Que signifie être queer en 2017 ?

Article publié le 16 juin 2017

Texte : Alice Pfeiffer
Photo : Sébastien Dolidon

Antidote est partenaire du festival Loud & Proud du 6 au 9 juillet à la Gaité Lyrique qui cherche à chambouler les structures de discriminations et à mettre en lumière et en paillettes toutes les minorités.

Le long de couloirs du métro parisien, des affiches d’un rose fluo, insolent, tonitruant, tapissent les murs. Des figures de tous âges, genres, tailles se dessinent, et tirent la pose, dansent et s’embrassent. Au milieu trônent les mots « Loud & Proud », pour annoncer un festival de musique « dédié aux cultures et musiques queer », qui se tiendra à la Gaité Lyrique du 6 au 9 juillet.

À l’occasion de sa deuxième édition, l’évènement annonce un programme aussi transversal que les protagonistes du poster : une performance de Mykki Blanco, rappeuse « multi-genre », de Venus X, issue de la scène Ghetto Gothic New-Yorkaise ; un bal de Voguing avec Jean-Paul Gaultier pour membre du jury ; des projections de films pornographiques féministes ; des contes lus par « trois gentilles drag queens » à des enfants dixit le programme.

Photo : Gaelle Matata

À ne pas confondre avec un festival labellisé LGBT, cet ensemble hétéroclite renoue avec les débuts de la pensée queer. Le terme émerge dans les milieux universitaires et militants du début des années 1990, notamment dans les écrits de figures comme Kate Bornstein ou Judith Butler, et vise à questionner et déconstruire les structures normatives dominantes : le « queer », c’est l’étrange, le bizarre, cet Autre qui déborde des structures préétablies. Le mot, d’abord une insulte contre les gays, est réapproprié par les personnes concernées – tout comme le sont des injures type « fag », « sissy », « dyke » – afin de détourner et retourner les stigmates, et en faire une marque de différence assumée et glorieuse.

D’où le titre « Loud&Proud » : Proud, car fier de faire voler en éclat les carcans assujettissants. Loud, « comme de la musique qui viendrait symboliquement étouffer les cris des oppresseurs », dit Anne Pauly, co-commissaire de l’évènement, qui raconte que l’idée du titre (inspiré du slogan gay « Gay and Proud » des années 70), vient aux fondateurs du festival à la vue des rues remplies de centaines de milliers de participants furibonds lors de la Manif pour Tous.

Et si le terme queer est employé depuis plusieurs décennies, il est en perpétuelle évolution face à des discriminations changeantes et à un climat local complexe. Pour Fanny Corral, également co-commissaire, « lorsque l’on parle de discrimination autour du genre, il est primordial de prendre également en compte les enjeux de classe et de race. L’idée est de remettre à jour des questions de domination binaire dans la société, et de réfléchir à des stratégies multiples de luttes actuelles. »

Photo : Gaelle Matata

Ainsi, ces évènements sont complétés par des conférences, des ateliers et des rencontres engagées. Par exemple, la musicienne et activiste Moor Mother, après son concert de dark rap aux influences afro-futuriste, discutera avec la journaliste Christelle Oyiri de problématiques racistes dans le champ de la production musicale. Des débats autour du post-colonialisme, de la transphobie, de la transmission historique, dans des contextes tels que la nuit, la pop culture, les jeux vidéos prendront également place, afin de donner un socle conscient et sociétal au festival.

Et à l’heure où l’activisme et les questions de genre sont récupérés par le marketing, une pensée queer aujourd’hui s’applique aussi à la structure et l’organisation même de l’évènement : « Nous visons une forme d’horizontalité, entre les intervenants, les organisateurs et les invités. Le queer, c’est aussi un travail d’éveil, de transmission, et de lutte commune. »

Le festival Loud & Proud aura lieu du 6 au 9 juillet 2017 à La Gaité Lyrique, 3 bis rue Papin, Paris 3.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Antidote s’empare des nuits parisiennes

Antidote a le plaisir d’annoncer qu’à partir du 29 septembre, nous organiserons une soirée chaque jeudi soir au nouveau club underground Carbone. 

Lire la suite

Rencontre avec la rappeuse Rico Nasty : « Ma musique est une ode à l’affirmation de soi »

Rappeuse, queen cyberpunk, icône pop : Rico Nasty incarne tellement de personnages dans ses clips que l’on en vient à ne plus savoir qui elle est réellement. Éléments de réponse à l’occasion de la sortie de sa nouvelle mixtape, Las Ruinas, qu’elle considère volontiers comme son « projet le plus intime ».

Lire la suite

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Nathy Peluso : « La musique, c’est de l’entertainment : il faut permettre aux gens de s’amuser »

Souvent comparée à Rosalía, la chanteuse et rappeuse argentine de 27 ans Nathy Peluso sort grandie de ce rapprochement avec l’interprète du tube « Malamente », avec laquelle elle partage sa langue maternelle et une liberté de ton mais dont elle parvient à se démarquer grâce à ses influences hip-hop, jazz ou salsa et sa faculté à incarner différents personnages. Jeune femme charismatique, enthousiaste, qui assume son corps et compose des morceaux festifs taillés pour surmonter la grisaille du quotidien, Nathy Peluso dispose d’une énergie communicative, que ce soit sur la scène du festival We Love Green sur laquelle se produisait récemment ou à travers ses clips à l’esthétique ultra-léchée. Sa musique, quant à elle, est aussi envoûtante que son regard vairon. Rencontre.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.