Pourquoi la pop music se tourne-t-elle vers la religion ?

Article publié le 15 novembre 2018

Share :

Photo : Beyoncé lors du tournage du clip vidéo « Family Feud » de Jay Z.
Texte : Maxime Delcourt.

De Justin Bieber à Avril Lavigne, en passant par Selena Gomez et Jay Z, de nombreuses pop-stars semblent actuellement guidées par les voix du Seigneur. Vraie quête spirituelle ou simple démarche marketing ?

En octobre dernier, Beyoncé et Jay Z terminaient leur tournée mondiale On The Run II. Parmi la longue setlist proposée à chaque concert par le couple le plus puissant de l’industrie musicale américaine, on retient ce tableau où, devant un écran gigantesque projetant les vitraux d’une cathédrale, Beyoncé arrive toute d’or vêtue avec une cape violette rappelant les uniformes ecclésiastiques les plus opulents.

Le choix de la tenue n’est évidemment pas anodin. Le couple vient ici interpréter le titre « Family Feud », issu du dernier album 4:44 de Jay Z, dans lequel le rappeur, ancien dealer et escroc, fait son mea culpa et confesse son infidélité. Dans le clip vidéo réalisé par Ava Duvernay et sorti quelques mois plus tôt, on le voit même errer dans une église avec sa fille, allant retrouver sa femme à l’autel pour lui confesser ses péchés et se faire pardonner. Vous l’aurez compris, après Ophélie Winter, c’est à Jay Z que Dieu a donné la foi. Et il n’est pas le seul.

Photo : Beyoncé performant le titre « Family Feud ». lors de la tournée On The Run II, 2018.

Un bon nombre d’artistes et de chanteurs ont récemment pris le chemin de Dieu, au point de faire la promotion de leur spiritualité et de leurs croyances dans leurs chansons et sur les réseaux sociaux. Comme si la pop music, plutôt habituée aux scandales et aux provocations, s’était mise en tête de trouver le pardon…

La rédemption à tout prix

Nous sommes en 2014. Alors qu’il pourrait se contenter de divaguer de bonheur et d’optimisme, comme tous les gens qui sont du bon côté de la vie, celui des privilèges, de la santé et de la sécurité, Justin Bieber multiplie les péripéties : on le voit tomber dans des excès d’alcool et de diverses substances illicites, on apprend qu’il a été placé en garde à vue, on l’aperçoit se faire huer lors des Billboard Music Awards et on lit qu’il a tenté d’importer illégalement un singe sur le sol allemand, avant d’abandonner purement et simplement l’animal. Bref, la pop-star enchaîne alors les écarts de conduite. Sans compter une vie sentimentale susceptible d’inspirer des dizaines d’artistes R&B…

2014, c’est pourtant l’année où le pasteur Carl Lentz, boots aux pieds et dégaine de hipster, le baptise dans la baignoire de Tyson Chandler, basketteur de la NBA, et lui permet d’officialiser ses accointances avec l’église évangélique Hillsong, celle censée lui permettre de retrouver le chemin de la raison. Visiblement, la conversion lui a été bénéfique : depuis, Justin Bieber a sorti son album Purpose où il pose les mains jointes sur la pochette et parle de sujets plus spirituels comme l’amour propre dans son titre « Love yourself ». Il s’est aussi marié (avec Hailey Baldwin, autre adepte de cette église fondée en 1983 à Sydney) et véhicule désormais l’image d’un mari fidèle, honorable et chrétien.

Photo : Justin Bieber en pleine prière pour le magazine Billboard, 2016.

Historiquement, ce n’est évidemment pas le seul à avoir mis en scène un tel changement de comportement : dans les années 1960, Cliff Richard laisse au vestiaire son costume de rockeur pour enfiler celui, nettement plus respectable, de chanteur chrétien, tandis que Donna Summer opère à peu de choses près la même transformation dans les années 1980 afin de se libérer de sa réputation de « sexe qui chante ». Même Madonna, dans les années 90 après avoir provoqué plusieurs crises d’angoisse au sein de l’Église Catholique (la chanson « Like a prayer » revisitée au Met Gala 2018, ses performances de « Like a virgin », sa tournée Blond Ambition Tour où elle se masturbait devant un crucifix), nous a fait le coup de la spiritualité et de la sagesse retrouvées avec son album Ray of Light, disque prônant (entre autres) les vertus de la Kabbale.

Dans les années 2010, la tendance continue de s’accentuer aux États-Unis, pays puritain où les références à Dieu sont légion. Mais pour la première fois cette prise de passion touche une jeune génération d’artistes en proie à des démons personnels et qui n’hésitent plus à en faire part à leur public : Justin Bieber bien sûr, mais aussi Nick Jonas, Selena Gomez, Hailee Steinfeld ou Avril Lavigne.

En quête de sens

Pour beaucoup de ces jeunes artistes, cette prise de conscience est aussi une façon d’adopter un mode de vie plus équilibré, eux qui ont dû faire face à toutes sortes d’excès et d’abus. Cela expliquerait en tout cas l’attitude de Selena Gomez, qui poste à intervalles plus ou moins réguliers des versets bibliques sur les réseaux sociaux et a même dédié un de ses morceaux à Dieu, « Nobody » : « Mes péchés les plus sombres, tu m’en as délivré. Et tout ça, c’est grâce à toi, grâce à toi. Je ne sais pas ce que c’est, mais je sais que tu m’y as conduit », l’entend-on chanter, la voix pleine d’émotion.

Au Canada, le jeune chanteur Yonah Piatt, qui travaille avec la même équipe que celle qui a aidé Justin Bieber à devenir une superstar des cours de récréation, vient d’annoncer un changement brutal de direction musicale en voulant se consacrer désormais au monde de la musique juive. Au Canadian Jewish News, le garçon de 15 ans déclarait en mai dernier : « J’espère m’éloigner des chansons qui ne parlent que des filles et changer pour quelque chose de plus inspirant (…). Il y a tellement de choses fausses qui nous entourent. C’est ça la vie aujourd’hui. J’espère pouvoir être plus authentique auprès des gens. »

« La pop music aux paroles superficielles autrefois destinée à un public d’ados boutonneux est révolue »

Bref, la pop music aux paroles superficielles autrefois destinée à un public d’ados boutonneux est révolue. Il y a quelques semaines, Avril Lavigne, qu’on pensait disparue pour toujours depuis la fin de la tendance Skate Punk, a annoncé son retour avec son nouveau single « Head Above Water ». Après cinq ans d’absence dû au traitement qu’elle prenait pour guérir de la maladie de lyme, la chanteuse a balancé un morceau dont le refrain et le clip se révèlent plus qu’éloquents, : « Dieu, garde ma tête au-dessus de l’eau / Ne me laisse pas me noyer, c’est de plus en plus difficile / Je te rencontrerai là-bas, à l’autel / Quand je me mettrai à genoux », chante-t-elle tout de blanc vêtue, telle une vierge repentie, une croix autour du cou.

Et ça marche. Le titre lui a permis de se hisser illico à la cinquième place du Christian Billboard aux États-Unis. Preuve s’il en est que la Christian Music se vend bien aux Etats-Unis. Même très bien. En septembre dernier, une jeune chanteuse chrétienne du nom de Lauren Daigle a dépassé les mastodontes Drake, Ariana Grande, Post Malone ou encore Nicki Minaj avec plus de 100000 exemplaires vendues de son album lors de sa première semaine de sortie. Un indicateur suffisant pour faire de la Christian Music et ses dérivés comme le Gospel la nouvelle poule aux oeufs d’or de l’industrie musicale ?

Mauvaise foi ?

2018 aura aussi été l’année de la transformation religieuse du rappeur Snoop Dogg qui en mars dernier a sorti Bible of Love, son tout premier album où il chante les louanges de Dieu et Jésus et se déclare « chrétien né de nouveau ». Résultat, l’album s’est classé sept semaines n°1 dans les charts d’albums Gospel aux US. Cependant, une partie des médias religieux et conservateurs a questionné sa foi au point de lui reprocher de tirer profit de la religion pour vendre des disques après avoir fait l’apologie d’un Gangsta Rap à l’imagerie sexuelle et sexiste. Une accusation à laquelle le rappeur a simplement rétorqué : « Je croyais que l’Église était censée accueillir les anciens pêcheurs ». C’est bien le cas de Justin Bieber qui a été accueilli à bras ouvert au sein de la Hillsong Church, tout comme Selena Gomez ou Nick Jonas. Depuis, le chanteur, qui poste des messages religieux sur son compte Instagram, s’apprête à sortir dans quelques mois un album « conforme aux valeurs de l’Église et à la foi », quitte à jouer les prudes quelques années seulement après avoir fait des escapades dans un bordel à Rio… Et tout ça sera bien évidemment soutenu par son église dont l’influence s’est faite de plus en plus forte dans l’entertainment américain ces dernières années.

Une enquête du magazine américain Vox d’octobre 2018 rappelle ainsi à quel point cette église australienne a toujours cherché à paraître cool, avec ses sermons qui ressemblent à des concerts de rock, et à développer des liens privilégiés avec les célébrités du pays, notamment grâce au pasteur Judah Smith, connu pour ses relations avec le show-business. « Nous sommes intéressés par les célébrités parce que, traditionnellement, elles représentent l’inverse de la pureté, explique Ellis Cashmore, sociologue de la pop culture. Plus leur réputation est souillée, mieux c’est ! Je pense que ce milieu tolère un peu de personnalités évangéliques, mais pas beaucoup, sinon ils deviennent ennuyeux. Nous, nous aimons nos célébrités trash, perturbées, contaminées, déshonorées, souillées et, oui, impures. »

Depuis 1992, Hillsong publie de la musique chrétienne, produisant chaque année des albums et des singles qui engendrent des millions de dollars de bénéfices. Un peu comme si la pop était l’unique refuge – après les voies du Seigneur, bien entendu – que les représentants de l’Église aient trouvé pour attirer un public jeune et connecté au sein des 21 églises présentes en Australie – sans compter des antennes aux États-Unis, en Suède, en Russie, en Allemagne et même en France. Une tactique efficace : dans son rapport annuel, Hillsong annonçait fièrement en 2017 une hausse de la fréquentation hebdomadaire de l’église, quelques 40 000 nouveaux fidèles et des revenus supérieurs de 70% (soit 110 millions de dollars) à ceux de l’année précédente, notamment grâce à la sortie fin 2016 d’un film documentaire larmoyant et bien pensant, Hillsong – Let Hope Rise.

Pourtant, tout n’est pas immaculé sur les bancs de cette église évangéliste. Depuis quelques temps, l’organisation religieuse devenue une véritable société de productions est au cœur de plusieurs polémiques suite à la révélation de propos homophobes, de liens avec les camps de conversion pour jeunes homosexuels ainsi que du passé plus que trouble du fondateur de l’église Frank Houston, accusé de viols sur de jeunes garçons dans les années 1960. Mais ça, c’est une autre histoire. Le genre qu’on préfère ne pas raconter dans les chansons…

Sources : « Hillsong : the evangelical megachurch that helped save Justin Bieber’s soul — and image », Vox.com ; « Rising teen pop star pivots to Jewish music », Cjnews.com ; « A Christian Singer Is Bigger Than Drake and Ariana Grande This Week », Rollingstone.com ; « 2017 Annual Report Hillsong Church Australia », Hillsong.com

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Pas d’alcool ni de drogue : le mouvement straight edge est-il toujours aussi punk ?

Né dans des années 1980, le mouvement initié par le groupe de punk hardcore Minor Threat prônant une vie sans alcool et sans drogue semble connaître un regain de popularité. De plus en plus dépouillé de ses attributs originels, il est à la fois adopté par certain·e·s militant·e·s de la gauche radicale et par la nouvelle génération, adepte de mindfulness.

Société

Comment l’écosexualité réinvente les rapports entre l’humain et l’environnement ?

Entre émancipation sexuelle et combat écologique, l’écosexualité prône un rapport érotique avec la nature comme critique de l’anthropocentrisme. Mais qui sont au juste ces militants d’un nouveau genre ? Quelles sont les origines de leur mouvement et les réelles portées politiques de leurs revendications ?

Société

Over the rainbow : la fabuleuse épopée du drapeau arc-en-ciel

De sa création en version huit couleurs, par l’artiste et activiste Gilbert Baker, à son déploiement à l’international sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui, jusqu’à sa remise en question ces dernières années pour souligner la nécessité d’une plus grande inclusivité des personnes LGBTQ+ racisées, l’incroyable histoire du rainbow flag a épousé et accompagné celle des luttes menées par les communautés qu’il vise à représenter.

Société

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Musique

In the mood for love(s) : l’essor de l’amour libre

Polyamoureux, couples libres, trouples: Antidote a rencontré celles et ceux qui bravent la norme de l’exclusivité sexuelle pour s’investir au sein de relations ouvertes, où les désirs se croisent et tentent de transcender la jalousie.

Société

Interview avec Timothy Morton, le philosophe qui prône une écotopie hédoniste

Philosophe écologiste et hédoniste, Timothy Morton préfère imaginer des futurs désirables et s’émerveiller devant les innombrables formes du vivant que de se limiter à tenir un discours alarmiste face aux risques climatiques. Pour lui, l’écologie doit rimer avec plaisir, et non devenir une contrainte. Entretien.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

Le Palais Galliera rouvrira ses portes le 1er octobre 2020 avec l’exposition « Gabrielle Chanel. Manifeste de mode »