Canal + dédie une nouvelle chaîne aux créations LGBTQ+ baptisée « Hello »

Article publié le 27 novembre 2019

Photo : Wolfgang Tillmans.
27/11/2019

Disponible via la plateforme myCanal, elle offre un accès à une large sélection de longs métrages, de séries ou encore de documentaires liés aux communautés LGBTQI+.

Ce mardi 26 novembre, alors qu’elle célébrait le vingt-cinquième anniversaire de sa « Nuit Gay », un rendez-vous annuel créé en 1995 pour mettre en avant la création audiovisuelle LGBTQ+ et lutter contre la discrimination, la chaîne cryptée Canal+ lançait une nouvelle plateforme digitale entièrement « dédiée au meilleur des créations LGBTQ+ européennes et internationales ». Baptisée « Hello », cette dernière est disponible via la plateforme myCanal et propose une large sélection de films, de séries, de courts métrages et de documentaires, toujours en lien avec les communautés LGBTQ+.

Visant une « célébration permanente de la diversité », comme l’explique sur son site internet la chaîne du groupe appartenant à Vincent Bolloré, « Hello » s’adresse en particulier « à tous les passionnés de cinéma, de documentaires et de séries, au public LGBTQ+, qui y trouvera une sélection riche et de qualité, mais aussi à tous ceux qui ont soif de nouveaux talents et de nouvelles œuvres ». Outre celles programmées à l’occasion de cette dernière « Nuit Gay » organisée cette année atour du thème du coming out, telles que la série Pose de Ryan Murphy avec Billy Porter – premier afro-américain ouvertement gay à avoir reçu l’Emmy Award du meilleur acteur dans une série dramatique – , le documentaire Coming Out de Denis Parrot sorti le 1er mai dernier ou encore le long métrage de Xavier Dolan Ma vie avec John F. Donovan, on y retrouve ainsi certains des plus grands films abordant les thématiques liées aux communautés LGBTQ+ de ces dernières années.

Sur ce catalogue pointu voué à s’enrichir au fur et à mesure, à la manière d’un Netflix de la culture gay, le magistral Girl du belge Lukas Dhont qui narre les péripéties d’une apprentie danseuse étoile transgenre côtoie l’obsédant Call Me By Your Name de Luca Guadagnino avec Timothée Chalamet et Armie Hammer, Marvin ou la Belle Éducation d’Anne Fontaine ou encore le biopic de Bryan Singer sur Freddie Mercury Bohemian Rhapsody qui, en février, raflait pas moins de quatre Oscars. Moins connues du grand public, des créations telles que le film Week-end du britannique Andrew Haigh et avec Tom Cullen et Chris New sont également disponibles. Côté séries, « Hello » permettra aux anciens fans de la série gay mythique des années 2000 Queer as Folk de découvrir Cucumber, la dernière réalisation de Russell T. Davies, qui, toujours à Manchester, suit cette fois-ci l’implosion d’un couple de quadragénaires homosexuels.

À travers des productions comme « L’image originelle : Xavier Dolan » qui s’appuie sur une longue interview du cinéaste canadien à l’origine des chefs-d’œuvre queers Laurence Anyways (2012) et Matthias et Maxime (2019) ou le documentaire Homo ou hétéro, est-ce un choix ? de Thierry Berrod, « Hello » promet ainsi de célébrer avec fierté et 365 jours par an la culture LGBTQI+ et de donner une meilleure visibilité aux œuvres qui y sont liées, permettant à tout ceux qui sont abonnés à Canal+ de les découvrir ou de les redécouvrir.

À lire aussi :

Les plus lus

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Trouble dissociatif de l’identité : à quoi ressemble la vie des personnes possédant plusieurs personnalités ?

Découvert par certain·e·s sur les réseaux sociaux via des influenceur·se·s comme @we.are.olympe ou à l’écran, dans sa version fictive, à travers le film Split (2016), le trouble dissociatif de l’identité (TDI) fascine ou effraie. Mais pour ceux·celles qui vivent avec plusieurs « alters » dans un seul corps, il s’agit surtout d’un mécanisme psychique de protection qui fait suite à des traumatismes extrêmes, tels que des violences sexuelles répétées pendant l’enfance. Classifié par l’OMS, il toucherait près de 1 % de la population, à des degrés divers. Pourtant, au sein même de la communauté scientifique, le TDI peine à être reconnu. 

Lire la suite

Dissociative Identity Disorder: what is life like for people with multiple personalities?

Introduced to many on social media via influencers such as @we.are.olympe, or in a fictionalized form in the movie Split (2016), Dissociative Identity Disorder (DID) can be both fascinating and frightening. But for those who live with several “alters” in one body, it is mainly a psychic protection mechanism that follows extreme traumas such as repeated sexual violence during childhood. Classified by the WHO, it affects nearly 1% of the population to varying degrees. However, even within the scientific community, DID is still not widely recognized.

Lire la suite

Maxime Retailleau’s editorial for the new issue of Antidote

« Who’s Who? »

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.