Reportage auprès d’une bande d’adolescents australiens vivant au jour le jour

Article publié le 17 mai 2018

Photos : Pani Paul

Le photographe australien Pani Paul est retourné dans la région de son enfance, où il a photographié l’oisiveté estivale d’une bande d’adolescents. ll revient ici sur son reportage, pour lequel il s’est immiscé dans leur intimité.

ANTIDOTE. Cette série photo se concentre sur un groupe de jeunes Australiens passant leur temps rassemblés autour d’une rivière. Comment décririez-vous cet endroit ?
PANI PAUL.
 La rivière se trouve dans un endroit nommé Brunswick Heads, à l’est de l’Australie, où j’ai grandi. C’est une région d’une beauté naturelle incroyable avec des plages, des cascades, et des forêts tropicales.

Comment avez-vous rencontré ces garçons ?
Je les ai tous croisés en chemin vers la plage, où je me dirigeais pour voir s’il était possible de surfer. Je les ai vu sauter du pont et ça m’a rappelé mon adolescence avec mes amis. On avait l’habitude de se rendre au même endroit pour aller nager, c’est pourquoi cette série est devenue très spéciale pour moi. J’ai éprouvé beaucoup de nostalgie en récupérant les tirages du laboratoire photo.

À quoi ressemble leur vie quotidienne ?
Beaucoup sont encore au lycée. Ces photos ont été prises pendant les vacances scolaires. Habituellement, les vacances d’été dans cette partie de l’Australie sont passées à traîner entre amis, à explorer les environs naturels, à boire près de la plage, à sauter par-dessus les murs et à nager dans les piscines des hôtels de luxe.

Leurs coupes de cheveux, leurs canettes de bière, ou encore le short déchiré porté par l’un des garçons leur donne des airs d’outcasts, d’individus marginalisés… Quelle est leur situation sociale ?
Je ne dirais pas qu’ils sont des parias. Ce sont plutôt des adolescents rebelles, originaires de la classe moyenne australienne, qui forment un groupe d’amis restreint et passent tout leur temps ensemble. L’endroit où ils nagent est recouverts de rochers pointus et d’huîtres, il est donc fort possible que le short ce soit déchiré à cause de ça.

Ces photos sont extraites de Palm Book, le dernier ouvrage publié par la maison d’édition Palm Studios.

ANTIDOTE. Dans cette série, vous suivez un groupe de jeunes Australiens pendant une après-midi au bord d’une rivière. Comment décririez-vous cet endroit ?
PANI PAUL.
 Cette rivière se trouve dans un endroit nommé Brunswick Heads, à l’est de l’Australie, où j’ai grandi. C’est une région d’une beauté naturelle incroyable avec des plages, des cascades, et des forêts tropicales.

Comment avez-vous rencontré ces garçons ?
Je les ai tous croisés un jour où j’étais en chemin vers la plage, pour voir s’il était possible de surfer. Je les ai vu sauter du pont et ça m’a rappelé mon adolescence avec mes amis. On avait l’habitude de se rendre au même endroit pour aller nager, c’est pourquoi cette série est devenue très spéciale pour moi. J’ai éprouvé beaucoup de nostalgie en récupérant les tirages du laboratoire photo.

À quoi ressemble leur vie quotidienne ?
Beaucoup sont encore au lycée. Ces photos ont été prises pendant les vacances scolaires. Habituellement, les vacances d’été dans cette partie de l’Australie sont passées à traîner entre amis, à explorer les environs naturels, à boire près de la plage, à sauter par-dessus les murs et à nager dans les piscines des hôtels de luxe.

Leurs coupes de cheveux, leurs canettes de bière, ou encore le short déchiré porté par l’un des garçons leur donne des airs d’outcasts, d’individus marginalisés… Quelle est leur situation sociale ?
Je ne dirais pas qu’ils sont des parias. Ce sont plutôt des adolescents rebelles, originaires de la classe moyenne australienne, qui forment un groupe d’amis restreint et passent tout leur temps ensemble. L’endroit où ils nagent est recouverts de rochers pointus et d’huîtres, il est donc fort possible que le short ce soit déchiré à cause de ça.

Ces photos sont extraites de Palm Book, le dernier ouvrage publié par la maison d’édition Palm Studios.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Miriam Gablier : « Plus d’un·e Occidental·e sur quatre croit en la réincarnation »

Ancienne psychothérapeute et présidente d’une association professionnelle de thérapie psycho-corporelle, l’auteure et conférencière Miriam Gablier est fascinée par les relations entre corps et esprit, au point de dédier son dernier ouvrage au thème de la conscience, qui continue de fasciner à travers les époques et constitue encore une large source de mystères. Dans cet entretien, elle revient sur le développement du champ d’étude de la para­psychologie (qui vise à comprendre les phénomènes hors normes de la conscience, quitte à être régulièrement décriéE par une large partie de la communauté scientifique), insiste sur la nécessaire alliance entre approches rationnelles et subjectives sur ces sujets, et revient sur l’ancrage historique de l’hypothèse de la réincarnation, à laquelle certain•e•s chercheurs•ses ont décidé de dédier leur vie.

Lire la suite

Nabilla Vergara : « Je ne pensais pas que j’allais réussir »

Alors que sort Nabilla : sans filtre, le premier docu-réalité dédié à l’ex-candidate de téléréalité, celle-ci se livre sur ses business, sa vie de famille à Dubaï et les épreuves qu’elle a dû traverser. Longtemps méprisée par l’intelligentsia parisienne, Nabilla Vergara est désormais détentrice d’un petit empire reposant sur ses près de 7 millions de followers sur Instagram et sa marque de cosmétique. Devenue l’une des plus puissantes influenceuses françaises, elle est parvenue à faire de ses rêves une réalité. 

Lire la suite

Les Radical Faeries : à la recherche du « Gay Spirit »

À la fin des seventies, deux militants gays lancent le mouvement Radical Faeries, mélange de paganisme, d’idéologie marxiste, des balbutiements de l’écologie, de New Age hippie, d’empowerment, de psychédélisme, de spiritualité et de sexe libre à gogo, qui s’exprime au travers de grands rassemblements et renoue avec une sorte de transcendantalisme homosexuel. Une idéologie hybride et foutraque conviant à explorer le spectre du genre par-delà le binarisme normatif, qui a essaimé tout autour du monde et reste encore vivace aujourd’hui.

Lire la suite

Radical Faeries: in search of the “Gay Spirit”

In the late seventies, two gay activists launched the Radical Faeries movement – a blend of paganism, Marxist ideology, early environmentalism, New Age hippydom, empowerment, psychedelia, spirituality and sexual liberation a-go-go taking the form of big gatherings – and renewed a sort of homosexual transcendentalism. A zany, hybrid ideology that urged us to explore the gender spectrum beyond cis-normativity, spread throughout the world and thrives to this day.

Lire la suite

Interview with Corine Sombrun, defender of the virtues of trance

In Mongolia in 2001, Corine Sombrun received the “shamanic spark” when she suddenly entered a trance state during a ritual ceremony. A totally unexpected revelation, followed by a long training process that she continues to this day, while collaborating with researchers in order to demonstrate that trance is a cognitive phenomenon. Beyond the quest for its therapeutic virtues, the author also questions its impact on our relationship to the living and the sacred.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.