Comment s’est passé le coming-out d’Ari De B, danseuse et militante queer ?

Article publié le 13 juin 2017

Share :

Texte : Géraldine Sarratia et Ari De B pour Magazine Antidote : Borders été 2017

À l’heure où Taïwan devient le premier pays d’Asie à autoriser le mariage gay, une série de cinq témoignages prouve la complexité et l’extrême individualité de chaque expérience. Voici celui d’Ari De B, danseuse, militante queer et figure emblématique de la scène voguing et waacking parisienne.

Pour la majorité des homosexuels, il y a un avant et un après leur coming out, ce moment où ils ou elles ont dit leur préférence sexuelle. Et si ce franchissement de frontière est un motif récurrent de la vie homosexuelle, il reste avant tout un acte personnel et singulier.

C’est un des motifs narratifs qui rythment la vie de beaucoup d’homosexuels : à un moment donné de leur vie, ils diront et assumeront socialement leur préférence sexuelle. Un franchissement de frontière qui reste un acte extrêmement singulier, qui prend des sens et des valeurs très différents selon les cultures, les origines sociales et les individus. Un croisement de luttes ou d’oppressions aussi nommé « intersectionnalité », qui rend singulière l’expérience et le combat de chacun. Car il n’y a pas un mais une infinie variation de coming out, comme celui d’Ari De B, danseuse, militante queer et figure emblématique de la scène voguing et waacking parisienne.

UN ÉVEIL INTIME ET POLITIQUE

J’ai fait mon coming out à 21 ans, quand j’ai rencontré cette fille dont je suis tombée follement amoureuse et qui est restée ma copine pendant trois ans. Jusque-là, je pensais que j’étais hétérosexuelle, même si j’ai toujours eu des histoires avec des filles, tout simplement parce que je n’avais pas de cadre pour penser l’homosexualité féminine, personne à qui m’identifier.

« Mon coming out, ça été à la fois la découverte de mon orientation sexuelle, mais aussi celle de ma politisation et de ma conscientisation des enjeux de sexe, race et classe. »

Cette fille évoluait dans le milieu queer radical, squat et anarchiste. Je m’y suis greffée et ça a été une révélation. Tout a fait sens. Mon coming out, ça été à la fois la découverte de mon orientation sexuelle, mais aussi celle de ma politisation et de ma conscientisation des enjeux de sexe, race et classe. J’ai eu tout à coup la sensation de faire l’expérience, dans ma chair, de l’intersectionnalité que j’étudiais à la fac en Gender Studies. Ça a été fou, une épiphanie physique et intellectuelle.
Je l’ai dit tout d’abord à ma mère, de vive voix. Je suis née en Algérie de parents algériens. Ma mère vient d’une famille middle-class, mon père, kabyle, de la classe paysanne. Tous deux sont devenus profs. Ils se sont exilés en France à cause de la guerre civile. L’homosexualité dans ma famille, ça n’était pas une option. Cela n’a jamais été mentionné.

Performance d’Ari De B sur un clip de Tami T.

Quand je l’ai dit à ma mère, elle a eu un silence puis m’a dit en souriant : « libertine », j’ai trouvé ça drôle. Elle m’a aussi dit qu’elle ne m’avait jamais vue aussi heureuse que depuis que je m’étais découverte queer.
Mon père, ça a été plus compliqué. Je lui ai dit par téléphone. Le face-à-face était impossible pour moi. Je lui ai dit que j’étais amoureuse d’une fille de ma classe. Il m’a dit que j’étais malade, que c’était une phase, que j’avais dû avoir été déçue par les hommes. 
Ce sujet a été tendu pendant un an environ, puis nous n’en avons plus jamais reparlé. Aujourd’hui, je suis danseuse, ma spécialité est le waacking et je fais du voguing, mais je viens du milieu hip-hop. Mon coming out y a pris du temps, j’ai dit que j’étais bisexuelle – ce qui est vrai dans les faits mais aussi plus facile à verbaliser. Mon identité de gouine politique est plus compliquée à exposer… Expliquer le retournement du stigmate en deux minutes, ce n’est pas facile !

 » Mon coming out y a pris du temps, j’ai dit que j’étais bisexuelle – ce qui est vrai dans les faits mais aussi plus facile à verbaliser. Mon identité de gouine politique est plus compliquée à exposer… »

Je fais maintenant partie de la scène voguing – la Ballroom Scene – que j’ai découverte à San Francisco en 2011, lors d’un voyage avec ma copine de l’époque. Là encore, ça a été une révélation, moi qui avait toujours dansé. C’était la cristallisation de mon identité queer politique, à l’intersection même des identités de genre, de race et de classe, sublimées par une danse. Autrement dit, la perfection. C’était la danse de la politique, la politique de la danse, tout ce dont j’ai toujours rêvé.

DÉCOUVREZ LA SEMAINE PROCHAINE SUR MAGAZINEANTIDOTE.COM LE RÉCIT DU COMING-OUT DE KAMI, ÉTUDIANT.E EN PSYCHOLOGIE DE 22 ANS.

Cet article est extrait du Magazine Antidote : Borders été 2017 photographié par Olgaç Bozalp.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Mode, sexe et nudité : analyse d’un threesome

Parce qu’il dissimule le corps et notamment ses parties liées à la sexualité, le vêtement joue un rôle souvent déterminant dans la naissance du désir. Servant tant à camoufler qu’à suggérer et révéler, il est peu à peu devenu un outil de séduction privilégié. Quitte à braver certains interdits : dans notre société à la fois hypersexualisée et héritière de valeurs puritaines millénaires, les expérimentations érotiques perpétuées par nombre de créateurs continuent en effet de secouer l’ordre établi.

Société

Pamela Anderson : « On devrait tous aspirer à devenir vegan »

Activiste invétérée, engagée pour la défense des plus vulnérables et la protection de l’environnement, Pamela Anderson use de sa notoriété de sex-symbol pour soutenir les causes qui lui sont chères et œuvrer en faveur d’un monde meilleur. Elle revient dans cet entretien sur son parcours hors norme et les multiples luttes qu’elle mène, en parallèle de son rêve de (re)trouver le grand amour.

Société

#IAmNotAVirus : le concept store ENG lance une campagne contre la discrimination liée à l’épidémie de coronavirus

Basé à Shanghai, le concept store ENG vient de lancer une campagne d’affichage dans les rues de Paris pour lutter contre le racisme visant les populations asiatiques et notamment chinoises, en hausse depuis le début de l’épidémie de coronavirus. 

Société

Canal + dédie une nouvelle chaîne aux créations LGBTQ+ baptisée « Hello »

Disponible via la plateforme myCanal, elle offre un accès à une large sélection de longs métrages, de séries ou encore de documentaires liés aux communautés LGBTQI+.

Société

Coparents, foyers homoparentaux, parents transgenres : à la rencontre des nouvelles familles

Antidote a rencontré les lesbiennes, gays, bi, trans et hétéros qui bousculent fièrement les liens de parenté traditionnels, et entérinent la légitimité des nouveaux modèles de foyers dont ils constituent les hérauts.

Société

L’histoire oubliée des femmes qui ont fondé Hollywood

Bouillonnant, expérimental et… paritaire : Hollywood était un véritable eldorado pendant deux décennies, avant d’être récupéré par le patriarcat dès les années 1930. Deux Françaises, Julia et Clara Kuperberg , reviennent sur ce pan effacé de l’histoire du cinéma dans leur documentaire Et la femme créa Hollywood, restaurant la fierté bafouée des réalisatrices, scénaristes et productrices qui y ont joué un rôle de premier plan. Entretien.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

La réalisatrice underground Marie Losier mise à l’honneur dans une rétrospective au Jeu de Paume

inscription newsletter antidote

Inscription réussie.