La persistance du white privilege

Article publié le 5 juin 2020

Texte : Pam Boy
Photo : Alex Klavens

Vous en avez sûrement entendu parler, de ce white privilege, ou privilège blanc, à ne pas confondre avec le privilège du blanc cette tradition chrétienne autorisant les femmes de sang royal à se vêtir de blanc en présence du pape. Qu’est-il exactement ? Quand on parle de racisme systémique, le privilège blanc en est un des symptômes les plus insidieux. Avant d’expliquer comment il s’est niché si parfaitement dans les strates de nos sociétés occidentales, il nous faut établir une définition du phénomène.

Le mot privilège est issu des mots latins privus, particulier, et lex ou legis, la loi. Le privilège est un avantage, un passe-droit légal accordé à une personne ou un groupe qui devrait être accepté par tous. Le mot blanc fait référence au terme anthropologique caucasien qui désigne une personne de type europoïde, à la peau claire et dont le squelette prouve qu’elle a des ascendances européennes. C’est à partir de la seconde moitié du 19e siècle que le blanc anthropologique devient le blanc sociologique, suite aux théories de scientifiques européens tels que Johanna Friedrich Blumenbach Petrus Camper, ou encore Samuel George. La notion de races naît à travers le travail de philosophes tel que Emmanuel Kant, qui publie en 1775 Des différentes races humaines, ouvrage dans lequel il affirme l’existence de quatre races humaines : les « blancs », les « hindous jaunes », les « nègres », et les « américains cuivrés ». C’est aussi à cette époque qu’une hiérarchisation de ces races initiée par Arthur de Gobineau dans son Essai sur l’inégalité des races humaines s’opère. La « race blanche » serait supérieure et au-dessus des autres. Ces notions sont alors inculquées dans les programmes et manuels scolaires. Nous ne pouvons aborder l’idée de privilège blanc sans mentionner l’esclavage et la colonisation. Pendant ces périodes historiques, les États européens ont utilisé l’idée de supériorité de la « race blanche » pour justifier la subjugation de la « race noire ».

Ce n’est qu’après la Seconde Guerre Mondiale que l’UNESCO, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science, et la culture, publie quatre essais établissant officiellement la notion d’une unique race humaine. Malheureusement, l’idée d’une « race blanche » supérieure est solidement ancrée dans les mentalités. Le blanc devient sociologique. Il se définit ainsi par un avantage donné aux membres de la « race blanche » dans une société multiculturelle. C’est l’idée que la norme et le pouvoir appartiennent aux blancs qui seraient supérieurs intellectuellement et philosophiquement aux autres « races ». La société et ses institutions leur font confiance. En 1987, dans son essai White Privilege : Unpacking the Invisible Knapsack, la militante antiracisme Peggy McIntosh établit le privilège blanc non pas comme un avantage silencieux mais comme un désavantage bruyant. Ainsi, le privilège blanc, s’il ne sert pas à tous les blancs, est néfaste pour tous les noirs.

Aujourd’hui, divers statistiques démontrent concrètement comment ce privilège s’insère dans les sociétés occidentales. L’exemple le plus commun est le fait qu’en France par exemple, un noir à 6 fois plus de chances qu’un blanc de se faire stopper par la police. Nous parlons alors de contrôle au faciès. Dans la vie de tous les jours, ceux qui ne bénéficient pas de ce privilège blanc ont l’habitude de se faire suivre dans les boutiques par les agents de sécurité, de se voir refuser des prêts bancaires ou l’accès au logement, de ne pas recevoir de réponse d’un potentiel employeur car portant un nom à consonance étrangère. Pourtant, certaines personnes dénient encore aujourd’hui ces réalités. Ils perpétuent l’idée que le privilège blanc et le racisme n’existent pas car souvent ils ne le voient pas, ce qui en soi fait partie de ce privilège.

À lire aussi :

Les plus lus

Pourquoi le concept de « décroissance » est-il tabou ?

Alors que, sur fond de crise climatique et énergétique majeure, les décideur•se•s de tous bords nous encouragent à faire preuve de sobriété dans nos modes de consommation, un tabou demeure : celui d’une éventuelle décroissance. Dans un système dont croître est la raison d’être, comment s’autoriser à changer de paradigme ? Petit tour d’horizon de celles et ceux qui ont posé les jalons de ce courant de pensée et de leurs arguments.

Lire la suite

Alok Vaid-Menon, artiste et activiste intersectionnel : « On change les gens en les aimant plus qu’il·elle·s ne nous détestent »

De son enfance au Texas à sa vie d’adulte à New York en passant par ses études de genre à l’université Stanford, en Californie, l’artiste et activiste trans et non-binaire Alok Vaid-Menon a, au fil du temps, appris à déconstruire les stéréotypes liés à la binarité de genre pour les dépasser. Conscient·e  très tôt d’être différent·e, mais ne disposant pas du langage lui permettant de s’exprimer pleinement malgré le soutien de sa famille, iel met aujourd’hui toute son énergie au service de cette cause, multipliant les initiatives pour faire évoluer les mentalités vers plus de bienveillance et de tolérance, malgré un climat politique anxiogène et rétrograde. Rencontre.

Lire la suite

Alok Vaid-Menon, artist and intersectional activist: « We change people by loving them more than they hate us »

From a childhood in Texas to an adult life in New York City and a gender studies degree from Stanford University in California, trans and non-binary artist and activist Alok Vaid-Menon has learned to gradually deconstruct gender stereotypes and move beyond them. Conscious of being different from an early age but lacking the language to express themselves fully despite their family’s support, they now devote all their energy to this cause through several initiatives aimed at changing people’s ways of thinking and promoting more kindness and tolerance, despite the current anxiety-inducing and reactionary political climate.

Lire la suite

La philanthropie des milliardaires : altruisme sincère ou stratégie dissimulée ?

Suivant l’exemple de Bill Gates et autres Warren Buffet, les déclarations de dons des milliardaires américain·e·s se multiplient. Or, cette vague philanthropique est loin d’être totalement désintéressée et peine à dissimuler sa visée libérale.

Lire la suite

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.