fait photographié pour les publicités iconiques de Marlboro dans les années 1980. Après une longue carrière de gérant d’un ranch et de cowboy voyageur, il s’est finalement installé dans le Grand Canyon où il charge des mules et s’occupe des chevaux utilisés par les rangers et les guides touristiques. Ayant quitté les projecteurs, Ed Forbis mène aujourd’hui une vie simple, en connexion avec la nature et les animaux.

Cette série photo a été prise chez Ed Forbis, à l’extrémité sud du Grand Canyon, en Arizona. Elle explore le thème infini de la relation de l’homme avec la nature, tout en documentant la culture cowboy – archétype du héros américain, en voie de disparition dans notre monde moderne et mécanisé.

Ed Forbis.  J’ai appris à charger des mules au sein des magnifiques montagnes de Wind River dans le Wyoming, où j’ai été élevé au sein du ranch familial. C’est là que je suis tombé amoureux du mode de vie des cowboys. Dès que je sortais de l’école, je travaillais au ranch et j’entraînais les chevaux, et l’un de mes mentors, qui était aussi l’un des principaux mannequins pour Marlboro, m’emmenait sur des shootings où je montais des chevaux alors qu’ils ruaient, et où j’aidais à faire se déplacer des groupes de chevaux éparpillés ou du bétail.

Au final, j’ai collaboré avec Marlboro pendant près de neuf ans. On a travaillé dans tous les États à l’ouest du Mississippi, et ça m’a permis de découvrir parmi les plus beaux endroits de chacun d’entre eux. C’était l’un des boulots les plus incroyables qu’un type pouvait espérer décrocher, j’en ai apprécié chaque instant.

Lola Paprocka et Pani Paul. Ed Forbis est un ancien cowboy de rodéo s’étant fait photographié pour les publicités iconiques de Marlboro dans les années 1980. Après une longue carrière de gérant d’un ranch et de cowboy voyageur, il s’est finalement installé dans le Grand Canyon où il charge des mules et s’occupe des chevaux utilisés par les rangers et les guides touristiques. Ayant quitté les projecteurs, Ed Forbis mène aujourd’hui une vie simple, en connexion avec la nature et les animaux.

Cette série photo a été prise chez Ed Forbis, à l’extrémité sud du Grand Canyon, en Arizona. Elle explore le thème infini de la relation de l’homme avec la nature, tout en documentant la culture cowboy – archétype de l’héros américain, en voie de disparition dans notre monde moderne et mécanisé.

Ed Forbis.  J’ai appris à charger des mules au sein des magnifiques montagnes de Wind River dans le Wyoming, où j’ai été élevé au sein du ranch familial. C’est là que je suis tombé amoureux du mode de vie des cowboys. Dès que je sortais de l’école, je travaillais au ranch et j’entraînais les chevaux, et l’un de mes mentors, qui était aussi l’un des principaux mannequins pour Marlboro, m’emmenait sur des shootings où je montais des chevaux alors qu’ils ruaient, et où j’aidais à faire se déplacer des groupes de chevaux éparpillés ou du bétail.

Au final, j’ai collaboré avec Marlboro pendant près de neuf ans. On a travaillé dans tous les États à l’ouest du Mississippi, et ça m’a permis de découvrir parmi les plus beaux endroits de chacun d’entre eux. C’était l’un des boulots les plus incroyables qu’un type pouvait espérer décrocher, j’en ai apprécié chaque instant.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Trouples sur la voie publique

Au sein des médias, des couples ou autour d’un verre, le trouple est un sujet de discussion de plus en plus présent. Il est pourtant l’un des grands absents des lois de la République. Pourra-t-il un jour se faire une place dans la législation française, dans le prolongement de la démarche pionnière initiée par la Colombie ?

Société

Rokhaya Diallo : « Le racisme et le sexisme ne sont pas innés, ils s’apprennent »

Autrice, journaliste, réalisatrice, Rokhaya Diallo s’active sur tous les fronts pour dénoncer le racisme, le sexisme, ou encore le validisme. De sa révélation médiatique, en 2009, à aujourd’hui, l’activiste continue de tendre à la France le miroir dans lequel elle refuse de se reconnaître.

Société

Lauren Bastide : « Une révolution féministe va avoir lieu »

Féministe et journaliste, Lauren Bastide mène un combat politique en faveur d’un féminisme intersectionnel et inclusif. Avec son podcast La Poudre, qui dépasse les 10 millions d’écoutes, elle donne la parole à des femmes inspirantes issues de tous horizons. Car pour lutter contre l’invisibilisation des femmes et leur silenciation, « il faut, avant tout, œuvrer à ce qu’elles soient vues et entendues ». Revue de détail d’une révolution totale et globale, chargée de remettre l’humanité sur les bons rails.

Société

Assa Traoré : « Je donne de l’espoir à la nouvelle génération »

Quatre ans après la mort d’Adama Traoré dans les locaux de la gendarmerie de Persan, suite à une interpellation, sa sœur mène le combat en sa mémoire avec une détermination inaltérable. Devenue une figure internationale de la lutte contre le racisme et les violences policières, elle incarne une nouvelle génération de Français·e·s issu·e·s des quartiers populaires qui ne se laissent plus voler la parole et ne s’excusent plus d’exister.

Société

Pas d’alcool ni de drogue : le mouvement straight edge est-il toujours aussi punk ?

Né dans des années 1980, le mouvement initié par le groupe de punk hardcore Minor Threat prônant une vie sans alcool et sans drogue semble connaître un regain de popularité. De plus en plus dépouillé de ses attributs originels, il est à la fois adopté par certain·e·s militant·e·s de la gauche radicale et par la nouvelle génération, adepte de mindfulness.

Société

Comment l’écosexualité réinvente les rapports entre l’humain et l’environnement ?

Entre émancipation sexuelle et combat écologique, l’écosexualité prône un rapport érotique avec la nature comme critique de l’anthropocentrisme. Mais qui sont au juste ces militants d’un nouveau genre ? Quelles sont les origines de leur mouvement et les réelles portées politiques de leurs revendications ?

Société

lire la suite

> voir tout

Société

Oklou dévoilera trois nouveaux titres ce jeudi 30 juillet parmi lesquels le single « Fall », révélé chez Colors