Qui est Quay Dash, la rappeuse trans du Bronx ?

Article publié le 20 août 2017

Share :

Photo : Quay Dash
Texte : Maxime Retailleau

L’artiste new-yorkaise vient de dévoiler le clip insolent et jouissif de Decline Him, où elle brille d’une assurance badass à mi-chemin entre Nicki Minaj et Azealia Banks.

Le rap n’avait pourtant rien d’une évidence pour cette artiste originaire du Bronx. Elle y vient par hasard, après avoir baignée dans la vie nocturne de sa ville natale au côté du collectif artistique Cunt Mafia, mené par l’excentrique Contessa Stuto, et dont Cakes Da Killa a fait partie avant que sa carrière ne décolle. Un soir, Quay Dash se lance dans un freestyle qui impressionne les deux amis avec qui elle se trouve. Elle décide alors de se lancer.

Elle sort plusieurs morceaux enragés et enchaîne les lives dans différentes boîtes de nuit. Puis la rappeuse quitte la Cunt Mafia pour se concentrer sur sa carrière solo, et mieux se distinguer du reste du crew. Alliée à six producteurs dont l’avant-gardiste Celestial Trax, elle compose un premier EP remarqué en 2016, avant de livrer sa mixtape Satan’s Angel dans la foulée. L’artiste signe ensuite sur le label londonien Perth Records, qui l’encourage à piocher dans ses précédents projets pour sortir Transphobic, qui ne comprend qu’un titre inédit : Bossed Up, produit par SOPHIE de PC Music. Elle y dénonce les comportements transophobes auxquels elle doit faire face dans sa vie de tous les jours, alors qu’au moins 18 personnes trans ont été assassinées cette année aux États-Unis.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Musique

Sound 83 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

L’artiste espagnol, dont le DJ set lors de la Desire Party d’Antidote a révélé tout le talent, est de retour avec un troisième mix exclusif pour MagazineAntidote.com. Listen to the beat.

Musique

Sound 82 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set incandescent lors de la dernière soirée d’Antidote (célébrant la sortie du numéro Desire), et dévoilé un premier mix composé en exclusivité pour notre site la semaine dernière, le jeune virtuose des platines Vittos est de retour cette semaine avec un second mix électronique inédit. Enjoy.

Musique

Sound 81 : le premier mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set magnétique lors de la Desire Party célébrant la sortie de notre numéro printemps-été 2020, l’artiste espagnol Vittos s’apprête à dévoiler quatre mixes exclusifs sur Antidote (au rythme d’un par semaine), dont voici le tout premier. À écouter sans modération.

Musique

Bamao Yendé et Le Diouck explosent les frontières avec l’EP « 55 Degrees »

Le patron de Boukan Records dévoile un premier EP enregistré aux côtés de son acolyte Le Diouck, et s’impose définitivement comme le fervent défenseur d’une musique électronique brute, énergique et fiévreuse.

Musique

Interview : le rappeur emo-futuriste Laylow sort un album sur une intelligence artificielle

Persuadé à raison d’évoluer en marge d’un rap français obsédé par les streams, Laylow fait de son premier véritable album, « Trinity », une œuvre radicale où son verbe se fait économe, au service d’un univers extrêmement visuel. L’opus tire son nom d’une intelligence artificielle inventée, conseillant le rappeur dans sa vie émotionnelle. Rencontre.

Musique

lire la suite

> voir tout

Musique

Pourquoi il ne fallait pas rater la Desire Party d’Antidote