Reportage : au coeur d’Ocakli, un village turc menacé par le tourisme

Article publié le 17 novembre 2017

Share :

Photos, vidéo et texte : Fora Norman et Aysegul Demirhan

Les photographes Fora Norman et Aysegul Demirhan se sont rendus à Ocakli, près de la frontière Arménienne, alors que le gouvernement turc tente de chasser les locaux pour convertir les ruines environnantes en site touristique. Ils rapportent un témoignage visuel et écrit de leur voyage pour Antidote.

Fora Norman. Ocakli est un village situé dans la province de Kars, en Turquie, près de la frontière arménienne, où se trouvent les ruines d’une ville arménienne anciennement appelée Ani (que la Turquie a proposé d’intégrer au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2015). En plus de prendre soin du lieu, les résidents, installés à Ani, l’ancienne capitale du royaume arménien des Bagratides (961-1045), doivent mener plusieurs luttes. Le gouvernement turc a pour ambition d’évacuer le village afin de le transformer en un repaire touristique, la région étant présentée comme un site archéologique.

Mais le gouvernement est-il davantage motivé par la mise en avant d’une ruine médiévale dans la ville, ou par la possibilité qu’elle offre d’implanter cafés, restaurants, et autres commodités touristiques dans ses environs. Le phénomène d’urbanisation, qui a émergé en Occident à la fin du 19ème siècle, entraîne une modernisation des lieux anciens, traduisant en filigrane un contrôle politique hégémonique. Contraints de suivre cette marche forcée, nous serions en mesure de réclamer une compensation puisque nous nous verrions obligés de renoncer à nos droits, nos terres, ou nos libertés individuelles.

Mais la situation d’Ani est loin d’être simple : cette ville, à la position géopolitique complexe, est une destination de pèlerinage sacré pour beaucoup d’Arméniens, protégée par des Turcs, mais n’est pas conservée comme il le faudrait et tombe peu à peu en ruines. Personne ne semble pour autant se soucier de son état avancé de délabrement. Les locaux sont, quant à eux, forcés de mener une lutte quotidienne contre les coupures d’eau incessantes dans le village, visant à les faire partir. En dépit de leurs nombreux recours et plaintes à ce sujet, leurs tentatives restent vaines, et eux-mêmes invisibles aux yeux d’une classe qui les domine.

Le changement et le développement sont indissociables de nos sociétés modernes et nous ne sommes pas ici en train de le condamner. Nous ne pouvons cependant pas l’envisager au détriment d’Ani, un endroit unique dans le monde où Turcs et Kurdes vivent en paix près de l’Arménie. En dépit des nombreuses tentatives des médias turcs partisans qui cherchent à exacerber les tensions entre les différentes populations et minorités en les déclarant ennemies, les locaux d’Ani continuent de vivre en harmonie.

Ocakli est un village situé dans la province de Kars, en Turquie, près de la frontière arménienne, où se trouvent les ruines d’une ville arménienne anciennement appelée Ani (que la Turquie a proposé d’intégrer au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2015.) En plus de prendre soin du lieu, les locaux installés à Ani, l’ancienne capitale du royaume arménien des Bagratides (961-1045), doivent mener plusieurs luttes. Le gouvernement turc veut évacuer tout le village afin de lancer un business touristique, en présentant la région comme un site archéologique.

Or la question qui se pose ici, c’est si l’essentiel est d’avoir une ruine médiévale dans la ville, ou la possibilité qu’elle offre d’implanter des cafés, des restaurants, et autres commodités touristiques dans ses environs. Le phénomène d’urbanisation, qui a émergé en Occident à la fin du 19ème siècle, entraîne une modernisation des lieux anciens. Ce processus trahit un contrôle politique hégémonique qui peut provoquer un sentiment de malaise. Suite à cette marche forcée, nous devrions pouvoir attendre un bénéfice commun, qui nous serait rétribué si nous nous retrouvons obligés de renoncer à nos droits, nos terres, ou nos libertés individuelles.

Mais la situation d’Ani est assez déprimante : cette ville est une destination de pèlerinage sacré pour beaucoup d’Arméniens, protégée par des Turcs, mais elle n’est pas conservée correctement et tombe en ruines. Or qui se soucie de ce délabrement ? Apparemment, personne. Et les locaux sont obligés de mener une lutte quotidienne contre les coupures d’eau incessantes dans le village, visant à les faire partir. Bien qu’il se soient exprimés sur le sujet à de nombreuses reprises, et se soient plaints, ils restent invisibles aux yeux de la classe dominante.

Le changement et le développement sont inévitables dans nos sociétés modernes, mais nous savons qu’il y a un endroit quelque part dans le monde où Turcs et Kurdes vivent en paix près de l’Arménie. Bien que les médias turcs partisans cherchent à exacerber les tensions entre les différentes populations et minorités, en déclarant qu’elles sont ennemies, les locaux d’Ani vivent en harmonie.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

La persistance de fantasmes sexuels racistes, de Gauguin à Grindr

La dénonciation récente des violences policières à l’encontre d’individus noirs a mis en lumière l’ancrage du racisme dans les pays occidentaux. Si la population est au commencement d’une introspection, les études universitaires questionnent pourtant les sources du racisme en Occident depuis les années 1980, dans le cadre des « études post-coloniales ». Dans la même veine, de récentes analyses déconstruisent les stéréotypes autour des mythes sexuels des corps non-blancs.

Société

À quand une place, une rue, une statue commémorant le héros noir Saint-George à Lille ?

Suite à la mort de George Floyd, étouffé à Minneapolis lors d’une arrestation par des policiers blancs, la présence de statues et autres symboles de l’oppression raciste dans l’espace public est plus que jamais remise en cause à travers la planète. En parallèle, des étudiants en droit à Lille militent pour commémorer le chevalier de Saint-George, surnommé le « Mozart Noir », au sein de la capitale des Hauts-de-France.

Société

La persistance du white privilege

Vous en avez sûrement entendu parler, de ce white privilege, ou privilège blanc, à ne pas confondre avec le privilège du blanc cette tradition chrétienne autorisant les femmes de sang royal à se vêtir de blanc en présence du pape. Qu’est-il exactement ? Quand on parle de racisme systémique, le privilège blanc en est un des symptômes les plus insidieux. Avant d’expliquer comment il s’est niché si parfaitement dans les strates de nos sociétés occidentales, il nous faut établir une définition du phénomène.

Société

#indeed_sm_wrap_3328{}#indeed_sm_wrap_3328 .ism_item{}#indeed_sm_wrap_3328 .ism_item .fa-ism{float:none;}#indeed_sm_wrap_3328 .ism_item_wrapper{display: inline-block;}#indeed_sm_wrap_3328{display: block;text-align: center;} À lire aussi : Les algorithmes ont-ils mauvais goût ? Commandez le nouveau numéro d'Antidote : DESIRE au prix de 15€ Rencontre avec l'artiste Will Benedict, dont l'œuvre reflète l'absurdité du monde contemporain
Société

Mode, sexe et nudité : analyse d’un threesome

Parce qu’il dissimule le corps et notamment ses parties liées à la sexualité, le vêtement joue un rôle souvent déterminant dans la naissance du désir. Servant tant à camoufler qu’à suggérer et révéler, il est peu à peu devenu un outil de séduction privilégié. Quitte à braver certains interdits : dans notre société à la fois hypersexualisée et héritière de valeurs puritaines millénaires, les expérimentations érotiques perpétuées par nombre de créateurs continuent en effet de secouer l’ordre établi.

Société

Pamela Anderson : « On devrait tous aspirer à devenir vegan »

Activiste invétérée, engagée pour la défense des plus vulnérables et la protection de l’environnement, Pamela Anderson use de sa notoriété de sex-symbol pour soutenir les causes qui lui sont chères et œuvrer en faveur d’un monde meilleur. Elle revient dans cet entretien sur son parcours hors norme et les multiples luttes qu’elle mène, en parallèle de son rêve de (re)trouver le grand amour.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

Le calendrier des soirées Paris Fashion Week femme AW20