Leonardo DiCaprio fait un don colossal pour lutter contre les incendies en Amazonie

Article publié le 27 août 2019

Photo : Leonardo DiCaprio.
28/08/2019

Par le biais de sa nouvelle ONG Earth Alliance, l’acteur américain a fait un don de 5 millions de dollars et annoncé la création d’un fond d’urgence pour venir en aide à ceux qui luttent contre les incendies qui ravagent actuellement l’Amazonie.

Alors que les incendies qui prolifèrent depuis plusieurs semaines l’Amazonie continuent de progresser malgré les déclarations de l’armée brésilienne qui assure les contrôler, Leonardo DiCaprio a annoncé qu’il ferait don de 5 millions de dollars (soit près de 4,5 millions d’euros) pour aider à lutter contre les feux de forêts et préserver la richesse de la biodiversité amazonienne. En complément, l’acteur, célèbre pour son engagement en faveur de la préservation de l’environnement (il a créé sa propre fondation en 1998), et actuellement à l’affiche du dernier film de Quentin Tarantino Once Upon a Time… in Hollywood, a lancé un appel aux dons à travers la Earth Alliance, sa nouvelle fondation créée au mois de juillet dernier avec l’aide des philanthropes Laurene Powell Jobs et Brian Sheth.

Comme annoncé sur le site de l’ONG, les sommes récoltées seront reversées dans leur intégralité aux communautés autochtones et à cinq organisations locales « qui combattent les incendies, protègent les terres indigènes et portent secours aux communautés touchées », à savoir l’Instituto Associação Floresta Protegida (Kayapo), la Coordination des organisations autochtones de l’Amazonie brésilienne (COIAB), l’Instituto Kabu (Kayapo), l’Instituto Raoni (Kayapo) et l’Instituto Socioambiental (ISA).

Dans la foulée de l’élection du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, les incendies se sont démultipliés au Brésil depuis le début de l’année. Selon l’Institut national de recherche spatiale (INPE), plus de 72 000 feux de forêts se sont déclarés depuis le 1er janvier 2019 – contre 40 000 l’année dernière. Le fond auquel profite le don de Leonardo DiCaprio – le Amazon Forest Fund –  devait compléter l’aide de 18 millions d’euros débloquée d’urgence par les pays du G7 – qui se sont réunis le week-end dernier à Biarritz -, notamment pour envoyer au Brésil des avions bombardiers d’eau, or Jair Bolsonaro et son chef de cabinet viennent de refuser cette dernière, ironisant sur la gestion par Emmanuel Macron de l’incendie survenu dans la cathédrale Notre-Dame en avril dernier. De son côté, le groupe LVMH, qui avait promis d’allouer 200 millions d’euros pour participer à la reconstruction de l’édifice, a également annoncé dans un communiqué publié ce lundi 26 août qu’il mobiliserait la somme de 10 millions d’euros pour aider à la sauvegarde du poumon vert de la planète. 

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Trouble dissociatif de l’identité : à quoi ressemble la vie des personnes possédant plusieurs personnalités ?

Découvert par certain·e·s sur les réseaux sociaux via des influenceur·se·s comme @we.are.olympe ou à l’écran, dans sa version fictive, à travers le film Split (2016), le trouble dissociatif de l’identité (TDI) fascine ou effraie. Mais pour ceux·celles qui vivent avec plusieurs « alters » dans un seul corps, il s’agit surtout d’un mécanisme psychique de protection qui fait suite à des traumatismes extrêmes, tels que des violences sexuelles répétées pendant l’enfance. Classifié par l’OMS, il toucherait près de 1 % de la population, à des degrés divers. Pourtant, au sein même de la communauté scientifique, le TDI peine à être reconnu. 

Lire la suite

Dissociative Identity Disorder: what is life like for people with multiple personalities?

Introduced to many on social media via influencers such as @we.are.olympe, or in a fictionalized form in the movie Split (2016), Dissociative Identity Disorder (DID) can be both fascinating and frightening. But for those who live with several “alters” in one body, it is mainly a psychic protection mechanism that follows extreme traumas such as repeated sexual violence during childhood. Classified by the WHO, it affects nearly 1% of the population to varying degrees. However, even within the scientific community, DID is still not widely recognized.

Lire la suite

Maxime Retailleau’s editorial for the new issue of Antidote

« Who’s Who? »

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.