Qui sont les 5 rappeurs italiens sur lesquels il faudra compter en 2020 ?

Article publié le 21 décembre 2019

Share :

Texte : Maxime Delcourt.
Photo : Ketama126.
20/12/2019

Outre les stars du genre comme Ghali et Sfera Ebbasta, le rap italien se voit sans cesse bousculé par de nouveaux artistes novateurs, prêts à s’émanciper des codes locaux et à affirmer un style singulier. Ketama126, Priestess, Dark Polo Gang, Achille Lauro et Joe Scacchi sont de ceux-là.

Au moment de tirer le rideau sur les années 2010, un constat s’impose : oui, le rap n’a jamais été aussi populaire ; oui, Kendrick Lamar, Drake ou Travis Scott sont les pop-stars de notre époque ; oui, ce genre a profondément modifié les codes (esthétiques, marketing, économiques, etc.) d’une industrie musicale rarement confrontée à tant de jeunes talents hostiles à toutes formes de compromis et bien décidés à dicter eux-mêmes les règles. Les années 2010 ont vu le rap ouvrir ses frontières, et le grand public accueillir dans ses playlists des artistes venus du monde entier. Désormais, il faut ainsi compter sur le Maroc, la Belgique, la Suisse ou encore la Russie pour élargir le spectre du hip-hop. En Italie, même schéma. Là-bas, le public peut compter sur deux figures tutélaires : Ghali et Sfera Ebbasta, deux stars qui cumulent les millions de vues pour chacun de leur clip, qui ont rejoint les rangs d’une major (respectivement Warner et Def Jam) et qui s’affichent ces dernières années dans tous les magazines. En parallèle de leur succès, de nouveaux rappeurs ne cessent d’éclore aux quatre coins du pays, comptant bien à leur tour jouir de la même popularité que leurs aînés. Parmi eux : Ketama126, Priestess, Achille Lauro,Joe Scacchi ou encore les membres du Dark Polo Gang ; autant de jeunes artistes fougueux ayant assimilé des décennies de hip-hop pour être prêts à anticiper celles à venir.

Ketama126

Ketama126 dit s’inspirer du rappeur suédois Yung Lean, et cela s’entend depuis sa première mixtape, publiée en 2014 aux côtés de Pretty Solero : le beat est encrassé, la mélodie enfumée, le propos egotripé. Heureusement, le Milanais, membre du crew Love Gang, sait aussi se détacher de l’influence de son mentor pour façonner une esthétique plus singulière et plus ouverte. À l’image de son album Oh Madonna, paru en 2017 dans lequel il met un peu de côté son ego pour toucher à l’universel au travers de morceaux foncièrement connectés à la jeunesse italienne. « Ce disque parle de moi, de ma vie, mais à travers des images, pas des anecdotes, déclarait-il en 2017. C’est à la fois une réflexion sur toutes les choses négatives que la vie nous réserve et une exhortation à faire mieux ».

Depuis, Ketama126 continue de développer de nouvelles propositions musicales. À la production, qu’il assure en partie pour ses projets personnels parfois inspirés par tous les groupes de rock qu’il écoutait au lycée – Black Sabbath, Metallica, Red Hot Chili Peppers – comme sur Kety (2018) et Rehab (2019), ses deux derniers albums, où il intègre des éléments rock dans une matière sonore profondément ancrée dans la trap. Derrière le micro, Ketama126 intrigue également, avec un flow qui doit autant à XXXTentacion qu’à Lil Peep. Au point de le considérer comme la figure de proue de l’emo-rap italien ? Il suffit d’écouter son récent single « Love Bandana »  pour s’en convaincre. 

Dark Polo Gang

Lorsqu’ils débarquent avec leurs premiers morceaux en 2017, on comprend illico que les quatre membres du Dark Polo Gang sont le fruit de leur époque, de jeunes gens obsédés par le hip-hop que les années 2010 avaient en rayon. Soit de l’autotune, des productions enfumées, des paroles testostéronées et des flows qui doivent davantage à Young Thug ou Gucci Mane qu’à Nas ou Biggie. En clair, Pyrex, DarkSide, Tony Effe et Wayne font de Rome, leur ville natale, une déclinaison possible d’Atlanta. Et ce même si une grande partie de leurs morceaux ont longtemps été produits par le fils de Duke Montana, un rappeur romain autrefois célèbre pour avoir brièvement travaillé avec le Wu-Tang.

Les membres du Dark Polo Gang évoluent ensemble, avec un côté DIY et une mentalité de clan. Des projets solos, il peut y avoir, comme le single « Non Sto Piu In Zona » balancé par Pyrex en octobre dernier, mais ne comptez pas sur eux pour aller fricoter avec d’autres rappeurs histoire de se faire mousser. « Ce qu’il se passe, c’est qu’on fait nos bails, et qu’on n’en a rien à foutre du reste », revendiquaient-ils dans une interview à Vice en 2017. Et la mentalité n’a pas foncièrement changé depuis : il s’agit toujours pour ces « trap lovers », du nom de leur dernier album, de mettre en son une vie faite de sexe, d’esprit de groupe, de sapes (les références à Gucci ou Fendi sont nombreuses) et de soirées sous psychotropes, passées à ressasser les performances footballistiques de Totti ou De Rossi, autres héros locaux. Avec, toujours, cet humour et ces poses parfois caricaturales qui permettent au Dark Polo Gang d’éviter les références trop évidentes à Ghali ou Sfera Ebbasta.

Priestess

À l’image de ce qu’il se passe ailleurs dans le monde, les rappeuses italiennes commencent à leur tour à prendre du galon. Au point de faire de Priestess une porte-voix, la « prêtresse » d’une certaine scène du rap transalpin ? Disons plutôt qu’Alessandra Prete de son vrai nom, née en 1996 dans le Sud de l’Italie, est actuellement la rappeuse la plus exposée. Celle qui fait de ses racines une fierté (elle rappe dans sa langue natale), tout en mettant en place un univers foncièrement clinquant. En 2017, le clip de « Maria Antonietta », dans lequel elle s’appropriait les éléments pop du film Marie Antoinette de Sofia Coppola, en attestait avec éclat. Voilà pour la forme.

Quant au fond, Priestess creuse peu ou prou les mêmes thèmes fétiches au gré de ses morceaux. Elle évoque son entourage, ses peines sentimentales et ses moments de défonce à fumer de la weed, si possible en écoutant ses rappeurs préférés : J. Cole, Drake ou Pusha T, pour qui elle a assuré la première partie lors de son concert à Milan en octobre 2018. Cette année, Priestess a même franchi un cap avec la sortie de son premier album, Brava, notamment porté par deux singles aussi efficaces qu’épatants : Chef, enregistré aux côtés son fidèle complice Madman, et Brigitte, dédié Bardot et marqué par un refrain frôlant l’absurde. 

Achille Lauro

Il suffit de s’intéresser brièvement à l’univers façonné par Achille Lauro pour comprendre pourquoi l’Italien se surnomme « l’anti-rappeur ». D’un côté, il y a son look, volontairement androgyne. De l’autre, sa musique, teintée de samba, d’EDM (« 1990 » et son sample de « Be My Lover » de La Bouche) et de multiples sonorités qui échappent traditionnellement aux codes du hip-hop. Il n’a pourtant pas toujours emprunté cette voie : en 2014, lorsqu’il débarque avec l’album Achille Idol Immortale, le Romain développe un rap profondément religieux, et finalement assez traditionnel. Il faut même attendre 2017, et une signature chez Sony (label sur lequel est également signé Ketama126), pour qu’Achille Lauro se réinvente et assume ses accointances avec la culture queer. Le site Highsnobiety en parle comme de la rencontre entre Lil Peep et Tommy Cash, et c’est vrai qu’il y a un peu de ça sur des titres comme « Amore Mi » ou « Non Sei Come Me ». Sauf que cet amateur de Rolls Royce – le titre d’un des singles de son cinquième album intitulée 1969 semble avoir définitivement tourné le dos à la trap en 2019. « Ulalala », « Thoiry RMX » ou encore « C’est la vie » : tous ces singles flirtent ouvertement avec le format chanson et assument leur envie d’explorer d’autres horizons sonores. Un peu comme si Achille Lauro avait définitivement compris, comme il désormais convenu de le dire, que le rap est devenu la « nouvelle pop ».

Joe Scacchi

Joe Scacchi parle de sa musique comme de la « post-trap ». Une façon de dire qu’elle explore des esthétiques plus hybrides et moins figées que celle de Gucci Mane ou Migos ? Peut-être. Ce qui est sûr, c’est que l’artiste, né à Rome en 1995, ne fait pas dans la demi-mesure. « Quand les peintres peignent, les réalisateurs font un film ou les écrivains écrivent un livre, ils ont tous une liberté d’expression maximale, raconte-t-il à Vice. Je veux la même chose pour moi et ma musique. L’imaginaire doit être à la disposition de l’artiste. » Dans ses morceaux, Joe Scacchi se permet ainsi d’assouvir ses fantasmes bling bling, d’évoquer une dépression générationnelle, de parler du manque de perspectives qui s’offre à la jeunesse et de se comparer à Billy The Kid sur « Billy », extrait de son dernier album, Marketing.

Dans ses morceaux, l’Italien continue de revendiquer son appartenance au Wing Klan, un crew formé aux côtés de Tommy Toxxic (aka Goya), avec qui il rappe depuis le lycée. « Le Wing Klan est toujours debout », clame-t-il sur l’introduction de Marketing, qui ne laisse que peu de doutes sur ses intentions. Celles d’un artiste qui n’a pas encore dépassé le quart de siècle, mais qui semble déjà avoir suffisamment expérimenté la vie pour la raconter avec ce fatalisme et ce spleen caractéristiques de la dernière vague de rappeurs ayant émergé ces cinq dernières années.

À lire aussi :

Les plus lus

> voir tout

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Musique

Sound 83 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

L’artiste espagnol, dont le DJ set lors de la Desire Party d’Antidote a révélé tout le talent, est de retour avec un troisième mix exclusif pour MagazineAntidote.com. Listen to the beat.

Musique

Sound 82 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set incandescent lors de la dernière soirée d’Antidote (célébrant la sortie du numéro Desire), et dévoilé un premier mix composé en exclusivité pour notre site la semaine dernière, le jeune virtuose des platines Vittos est de retour cette semaine avec un second mix électronique inédit. Enjoy.

Musique

Sound 81 : le premier mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set magnétique lors de la Desire Party célébrant la sortie de notre numéro printemps-été 2020, l’artiste espagnol Vittos s’apprête à dévoiler quatre mixes exclusifs sur Antidote (au rythme d’un par semaine), dont voici le tout premier. À écouter sans modération.

Musique

Bamao Yendé et Le Diouck explosent les frontières avec l’EP « 55 Degrees »

Le patron de Boukan Records dévoile un premier EP enregistré aux côtés de son acolyte Le Diouck, et s’impose définitivement comme le fervent défenseur d’une musique électronique brute, énergique et fiévreuse.

Musique

Interview : le rappeur emo-futuriste Laylow sort un album sur une intelligence artificielle

Persuadé à raison d’évoluer en marge d’un rap français obsédé par les streams, Laylow fait de son premier véritable album, « Trinity », une œuvre radicale où son verbe se fait économe, au service d’un univers extrêmement visuel. L’opus tire son nom d’une intelligence artificielle inventée, conseillant le rappeur dans sa vie émotionnelle. Rencontre.

Musique

lire la suite

> voir tout

Musique

Pourquoi il ne fallait pas rater la Desire Party d’Antidote