Reportage : au coeur d’Ocakli, un village turc menacé par le tourisme

Article publié le 17 novembre 2017

Photos, vidéo et texte : Fora Norman et Aysegul Demirhan

Les photographes Fora Norman et Aysegul Demirhan se sont rendus à Ocakli, près de la frontière Arménienne, alors que le gouvernement turc tente de chasser les locaux pour convertir les ruines environnantes en site touristique. Ils rapportent un témoignage visuel et écrit de leur voyage pour Antidote.

Fora Norman. Ocakli est un village situé dans la province de Kars, en Turquie, près de la frontière arménienne, où se trouvent les ruines d’une ville arménienne anciennement appelée Ani (que la Turquie a proposé d’intégrer au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2015). En plus de prendre soin du lieu, les résidents, installés à Ani, l’ancienne capitale du royaume arménien des Bagratides (961-1045), doivent mener plusieurs luttes. Le gouvernement turc a pour ambition d’évacuer le village afin de le transformer en un repaire touristique, la région étant présentée comme un site archéologique.

Mais le gouvernement est-il davantage motivé par la mise en avant d’une ruine médiévale dans la ville, ou par la possibilité qu’elle offre d’implanter cafés, restaurants, et autres commodités touristiques dans ses environs. Le phénomène d’urbanisation, qui a émergé en Occident à la fin du 19ème siècle, entraîne une modernisation des lieux anciens, traduisant en filigrane un contrôle politique hégémonique. Contraints de suivre cette marche forcée, nous serions en mesure de réclamer une compensation puisque nous nous verrions obligés de renoncer à nos droits, nos terres, ou nos libertés individuelles.

Mais la situation d’Ani est loin d’être simple : cette ville, à la position géopolitique complexe, est une destination de pèlerinage sacré pour beaucoup d’Arméniens, protégée par des Turcs, mais n’est pas conservée comme il le faudrait et tombe peu à peu en ruines. Personne ne semble pour autant se soucier de son état avancé de délabrement. Les locaux sont, quant à eux, forcés de mener une lutte quotidienne contre les coupures d’eau incessantes dans le village, visant à les faire partir. En dépit de leurs nombreux recours et plaintes à ce sujet, leurs tentatives restent vaines, et eux-mêmes invisibles aux yeux d’une classe qui les domine.

Le changement et le développement sont indissociables de nos sociétés modernes et nous ne sommes pas ici en train de le condamner. Nous ne pouvons cependant pas l’envisager au détriment d’Ani, un endroit unique dans le monde où Turcs et Kurdes vivent en paix près de l’Arménie. En dépit des nombreuses tentatives des médias turcs partisans qui cherchent à exacerber les tensions entre les différentes populations et minorités en les déclarant ennemies, les locaux d’Ani continuent de vivre en harmonie.

Ocakli est un village situé dans la province de Kars, en Turquie, près de la frontière arménienne, où se trouvent les ruines d’une ville arménienne anciennement appelée Ani (que la Turquie a proposé d’intégrer au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2015.) En plus de prendre soin du lieu, les locaux installés à Ani, l’ancienne capitale du royaume arménien des Bagratides (961-1045), doivent mener plusieurs luttes. Le gouvernement turc veut évacuer tout le village afin de lancer un business touristique, en présentant la région comme un site archéologique.

Or la question qui se pose ici, c’est si l’essentiel est d’avoir une ruine médiévale dans la ville, ou la possibilité qu’elle offre d’implanter des cafés, des restaurants, et autres commodités touristiques dans ses environs. Le phénomène d’urbanisation, qui a émergé en Occident à la fin du 19ème siècle, entraîne une modernisation des lieux anciens. Ce processus trahit un contrôle politique hégémonique qui peut provoquer un sentiment de malaise. Suite à cette marche forcée, nous devrions pouvoir attendre un bénéfice commun, qui nous serait rétribué si nous nous retrouvons obligés de renoncer à nos droits, nos terres, ou nos libertés individuelles.

Mais la situation d’Ani est assez déprimante : cette ville est une destination de pèlerinage sacré pour beaucoup d’Arméniens, protégée par des Turcs, mais elle n’est pas conservée correctement et tombe en ruines. Or qui se soucie de ce délabrement ? Apparemment, personne. Et les locaux sont obligés de mener une lutte quotidienne contre les coupures d’eau incessantes dans le village, visant à les faire partir. Bien qu’il se soient exprimés sur le sujet à de nombreuses reprises, et se soient plaints, ils restent invisibles aux yeux de la classe dominante.

Le changement et le développement sont inévitables dans nos sociétés modernes, mais nous savons qu’il y a un endroit quelque part dans le monde où Turcs et Kurdes vivent en paix près de l’Arménie. Bien que les médias turcs partisans cherchent à exacerber les tensions entre les différentes populations et minorités, en déclarant qu’elles sont ennemies, les locaux d’Ani vivent en harmonie.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi les masculinistes inondent certains comptes Instagram avec des émojis médaille ?

Une technique de cyberharcèlement qui cible des activistes et des personnalités, notamment féministes ou LGBTQ+, ou encore des médias – dont Antidote -, en s’attaquant à leurs réseaux sociaux.

Lire la suite

Quand le masculin cessera-t-il (enfin) de l’emporter ?

Qui de mieux placé·e pour parler de l’écriture inclusive qu’une personne directement concernée par ce sujet ? C’est partant de ce principe qu’Antidote a choisi de publier cette tribune en faveur du langage épicène, rédigée par une personne non-binaire l’employant au quotidien, ce qui lui permet notamment de retranscrire une conception non-binaire du genre lorsqu’elle parle d’elle-même. Iel y revient sur le débat houleux qui entoure cette réforme orthographique, encore largement perçue sous le prisme du féminisme et qui fait face à une menace d’interdiction au sein du service public – les projets de loi se succédant depuis plusieurs mois pour lui défendre l’usage de l’écriture inclusive, notamment dans les écoles.

Lire la suite

Joan Tronto, philosophe du care : « Réparer et maintenir en vie les êtres vivants devraient être notre priorité »

Signifiant tout à la fois « soigner », « faire attention à » ou encore « se soucier de », le terme anglais « care » est aujourd’hui le fil rouge d’un courant intellectuel né dans les années 80 pour promouvoir une société plus juste et équitable où la question du bien-être de tous·tes est la préoccupation centrale. Grande penseuse de cette « éthique du care », l’universitaire féministe Joan Tronto prône également un monde plus égalitaire marqué par une meilleure répartition du « caring work », ce travail souvent dévalorisé par notre société capitaliste qui consiste à prendre soin les un·e·s des autres, mais aussi de l’environnement.

Lire la suite

Pas d’égalité sans les putes

Longtemps réduit∙e∙s au silence et minorisé∙e∙s, les travailleur∙se∙s du sexe ont trouvé dans les grands courants d’émancipation actuels de nouveaux alliés. Nous leur avons donné la parole afin de comprendre leur vécu, mais aussi leurs arguments contre la politique répressive de notre pays. Nul doute que leur lutte constitue l’un des grands combats égalitaires du temps présent.

Lire la suite

Faudrait-il décriminaliser toutes les drogues ?

Portugal, Canada, Oregon… À travers le monde, les politiques pénales en matière de drogues changent et la légalisation ainsi que la dépénalisation progressent. Une voie à imiter en France ?

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.