Comment s’est passé le coming-out d’Ari De B, danseuse et militante queer ?

Article publié le 13 juin 2017

Texte : Géraldine Sarratia et Ari De B pour Magazine Antidote : Borders été 2017

À l’heure où Taïwan devient le premier pays d’Asie à autoriser le mariage gay, une série de cinq témoignages prouve la complexité et l’extrême individualité de chaque expérience. Voici celui d’Ari De B, danseuse, militante queer et figure emblématique de la scène voguing et waacking parisienne.

Pour la majorité des homosexuels, il y a un avant et un après leur coming out, ce moment où ils ou elles ont dit leur préférence sexuelle. Et si ce franchissement de frontière est un motif récurrent de la vie homosexuelle, il reste avant tout un acte personnel et singulier.

C’est un des motifs narratifs qui rythment la vie de beaucoup d’homosexuels : à un moment donné de leur vie, ils diront et assumeront socialement leur préférence sexuelle. Un franchissement de frontière qui reste un acte extrêmement singulier, qui prend des sens et des valeurs très différents selon les cultures, les origines sociales et les individus. Un croisement de luttes ou d’oppressions aussi nommé « intersectionnalité », qui rend singulière l’expérience et le combat de chacun. Car il n’y a pas un mais une infinie variation de coming out, comme celui d’Ari De B, danseuse, militante queer et figure emblématique de la scène voguing et waacking parisienne.

UN ÉVEIL INTIME ET POLITIQUE

J’ai fait mon coming out à 21 ans, quand j’ai rencontré cette fille dont je suis tombée follement amoureuse et qui est restée ma copine pendant trois ans. Jusque-là, je pensais que j’étais hétérosexuelle, même si j’ai toujours eu des histoires avec des filles, tout simplement parce que je n’avais pas de cadre pour penser l’homosexualité féminine, personne à qui m’identifier.

« Mon coming out, ça été à la fois la découverte de mon orientation sexuelle, mais aussi celle de ma politisation et de ma conscientisation des enjeux de sexe, race et classe. »

Cette fille évoluait dans le milieu queer radical, squat et anarchiste. Je m’y suis greffée et ça a été une révélation. Tout a fait sens. Mon coming out, ça été à la fois la découverte de mon orientation sexuelle, mais aussi celle de ma politisation et de ma conscientisation des enjeux de sexe, race et classe. J’ai eu tout à coup la sensation de faire l’expérience, dans ma chair, de l’intersectionnalité que j’étudiais à la fac en Gender Studies. Ça a été fou, une épiphanie physique et intellectuelle.
Je l’ai dit tout d’abord à ma mère, de vive voix. Je suis née en Algérie de parents algériens. Ma mère vient d’une famille middle-class, mon père, kabyle, de la classe paysanne. Tous deux sont devenus profs. Ils se sont exilés en France à cause de la guerre civile. L’homosexualité dans ma famille, ça n’était pas une option. Cela n’a jamais été mentionné.

Performance d’Ari De B sur un clip de Tami T.

Quand je l’ai dit à ma mère, elle a eu un silence puis m’a dit en souriant : « libertine », j’ai trouvé ça drôle. Elle m’a aussi dit qu’elle ne m’avait jamais vue aussi heureuse que depuis que je m’étais découverte queer.
Mon père, ça a été plus compliqué. Je lui ai dit par téléphone. Le face-à-face était impossible pour moi. Je lui ai dit que j’étais amoureuse d’une fille de ma classe. Il m’a dit que j’étais malade, que c’était une phase, que j’avais dû avoir été déçue par les hommes. Ce sujet a été tendu pendant un an environ, puis nous n’en avons plus jamais reparlé. Aujourd’hui, je suis danseuse, ma spécialité est le waacking et je fais du voguing, mais je viens du milieu hip-hop. Mon coming out y a pris du temps, j’ai dit que j’étais bisexuelle – ce qui est vrai dans les faits mais aussi plus facile à verbaliser. Mon identité de gouine politique est plus compliquée à exposer… Expliquer le retournement du stigmate en deux minutes, ce n’est pas facile !

 » Mon coming out y a pris du temps, j’ai dit que j’étais bisexuelle – ce qui est vrai dans les faits mais aussi plus facile à verbaliser. Mon identité de gouine politique est plus compliquée à exposer… »

Je fais maintenant partie de la scène voguing – la Ballroom Scene – que j’ai découverte à San Francisco en 2011, lors d’un voyage avec ma copine de l’époque. Là encore, ça a été une révélation, moi qui avait toujours dansé. C’était la cristallisation de mon identité queer politique, à l’intersection même des identités de genre, de race et de classe, sublimées par une danse. Autrement dit, la perfection. C’était la danse de la politique, la politique de la danse, tout ce dont j’ai toujours rêvé.

DÉCOUVREZ LA SEMAINE PROCHAINE SUR MAGAZINEANTIDOTE.COM LE RÉCIT DU COMING-OUT DE KAMI, ÉTUDIANT.E EN PSYCHOLOGIE DE 22 ANS.

Cet article est extrait du Magazine Antidote : Borders été 2017 photographié par Olgaç Bozalp.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Alok Vaid-Menon, artiste et activiste intersectionnel : « On change les gens en les aimant plus qu’il·elle·s ne nous détestent »

De son enfance au Texas à sa vie d’adulte à New York en passant par ses études de genre à l’université Stanford, en Californie, l’artiste et activiste trans et non-binaire Alok Vaid-Menon a, au fil du temps, appris à déconstruire les stéréotypes liés à la binarité de genre pour les dépasser. Conscient·e  très tôt d’être différent·e, mais ne disposant pas du langage lui permettant de s’exprimer pleinement malgré le soutien de sa famille, iel met aujourd’hui toute son énergie au service de cette cause, multipliant les initiatives pour faire évoluer les mentalités vers plus de bienveillance et de tolérance, malgré un climat politique anxiogène et rétrograde. Rencontre.

Lire la suite

Alok Vaid-Menon, artist and intersectional activist: « We change people by loving them more than they hate us »

From a childhood in Texas to an adult life in New York City and a gender studies degree from Stanford University in California, trans and non-binary artist and activist Alok Vaid-Menon has learned to gradually deconstruct gender stereotypes and move beyond them. Conscious of being different from an early age but lacking the language to express themselves fully despite their family’s support, they now devote all their energy to this cause through several initiatives aimed at changing people’s ways of thinking and promoting more kindness and tolerance, despite the current anxiety-inducing and reactionary political climate.

Lire la suite

La philanthropie des milliardaires : altruisme sincère ou stratégie dissimulée ?

Suivant l’exemple de Bill Gates et autres Warren Buffet, les déclarations de dons des milliardaires américain·e·s se multiplient. Or, cette vague philanthropique est loin d’être totalement désintéressée et peine à dissimuler sa visée libérale.

Lire la suite

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.