Faut-il définitivement disparaître des réseaux sociaux ?

Article publié le 4 avril 2018

Photo : Patrick Weldé pour Antidote : Earth été 2018.
Texte : Alice Pfeiffer

Ghosting, disparition, anonymat, ou #deletefacebook : l’invisibilité digitale serait-elle un retour essentiel à la liberté de chacun ?

Il est fort probable que vous ayez récemment croisé sur vos réseaux sociaux la mention #deletefacebook. Fin mars explose un scandale autour de la firme Cambridge Analytica. En charge de la stratégie digitale de Donald Trump pendant sa campagne, elle a gagné l’accès aux informations de 50 millions d’utilisateurs possédées par Facebook, pour les cibler directement. Aujourd’hui, celle-ci serait directement responsable de l’élection de l’actuel président des Etats-Unis.

En parallèle et sans surprise, une partie croissante de la population s’interroge sur un besoin de restauration de la vie privée et part en quête d’opacité et de disparition face à l’omniscience des technologies actuelles.

Cette peur s’exprime à travers des tendances web fleurissantes. On peut penser à la poussée de comptes « Finster » : des profils privés et intraçables qui offrent l’opportunité à leurs discrets propriétaires de poster ce qu’ils pensent réellement sans se soucier de l’impact potentiel (et parfois destructeur) des réactions de la toile. Ils prennent le contrepied des vitrines publiques que sont devenus les comptes de chacun, dans une terreur perpétuelle de trolling ou d’un mot de travers, assoiffés d’une zone d’expression libertaire.

‪We are stepping away from Facebook‬ via @cooperbhefner

Une publication partagée par Playboy (@playboy) le

Les « invisible apps » s’accumulent également, proposant des services qui garantissent un anonymat total en ligne. On peut penser à Talkspace proposant des conseils de santé par chat ; ou la conciergerie Magic activée par texto et sans question aucune : ou encore à Digit, une banque en ligne avec un service « anonymisé, encodé, et garanti inaccessible », dixit le site.

Pour toute étape de la vie, un nouveau masque 3.0 est disponible. Killswitch efface toute trace d’un(e) ex petit(e) ami(e) sur les réseaux sociaux, mention, tag, photo partagée. Breakup Freedom ou Eternal Sunshine camouflent les statuts d’exs et toute trace de leur existence, sans pour autant avoir à les effacer de sa liste d’amis. C’est aussi une évolution comportementale : on privilégie aujourd’hui parfois le « ghosting » – ou comment mettre fin à une relation en ne donnant plus le moindre signe de vie en ligne.  Si ces supports ont donné à tous la possibilité d’être vu, la société réclame aujourd’hui son droit à l’invisibilité.

L’anonymat, une contre-culture

Dans son livre Incognito, l’écrivain et journaliste Yann Perreau retrace l’histoire de l’anonymat, geste politique au poids non négligeable. Dans la mythologie déjà, Ulysse déclare s’appeler « Personne » au cyclope Polyphème qui lui demande son nom. Le cyclope ne pourra alors jamais retrouver son agresseur évaporé.

Romain Gary signe sous le nom d’Emile Ajar pour échapper, entre autres, à la censure ; ou les artistes graffiti comme Banksy ou Kidult avancent masqués pour fuir les autorités. Les Daft Punk, eux, restent invisibles aux yeux du monde malgré leur gloire mondiale. A travers l’Histoire, être incognito défait l’individu en recherche de liberté d’une médiatisation narcissique.

Fin 2017, l’artiste masqué Kidult vandalisait la vitrine du flagship parisien de Philipp Plein rue de Rivoli.

A l’arrivée d’internet, naissent rapidement des groupes solidaires et sans visage sur des sites de recherche comme 4Chan ou Reddit : leaks, partages, hacking, marquent le début d’une conscience politique de l’invisible. Le mouvement proclamé « Social Justice Warrior » fait émerger une génération d’activistes masqués. Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, ou Chelsea Manning, ancienne analyste militaire qui envoyait des informations classées au site anonyme, s’inscrivent dans cette démarche de partage d’informations pour le bien commun, sans chercher à en tirer profit.

Aujourd’hui, qu’il s’agisse du groupe secret The Anonymous, ou de divers collectifs de sorcellerie dits « Witchblocs », tous mènent des combats alternatifs voilés, et proposent une reprise de pouvoir communautaire et imperceptible.

Combattre l’ultravisible

Sans oublier une calling out culture omniprésente, ou le moindre tweet personnel peut ressurgir, depuis Mennel Ibtissem de The Voice ou Munroe Bergdorf chez l’Oréal, toutes deux épinglées pour d’anciennes publications publiques jugées inadmissibles.

Cette génération vit dans une appréhension de surveillance permanente, peur que Michel Foucault décrivait déjà dans Surveiller et Punir : « Induire chez le détenu un état conscient et permanent de visibilité qui assure le fonctionnement automatique du pouvoir […] le détenu ne doit jamais savoir s’il est actuellement regardé ; mais il doit être sûr qu’il peut toujours l’être. C’est l’œil du gouvernement incessamment ouvert et veillant indistinctement sur tous les citoyens sans pour cela les soumettre à aucune mesure de coercition quelconque… »

Et pour les célébrités délaissant les réseaux à l’image d’une Kylie Jenner enceinte et invisible, est-ce une tendance de passage ou une véritable page qui se tourne ? La presse américaine parle déjà de l’ère « post-selfie », et d’une évolution dans le storytelling de l’intime. Une chose est sûre, ce retour à l’anonymat ou au pseudonymat rappelle l’artificialité du « Moi » des réseaux sociaux : toute identité en ligne est une fiction construite, qui sort des règles d’objectivité. Choisir de ne pas être vu est un rappel de la marge de manœuvre essentielle à toute mise en scène de sa personne, entre qui l’on est et ce que l’on choisit de montrer… ou pas.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Trouble dissociatif de l’identité : à quoi ressemble la vie des personnes possédant plusieurs personnalités ?

Découvert par certain·e·s sur les réseaux sociaux via des influenceur·se·s comme @we.are.olympe ou à l’écran, dans sa version fictive, à travers le film Split (2016), le trouble dissociatif de l’identité (TDI) fascine ou effraie. Mais pour ceux·celles qui vivent avec plusieurs « alters » dans un seul corps, il s’agit surtout d’un mécanisme psychique de protection qui fait suite à des traumatismes extrêmes, tels que des violences sexuelles répétées pendant l’enfance. Classifié par l’OMS, il toucherait près de 1 % de la population, à des degrés divers. Pourtant, au sein même de la communauté scientifique, le TDI peine à être reconnu. 

Lire la suite

Dissociative Identity Disorder: what is life like for people with multiple personalities?

Introduced to many on social media via influencers such as @we.are.olympe, or in a fictionalized form in the movie Split (2016), Dissociative Identity Disorder (DID) can be both fascinating and frightening. But for those who live with several “alters” in one body, it is mainly a psychic protection mechanism that follows extreme traumas such as repeated sexual violence during childhood. Classified by the WHO, it affects nearly 1% of the population to varying degrees. However, even within the scientific community, DID is still not widely recognized.

Lire la suite

Maxime Retailleau’s editorial for the new issue of Antidote

« Who’s Who? »

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.