Art

Indianara : le vibrant portrait d’une activiste trans au Brésil luttant contre l’intolérance

Article publié le 25 novembre 2019

Share :

Texte : Antoine du Jeu.
Photo : Indianara Siqueira.
26/11/2019

Dans leur documentaire, présenté dans la sélection de l’ACID lors du dernier festival de Cannes, Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa ont suivi Indianara Siqueira dans son combat pour améliorer les conditions de vie des LGBTQ. Le portrait brûlant d’une activiste dans un Brésil de plus en plus inégalitaire, homophobe et transphobe.

Un pays lointain aux couleurs arc-en-ciel où les frontières ont été abolies, où l’imaginaire n’arrête pas de s’étendre et où l’armée, les évangéliques, tout ce qui porte un uniforme n’ont pas voix au chapitre : voici quel pourrait être le rêve utopique d’Indianara Siqueira, activiste transgenre, qui accueille à la Casa Nem de Rio de Janeiro des homosexuels et des personnes transgenres ostracisés. Le documentaire, brut et sans chichi, que lui consacre Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa suit justement la vie collective plus ou moins précaire qu’elle a mise en place dans ce refuge.

Précaire d’abord parce que le lieu, créé en 2016, semble en sursis permanent et que le film, en lui-même, tend à la fois vers sa fermeture (causée par les socialistes alors au pouvoir) et l’élection de Jair Bolsonaro comme si ces deux événements, survenus chacun en 2018, étaient liés, aussi inéluctables et désespérants l’un que l’autre. Tout prépare l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite, le film le montre bien. La transphobie est grandissante au Brésil et tue : rien qu’en 2017, 179 trans y ont été assassinés, en faisant le pays le plus meurtrier au monde pour la communauté LGBTQ. En manif ou en privé, Indianara ne manque d’ailleurs jamais une occasion d’égrener les noms des disparus. À près de 50 ans, elle-même se voit comme une survivante dans un pays où l’espérance de vie pour les trans est de seulement 35 ans… De l’enterrement dépouillé qui ouvre le film à celui de la conseillère municipale Marielle Franco, ouvertement lesbienne, tuée par balle en mars 2018, où se retrouve une immense foule endeuillée, la mort est en effet omniprésente.

Voilà pourquoi la Casa Nem, sorte d’oasis de fortune aux murs tagués et à l’ambiance quelque peu insalubre, fait à ce point office de foyer de résistance. On s’y fédère, on y échappe un temps aux violences sociales et sexuelles, on s’y politise, on s’y amuse aussi, se déhanchant en string topless dans une piscine gonflable… Le tout sous l’égide d’Indianara, tenancière à poigne qui est présente dans tous les plans ou presque. Qu’elle défile seins nus pour la légalisation de l’avortement ou qu’elle se présente aux élections législatives, à chaque fois elle impressionne par sa détermination, la force de ses convictions, faisant de son corps – marqué par la vie et les hormones de mauvaise qualité – un véritable instrument de combat politique.

Mêlant l’intime au politique, l’effervescence de la rue à la vie en communauté, le documentaire alterne les moments passés à la Casa Nem et les excursions en manifestations pour protester contre tout ce qui ne tourne pas rond dans le pays. Des scènes collectives la plupart du temps, mais où l’attention est toute entière focalisée sur Indianara : si le film lui dessine un portrait vibrant, il peine en revanche à faire exister les autres personnages gravitant autour d’elle, souvent relégués au rang de satellites éphémères. Reste néanmoins Mauricio, son improbable mari, ancien militaire issu d’une famille ultra conservatrice, passant à présent ses journées dans un slip de bain moulant à la forme proéminente. Le duo qu’il compose avec Indianara donne lieu aux scènes les plus touchantes et réjouissantes de ce documentaire, qui jalonnent le parcours exceptionnel de cette matriarche révolutionnaire.

Indianara d’Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa (Brésil, 2019, New Story distribution) sortira en salles le mercredi 27 novembre 2019.

À lire aussi :

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE