Le retour en force d’Etienne de Crécy

Article publié le 25 février 2015

Etienne de Crécy, c’est la French Touch. C’est Tempovision (paru en 2001), Pansoul (concocté avec Philippe Zdar sous le nom de Motorbass), mais aussi Super Discount, dont les deux premiers volets, sortis en 1996 et 2004, ont fait date dans l’univers de l’électro française. Le troisième aura mis 11 onze ans à voir le jour. En onze ans, l’Internet est devenu roi, le synthétique monnaie courante de l’industrie musicale. Etienne de Crécy, lui, n’a pas quitté des yeux son objectif : faire de l’électronique une musique classieuse, euphorique et émotionnelle à la fois – au même titre que ses concerts. Avec Super Discount 3, qui flirte sensuellement avec une house ultra digitale, c’est réussi. De l’intro clubbing de « Night (Cut The Crap) » à la conclusion enchanteresse de « Family » featuring le dandy british Baxter Dury, on se régale. Point d’orgue : « Smile », partagé avec un certain Alex Gopher. Les vétérans de la French Touch ne sont pas morts mais, surtout, n’ont pas tant vieilli que ça.

Un texte de Sophie Rosemont.

Etienne de Crécy, Super Discount 3, AL+SO/ Sony. En live le 28 mars au Zénith de Paris.

Les plus lus

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

lire la suite

voir tout

Musique

Zegna x Fear of God : un savant mélange de tailoring et de streetwear

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.