L’émoji est-il un impérialisme culturel ?

Article publié le 12 mars 2018

Share :

Photos : Daniel Sannwald pour Magazine Antidote : The Digital Issue
Texte : Alice Pfeiffer

L’émoji « hijab » arrive après dix ans de symboles occidentalisés : quels rapports de domination culturelle et de force sont en jeu dans cette langue de pictogrammes ?

Un cœur noir en guise de légende : voici l’émoji choisi par Kylie Jenner pour annoncer la naissance de sa fille Stormi. Amour et métissage, semblent lire certains internautes. Pourtant, le pictogramme prête à confusion : dans certaines cultures mystiques, celui-ci est lu comme un symbole sexuel, dans d’autres comme une métaphore gothique, ou encore de deuil.

Un signifiant et pléthore de signifiés – ce n’est pas la première fois qu’un symbole 3.0 se confronte à plusieurs lectures. Drake déjà troublait une partie de son audience se faisant tatouer des mains qui prient – ce que ses followers de cultures non-chrétiennes interprétaient comme un « high five ».

A post shared by Doctor Woo (@_dr_woo_) on

Un véritable débat se pose dès lors : cette langue d’images qui se voudrait universelle est en fait conceptualisée depuis la Silicon Valley, avec des normes, des représentations et des lectures dominantes, que cela soit conscient chez les codeurs ou non. L’émoji serait-il une forme d’impérialisme culturel contemporain, une domination de l’American Way of Life, culture anglo-saxonne protestante capitaliste, sur les échanges dématérialisés globaux ?

L’émoji ou comment permettre au dialogue écrit d’adopter un ton

Avant l’émoji, l’émoticône naît dès les années 1980 dans les premiers chat rooms et forums. Les développeurs remarquent un trouble dans les échanges écrits, un manque de compréhension immédiate du ton d’un propos. Ainsi, pour restaurer une couche émotive perdue dans ce passage de l’oralité à l’écrit, sont inventés le smiley et le clin d’oeil.

La folkloriste Lee-Ellen Marvin, qui s’intéresse aux discours et notamment à la communication en ligne, décrit un langage 3.0 hybride : celui-ci reprend et compense les codes de conversations vocales de façon graphique, dans la quête d’une « paralangue » visuelle – où les symboles se substituent à la partie non-verbale de tout échange, habituellement les gestes, tonalités, et expressions faciales.

« Force est de constater l’arrivée tardive d’options diversifiées, autant dans les genres que les couleurs de peau – l’image « cheveu afro », par exemple, arrive bien plus tard que la “pinte de bière” .» 

C’est dans cette quête d’un langage silencieux enrichi qu’apparaissent les premiers claviers d’émojis dans le Japon des années 1990 : des petites images de 176 pixels inspirées de la calligraphie, des idéogrammes, et de la culture manga. Et quand Apple lance son premier smartphone en 2007, la société crée sa propre gramme d’illustrations, destinée au marché nippon, reprenant des codes locaux tels que l’emoji « crotte », un symbole de bonne chance.

Pourtant, ces vignettes téléchargeables à travers le monde deviennent virales sur tous les iPhones, et s’emboîtent de façon organique et mondiale aux échanges quotidiens. Si bien que le Oxford Dictionnary élit, en 2015, le smiley pleurant des larmes de rire comme le mot de l’année, célébrant ainsi le pouvoir de l’émoji à étendre et repenser le vocabulaire des émotions.

L’emoji, langue hybride… et essentialisante ?

Pourtant, comme dans toute étude linguistique, la question de la voix et de l’autorité se pose. Qui parle pour qui ? Quelles voix n’ont pas les mots nécessaires pour être entendues ? Force est de constater l’arrivée tardive d’options diversifiées, autant dans les genres que les couleurs de peau – l’image « cheveu afro », par exemple, arrive bien après la « pinte de bière ».

On peut également noter un certain puritanisme injecté dans cette culture globalisée : la popularité de la pêche et de l’aubergine – qui suggèrent communément fesse et pénis— reflètent une culture anglo-saxonne souvent pudibonde. Comme le montre une étude menée par Swiftkey (qui produit une majeure partie des claviers des smartphones de toutes marques) en 2015, ces deux légumes sont particulièrement utilisés dans les pays protestants : en Angleterre, aux États-Unis et au Canada, qui, sont, pour ces deux derniers, aussi particulièrement friands des images de « sacs d’argent » et « pistolet ».

Quant aux Français, ils sont 55% à utiliser le cœur rouge, soit quatre fois plus que dans n’importe quel autre pays (tout genre confondu), ce que Arwa Mahdawi du Guardian analyse comme le reflet d’une tradition romantique latine. Et le monde non-occidental, lui, entre dans quelques impasses : le clavier est en perte de vitesse au Japon, qui se sent déconnecté de ce que propose Apple ; et diverses figures du monde arabe dénoncent une exotificiation pop qui passe par les émoji « chameau » et « palmier ».

Si la langue est hybride et élastique, elle se verra inlassablement, comme au fil de la civilisation et des colonisations, réappropriée, repensée, et tordue. Vers une conception locale et personnelle de claviers pour davantage d’inclusion et de discours accomplis.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Lauren Bastide : « Une révolution féministe va avoir lieu »

Féministe et journaliste, Lauren Bastide mène un combat politique en faveur d’un féminisme intersectionnel et inclusif. Avec son podcast La Poudre, qui dépasse les 10 millions d’écoutes, elle donne la parole à des femmes inspirantes issues de tous horizons. Car pour lutter contre l’invisibilisation des femmes et leur silenciation, « il faut, avant tout, œuvrer à ce qu’elles soient vues et entendues ». Revue de détail d’une révolution totale et globale, chargée de remettre l’humanité sur les bons rails.

Société

Assa Traoré : « Je donne de l’espoir à la nouvelle génération »

Quatre ans après la mort d’Adama Traoré dans les locaux de la gendarmerie de Persan, suite à une interpellation, sa sœur mène le combat en sa mémoire avec une détermination inaltérable. Devenue une figure internationale de la lutte contre le racisme et les violences policières, elle incarne une nouvelle génération de Français·e·s issu·e·s des quartiers populaires qui ne se laissent plus voler la parole et ne s’excusent plus d’exister.

Société

Pas d’alcool ni de drogue : le mouvement straight edge est-il toujours aussi punk ?

Né dans des années 1980, le mouvement initié par le groupe de punk hardcore Minor Threat prônant une vie sans alcool et sans drogue semble connaître un regain de popularité. De plus en plus dépouillé de ses attributs originels, il est à la fois adopté par certain·e·s militant·e·s de la gauche radicale et par la nouvelle génération, adepte de mindfulness.

Société

Comment l’écosexualité réinvente les rapports entre l’humain et l’environnement ?

Entre émancipation sexuelle et combat écologique, l’écosexualité prône un rapport érotique avec la nature comme critique de l’anthropocentrisme. Mais qui sont au juste ces militants d’un nouveau genre ? Quelles sont les origines de leur mouvement et les réelles portées politiques de leurs revendications ?

Société

Over the rainbow : la fabuleuse épopée du drapeau arc-en-ciel

De sa création en version huit couleurs, par l’artiste et activiste Gilbert Baker, à son déploiement à l’international sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui, jusqu’à sa remise en question ces dernières années pour souligner la nécessité d’une plus grande inclusivité des personnes LGBTQ+ racisées, l’incroyable histoire du rainbow flag a épousé et accompagné celle des luttes menées par les communautés qu’il vise à représenter.

Société

In the mood for love(s) : l’essor de l’amour libre

Polyamoureux, couples libres, trouples: Antidote a rencontré celles et ceux qui bravent la norme de l’exclusivité sexuelle pour s’investir au sein de relations ouvertes, où les désirs se croisent et tentent de transcender la jalousie.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

Joanna évoque la genèse de l’amour dans le clip de son nouveau single « Viseur »