Pourquoi les milieux gays se réapproprient les insultes homophobes ?

Article publié le 12 janvier 2018

Texte : Alice Pfeiffer
Photo : Wolfgang Tillmans

« Gouine » ou « tafiole », la réappropriation d’injures homophobes par la communauté LGBTQ+ est une stratégie de résistance : en déchargeant le poids des mots, on les déleste de leur puissance.

Tempes rasées et cheveux laqués, Harmony Boucher regarde au loin : le visage de la mannequin androgyne orne la couverture du premier numéro de Dyke_On, un magazine dédié à la culture lesbienne actuelle, lancé ce mois-ci à Paris. Face à la récupération de codes queer dans le milieu de la mode, ce biannuel opte pour un titre qui contracte les mots « dyke » (équivalent anglais de « gouine ») et « icon », suggérant ainsi que celui-ci redonne la parole aux personnes concernées. « Le mot “dyke” est un choix conscient, c’est une façon de transformer en marque de fierté une insulte, et de célébrer d’autres formes de beauté et de féminité », explique Rain Laurent, la fondatrice.

A post shared by DYKE_ON (@dyke_on) on

Son emploi injurieux puis subversif ne date pas d’hier. Selon l’historienne Susan Krantz, il puise ses origines dans l’expression anglaise ancienne « bulldike » (« bull » signifiant « faux », et « dike » étant l’ancêtre de « dick », ou « pénis »), et signifie « homme factice », pour moquer les lesbiennes au style masculin. Il faudra attendre 1971 et la publication du recueil de poèmes féministes Edward the Dyke pour faire glisser cette injure dans un autre lexique militant, littéraire, volontaire.

Comme le rappelle Kathleen Hall, directrice des études politiques de l’université de Pennsylvanie, cette stratégie employée par toutes les luttes, notamment contre le racisme, est aussi ancienne qu’efficace : « l’histoire de tous les mouvements sociaux est faite de termes et codes péjoratifs détournés et déjoués, explique-t-elle. C’est une façon de rendre obsolète leur signification première et d’inviter les concernés à réfléchir à l’intention qui se cache derrière l’injure. »

« En faisant de l’insulte son apanage, on retourne ce qui était perçu comme un manque ou une faille, pour le transformer en identité, en modèle alternatif, en communauté. »

Cette inversion stratégique est également décrite par Michel Foucault dans le premier tome de l’Histoire de la sexualité, qu’il nomme le « discours en retour » : dans cette étude se penchant, entre autres, sur la fabrique de l’homosexuel comme corps déviant, le philosophe revient sur le jeu de pouvoir en fluctuation constante impliqué par tout échange de parole, tout silence, toute appellation. En faisant de l’insulte son apanage, on retourne ce qui était perçu comme un manque ou une faille, pour le transformer en identité, en modèle alternatif, en communauté.

Retourner le stigmate

Déjouer la prison normative que peut constituer la linguistique est clé : « Le problème avec le terme “homosexuel”, c’est qu’il a une portée médicale, et sous-entend une forme de classification de l’intime ; quant au terme “gay”, il se rapporte à une vision occidentale, américanisée néo-libérale » analyse Patrick Thévenin, ancien rédacteur chez Têtu, ancien membre d’Act’Up, et journaliste spécialiste des questions LGBT. « Ces injures sont d’abord reprises dans l’humour camp, les milieux drag queen, et dans les luttes activistes : en les utilisant de son plein gré, on diminue leur portée symbolique, et on les fait glisser. »

Effectivement, le voguing lors de ses débuts à New York, ou aujourd’hui à Paris, imagine des catégories recyclant un vocabulaire injurieux à l’égard des gays qui ne se plient pas aux attentes héténormés, comme « butch queen » ou « femme queen ». Les membres de cette communauté dénoncent à la fois la société dominante, et la conformité grandissante des communautés gays.

La soirée Shemale Trouble parisienne, elle, dénonce par son nom la fétichisation de personnes transgenres, notamment dans les milieux X : plutôt qu’un choix de termes plus politiquement corrects, ses organisateurs exorcisent les mots qui blessent. Ainsi, le détournement de l’injure rappelle l’appartenance politique et historique à un groupe minoré, au-delà des identités personnelles.

À Paris, les soirées Shemale Trouble « se donnent pour but de promouvoir l’amour, la sexiness, et de célébrer la beauté, la diversité et la créativité trans. »
Photo : Fred Morin

« C’est une façon de surpasser le passé bien triste de ces mots, d’être fier de nos vies et de ne pas créer d’Autre et de supériorité dans les communautés queer » souligne le journaliste et militant Randall Jenson. « Si je me fais insulter ? Très bien, cela veut dire que je perturbe une idée préconçue. Il ne s’agit pas uniquement d’affirmer que j’aime les hommes, mais que je m’aime de la sorte. »

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Alok Vaid-Menon, artiste et activiste intersectionnel : « On change les gens en les aimant plus qu’il·elle·s ne nous détestent »

De son enfance au Texas à sa vie d’adulte à New York en passant par ses études de genre à l’université Stanford, en Californie, l’artiste et activiste trans et non-binaire Alok Vaid-Menon a, au fil du temps, appris à déconstruire les stéréotypes liés à la binarité de genre pour les dépasser. Conscient·e  très tôt d’être différent·e, mais ne disposant pas du langage lui permettant de s’exprimer pleinement malgré le soutien de sa famille, iel met aujourd’hui toute son énergie au service de cette cause, multipliant les initiatives pour faire évoluer les mentalités vers plus de bienveillance et de tolérance, malgré un climat politique anxiogène et rétrograde. Rencontre.

Lire la suite

Alok Vaid-Menon, artist and intersectional activist: « We change people by loving them more than they hate us »

From a childhood in Texas to an adult life in New York City and a gender studies degree from Stanford University in California, trans and non-binary artist and activist Alok Vaid-Menon has learned to gradually deconstruct gender stereotypes and move beyond them. Conscious of being different from an early age but lacking the language to express themselves fully despite their family’s support, they now devote all their energy to this cause through several initiatives aimed at changing people’s ways of thinking and promoting more kindness and tolerance, despite the current anxiety-inducing and reactionary political climate.

Lire la suite

La philanthropie des milliardaires : altruisme sincère ou stratégie dissimulée ?

Suivant l’exemple de Bill Gates et autres Warren Buffet, les déclarations de dons des milliardaires américain·e·s se multiplient. Or, cette vague philanthropique est loin d’être totalement désintéressée et peine à dissimuler sa visée libérale.

Lire la suite

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.