Reportage auprès d’une bande d’adolescents australiens vivant au jour le jour

Article publié le 17 mai 2018

Share :

Photos : Pani Paul

Le photographe australien Pani Paul est retourné dans la région de son enfance, où il a photographié l’oisiveté estivale d’une bande d’adolescents. ll revient ici sur son reportage, pour lequel il s’est immiscé dans leur intimité.

ANTIDOTE. Cette série photo se concentre sur un groupe de jeunes Australiens passant leur temps rassemblés autour d’une rivière. Comment décririez-vous cet endroit ?
PANI PAUL.
 La rivière se trouve dans un endroit nommé Brunswick Heads, à l’est de l’Australie, où j’ai grandi. C’est une région d’une beauté naturelle incroyable avec des plages, des cascades, et des forêts tropicales.

Comment avez-vous rencontré ces garçons ?
Je les ai tous croisés en chemin vers la plage, où je me dirigeais pour voir s’il était possible de surfer. Je les ai vu sauter du pont et ça m’a rappelé mon adolescence avec mes amis. On avait l’habitude de se rendre au même endroit pour aller nager, c’est pourquoi cette série est devenue très spéciale pour moi. J’ai éprouvé beaucoup de nostalgie en récupérant les tirages du laboratoire photo.

À quoi ressemble leur vie quotidienne ?
Beaucoup sont encore au lycée. Ces photos ont été prises pendant les vacances scolaires. Habituellement, les vacances d’été dans cette partie de l’Australie sont passées à traîner entre amis, à explorer les environs naturels, à boire près de la plage, à sauter par-dessus les murs et à nager dans les piscines des hôtels de luxe.

Leurs coupes de cheveux, leurs canettes de bière, ou encore le short déchiré porté par l’un des garçons leur donne des airs d’outcasts, d’individus marginalisés… Quelle est leur situation sociale ?
Je ne dirais pas qu’ils sont des parias. Ce sont plutôt des adolescents rebelles, originaires de la classe moyenne australienne, qui forment un groupe d’amis restreint et passent tout leur temps ensemble. L’endroit où ils nagent est recouverts de rochers pointus et d’huîtres, il est donc fort possible que le short ce soit déchiré à cause de ça.

Ces photos sont extraites de Palm Book, le dernier ouvrage publié par la maison d’édition Palm Studios.

ANTIDOTE. Dans cette série, vous suivez un groupe de jeunes Australiens pendant une après-midi au bord d’une rivière. Comment décririez-vous cet endroit ?
PANI PAUL.
 Cette rivière se trouve dans un endroit nommé Brunswick Heads, à l’est de l’Australie, où j’ai grandi. C’est une région d’une beauté naturelle incroyable avec des plages, des cascades, et des forêts tropicales.

Comment avez-vous rencontré ces garçons ?
Je les ai tous croisés un jour où j’étais en chemin vers la plage, pour voir s’il était possible de surfer. Je les ai vu sauter du pont et ça m’a rappelé mon adolescence avec mes amis. On avait l’habitude de se rendre au même endroit pour aller nager, c’est pourquoi cette série est devenue très spéciale pour moi. J’ai éprouvé beaucoup de nostalgie en récupérant les tirages du laboratoire photo.

À quoi ressemble leur vie quotidienne ?
Beaucoup sont encore au lycée. Ces photos ont été prises pendant les vacances scolaires. Habituellement, les vacances d’été dans cette partie de l’Australie sont passées à traîner entre amis, à explorer les environs naturels, à boire près de la plage, à sauter par-dessus les murs et à nager dans les piscines des hôtels de luxe.

Leurs coupes de cheveux, leurs canettes de bière, ou encore le short déchiré porté par l’un des garçons leur donne des airs d’outcasts, d’individus marginalisés… Quelle est leur situation sociale ?
Je ne dirais pas qu’ils sont des parias. Ce sont plutôt des adolescents rebelles, originaires de la classe moyenne australienne, qui forment un groupe d’amis restreint et passent tout leur temps ensemble. L’endroit où ils nagent est recouverts de rochers pointus et d’huîtres, il est donc fort possible que le short ce soit déchiré à cause de ça.

Ces photos sont extraites de Palm Book, le dernier ouvrage publié par la maison d’édition Palm Studios.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Pas d’alcool ni de drogue : le mouvement straight edge est-il toujours aussi punk ?

Né dans des années 1980, le mouvement initié par le groupe de punk hardcore Minor Threat prônant une vie sans alcool et sans drogue semble connaître un regain de popularité. De plus en plus dépouillé de ses attributs originels, il est à la fois adopté par certain·e·s militant·e·s de la gauche radicale et par la nouvelle génération, adepte de mindfulness.

Société

Comment l’écosexualité réinvente les rapports entre l’humain et l’environnement ?

Entre émancipation sexuelle et combat écologique, l’écosexualité prône un rapport érotique avec la nature comme critique de l’anthropocentrisme. Mais qui sont au juste ces militants d’un nouveau genre ? Quelles sont les origines de leur mouvement et les réelles portées politiques de leurs revendications ?

Société

Over the rainbow : la fabuleuse épopée du drapeau arc-en-ciel

De sa création en version huit couleurs, par l’artiste et activiste Gilbert Baker, à son déploiement à l’international sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui, jusqu’à sa remise en question ces dernières années pour souligner la nécessité d’une plus grande inclusivité des personnes LGBTQ+ racisées, l’incroyable histoire du rainbow flag a épousé et accompagné celle des luttes menées par les communautés qu’il vise à représenter.

Société

In the mood for love(s) : l’essor de l’amour libre

Polyamoureux, couples libres, trouples: Antidote a rencontré celles et ceux qui bravent la norme de l’exclusivité sexuelle pour s’investir au sein de relations ouvertes, où les désirs se croisent et tentent de transcender la jalousie.

Société

Interview avec Timothy Morton, le philosophe qui prône une écotopie hédoniste

Philosophe écologiste et hédoniste, Timothy Morton préfère imaginer des futurs désirables et s’émerveiller devant les innombrables formes du vivant que de se limiter à tenir un discours alarmiste face aux risques climatiques. Pour lui, l’écologie doit rimer avec plaisir, et non devenir une contrainte. Entretien.

Société

La persistance de fantasmes sexuels racistes, de Gauguin à Grindr

La dénonciation récente des violences policières à l’encontre d’individus noirs a mis en lumière l’ancrage du racisme dans les pays occidentaux. Si la population est au commencement d’une introspection, les études universitaires questionnent pourtant les sources du racisme en Occident depuis les années 1980, dans le cadre des « études post-coloniales ». Dans la même veine, de récentes analyses déconstruisent les stéréotypes autour des mythes sexuels des corps non-blancs.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

Naomi Campbell a ouvert la première Fashion Week Haute Couture digitale avec un discours célébrant la diversité et l’inclusivité