Pourquoi les milieux gays se réapproprient les insultes homophobes ?

Article publié le 12 janvier 2018

Share :

Texte : Alice Pfeiffer
Photo : Wolfgang Tillmans

« Gouine » ou « tafiole », la réappropriation d’injures homophobes par la communauté LGBTQ+ est une stratégie de résistance : en déchargeant le poids des mots, on les déleste de leur puissance.

Tempes rasées et cheveux laqués, Harmony Boucher regarde au loin : le visage de la mannequin androgyne orne la couverture du premier numéro de Dyke_On, un magazine dédié à la culture lesbienne actuelle, lancé ce mois-ci à Paris. Face à la récupération de codes queer dans le milieu de la mode, ce biannuel opte pour un titre qui contracte les mots « dyke » (équivalent anglais de « gouine ») et « icon », suggérant ainsi que celui-ci redonne la parole aux personnes concernées. « Le mot “dyke” est un choix conscient, c’est une façon de transformer en marque de fierté une insulte, et de célébrer d’autres formes de beauté et de féminité », explique Rain Laurent, la fondatrice.

A post shared by DYKE_ON (@dyke_on) on

Son emploi injurieux puis subversif ne date pas d’hier. Selon l’historienne Susan Krantz, il puise ses origines dans l’expression anglaise ancienne « bulldike » (« bull » signifiant « faux », et « dike » étant l’ancêtre de « dick », ou « pénis »), et signifie « homme factice », pour moquer les lesbiennes au style masculin. Il faudra attendre 1971 et la publication du recueil de poèmes féministes Edward the Dyke pour faire glisser cette injure dans un autre lexique militant, littéraire, volontaire.

Comme le rappelle Kathleen Hall, directrice des études politiques de l’université de Pennsylvanie, cette stratégie employée par toutes les luttes, notamment contre le racisme, est aussi ancienne qu’efficace : « l’histoire de tous les mouvements sociaux est faite de termes et codes péjoratifs détournés et déjoués, explique-t-elle. C’est une façon de rendre obsolète leur signification première et d’inviter les concernés à réfléchir à l’intention qui se cache derrière l’injure. »

« En faisant de l’insulte son apanage, on retourne ce qui était perçu comme un manque ou une faille, pour le transformer en identité, en modèle alternatif, en communauté. »

Cette inversion stratégique est également décrite par Michel Foucault dans le premier tome de l’Histoire de la sexualité, qu’il nomme le « discours en retour » : dans cette étude se penchant, entre autres, sur la fabrique de l’homosexuel comme corps déviant, le philosophe revient sur le jeu de pouvoir en fluctuation constante impliqué par tout échange de parole, tout silence, toute appellation. En faisant de l’insulte son apanage, on retourne ce qui était perçu comme un manque ou une faille, pour le transformer en identité, en modèle alternatif, en communauté.

Retourner le stigmate

Déjouer la prison normative que peut constituer la linguistique est clé : « Le problème avec le terme “homosexuel”, c’est qu’il a une portée médicale, et sous-entend une forme de classification de l’intime ; quant au terme “gay”, il se rapporte à une vision occidentale, américanisée néo-libérale » analyse Patrick Thévenin, ancien rédacteur chez Têtu, ancien membre d’Act’Up, et journaliste spécialiste des questions LGBT. « Ces injures sont d’abord reprises dans l’humour camp, les milieux drag queen, et dans les luttes activistes : en les utilisant de son plein gré, on diminue leur portée symbolique, et on les fait glisser. »

Effectivement, le voguing lors de ses débuts à New York, ou aujourd’hui à Paris, imagine des catégories recyclant un vocabulaire injurieux à l’égard des gays qui ne se plient pas aux attentes héténormés, comme « butch queen » ou « femme queen ». Les membres de cette communauté dénoncent à la fois la société dominante, et la conformité grandissante des communautés gays.

La soirée Shemale Trouble parisienne, elle, dénonce par son nom la fétichisation de personnes transgenres, notamment dans les milieux X : plutôt qu’un choix de termes plus politiquement corrects, ses organisateurs exorcisent les mots qui blessent. Ainsi, le détournement de l’injure rappelle l’appartenance politique et historique à un groupe minoré, au-delà des identités personnelles.

À Paris, les soirées Shemale Trouble « se donnent pour but de promouvoir l’amour, la sexiness, et de célébrer la beauté, la diversité et la créativité trans. »
Photo : Fred Morin

« C’est une façon de surpasser le passé bien triste de ces mots, d’être fier de nos vies et de ne pas créer d’Autre et de supériorité dans les communautés queer » souligne le journaliste et militant Randall Jenson. « Si je me fais insulter ? Très bien, cela veut dire que je perturbe une idée préconçue. Il ne s’agit pas uniquement d’affirmer que j’aime les hommes, mais que je m’aime de la sorte. »

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Pas d’alcool ni de drogue : le mouvement straight edge est-il toujours aussi punk ?

Né dans des années 1980, le mouvement initié par le groupe de punk hardcore Minor Threat prônant une vie sans alcool et sans drogue semble connaître un regain de popularité. De plus en plus dépouillé de ses attributs originels, il est à la fois adopté par certain·e·s militant·e·s de la gauche radicale et par la nouvelle génération, adepte de mindfulness.

Société

Comment l’écosexualité réinvente les rapports entre l’humain et l’environnement ?

Entre émancipation sexuelle et combat écologique, l’écosexualité prône un rapport érotique avec la nature comme critique de l’anthropocentrisme. Mais qui sont au juste ces militants d’un nouveau genre ? Quelles sont les origines de leur mouvement et les réelles portées politiques de leurs revendications ?

Société

Over the rainbow : la fabuleuse épopée du drapeau arc-en-ciel

De sa création en version huit couleurs, par l’artiste et activiste Gilbert Baker, à son déploiement à l’international sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui, jusqu’à sa remise en question ces dernières années pour souligner la nécessité d’une plus grande inclusivité des personnes LGBTQ+ racisées, l’incroyable histoire du rainbow flag a épousé et accompagné celle des luttes menées par les communautés qu’il vise à représenter.

Société

In the mood for love(s) : l’essor de l’amour libre

Polyamoureux, couples libres, trouples: Antidote a rencontré celles et ceux qui bravent la norme de l’exclusivité sexuelle pour s’investir au sein de relations ouvertes, où les désirs se croisent et tentent de transcender la jalousie.

Société

Interview avec Timothy Morton, le philosophe qui prône une écotopie hédoniste

Philosophe écologiste et hédoniste, Timothy Morton préfère imaginer des futurs désirables et s’émerveiller devant les innombrables formes du vivant que de se limiter à tenir un discours alarmiste face aux risques climatiques. Pour lui, l’écologie doit rimer avec plaisir, et non devenir une contrainte. Entretien.

Société

La persistance de fantasmes sexuels racistes, de Gauguin à Grindr

La dénonciation récente des violences policières à l’encontre d’individus noirs a mis en lumière l’ancrage du racisme dans les pays occidentaux. Si la population est au commencement d’une introspection, les études universitaires questionnent pourtant les sources du racisme en Occident depuis les années 1980, dans le cadre des « études post-coloniales ». Dans la même veine, de récentes analyses déconstruisent les stéréotypes autour des mythes sexuels des corps non-blancs.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

Naomi Campbell a ouvert la première Fashion Week Haute Couture digitale avec un discours célébrant la diversité et l’inclusivité