L’interview de Mahalia, la relève du R’n’B britannique

Article publié le 30 octobre 2018

Photo : Mahalia.

Après avoir signé dans une grande maison de disque à seulement 13 ans, Mahalia a sorti cette année un nouvel EP R’n’B teinté de soul, Seasons, avec lequel elle s’impose comme l’une des nouvelles figures à suivre de la scène musicale britannique.

ANTIDOTE. Tu as écris ton premier morceau à huit ans, c’est très précoce.
MAHALIA. Oui mais c’était logique en un sens, car j’ai été exposée à la musique très jeune : mes parents en passait beaucoup à la maison, et dès que je pouvais je me mettais en scène, je dansais et je chantais. À huit ans j’étais devenue consciente de ma propre existence, et de ce que je voulais faire : écrire mes propres morceaux. Quand j’y pense avec le recul, j’ai l’impression que c’était une nécessité.

À douze ans, tu rêvais de rencontrer Ed Sheeran et ta mère t’a emmené à de nombreux concerts qu’il donnait, en essayant de te faire accéder au backstage pour que tu puisses lui parler. D’où venait votre détermination ?
Je suppose que quand les gens entendent parler de cette histoire, ils doivent se dire qu’on stalkait Ed Sheeran, mais il ne s’agissait pas de ça. J’avais dit à ma mère que je voulais le rencontrer pour lui dire à quelle point il m’inspirait en tant que songwriter, et je pense que ce qu’elle essayait de faire, c’était de me prouver que tout est possible dans la vie. On est allés à de nombreux shows d’Ed Sheeran, à plusieurs festivals où il jouait, mais on n’est pas parvenus à le rencontrer. Puis deux ans après avoir entrepris ce petit périple, grâce à une part de hasard, on est parvenues à le rencontrer.

Tu te rappelles de ce que vous vous êtes dit ?
Je crois qu’au final j’étais trop impressionnée pour lui parler (rires).

Il a néanmoins écouté ce que tu faisais et a posté le lien de ton compte Soundcloud sur Twitter en l’accompagnant d’un commentaire élogieux. Peu de temps après, tu as signé un contrat avec le label Atlantic Records, tout est allé très vite…
…Oui, quand Ed Sheeran a posté le tweet j’ai pleuré et j’étais très excitée, mais je ne me rendais pas vraiment compte de l’impact que cela pourrait avoir, et il a été énorme. C’est un gros deal que j’ai signé, et s’il n’avait pas fait ça, je ne pense pas que j’aurais été remarquée, ou du moins pas si rapidement.

Ton album Diary of Me a été produit par Nineteen85, le beatmaker qui a collaboré avec Drake sur son banger « Hotline Bling ». Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Par le biais de mon label, qui me l’a présenté il y a environ quatre ans. À l’époque je ne faisais pas beaucoup de sessions en studio, puis j’ai commencé à collaborer avec lui et un autre producteur et c’était dingue. Honnêtement, c’est la première fois où je me suis sentie heureuse, confiante et capable d’être moi-même en studio.

Il t’a fallu six mois pour écrire ton morceau « Sober ». Comment faire pour conserver l’esprit initial d’un morceau, rester fidèle à l’émotion qui l’a fait naître, lorsque sa composition s’étale sur plusieurs mois ?
Au départ j’ai simplement écrit le refrain. Il était inspiré par une rupture amoureuse que je traversais, je me suis dit : « Au moins je sais ce que j’ai envie de dire ». Puis il m’a fallu du temps pour le terminer parce que je ne m’étais pas encore totalement remise de la fin de ma relation, j’avais besoin d’attendre encore pour pouvoir en parler au passé. Je pense que si il s’agissait d’une autre situation, je n’aurais peut-être pas réussi à garder la vibe initiale du morceau, mais une rupture amoureuse ça reste ancré en vous, d’autant que celle-ci était particulièrement difficile pour moi, je ne m’en suis remise qu’au bout d’un an environ.

« Sober » est devenu ton morceau le plus connu : n’as-tu pas peur parfois d’être réduite à ce single ?
Si complètement, et c’est difficile car il faut rester confiant et se dire que tu vas réussir à écrire un autre morceau que les gens vont adorer. Mais il ne faut pas trop y penser. Quand je suis partie en tournée, les shows étaient wild et les gens hurlaient les paroles de tous les morceaux, c’était incroyable. Ils chantaient « Sober » plus fort, mais du moment que je crois en ce que j’écris, les gens y croiront aussi.

Ton nouvel EP de cinq titres est à nouveau centré sur les relations amoureuses, c’est une obsession pour toi ? 
Oui, crois que je suis amoureuse de l’amour : j’adore parler des garçons. J’ai vécu une histoire qui a duré un an et j’avais envie de raconter les cinq étapes que j’ai traversées jusqu’à la fin. Au départ c’est excitant mais on se dit « ça c’est passé cette nuit, oh mon Dieu, c’est bizarre », puis on rentre dans la phase « honeymoon » où tout est génial, ensuite quelque chose commence à nous déranger mais on n’arrive pas bien à saisir quoi, et enfin on réalise que ça ne va pas marcher, puis c’est le moment douloureux. Il y a même six étapes en réalité car à la fin il y a la phase d’acceptation où on se dit « okay, c’est fini entre nous ».

Tu es retournée dans ton Leceister natal en 2016, après avoir vécu à Londres quelques temps. La capitale anglais ne t’inspirait pas ?
Je m’y suis installée à 18 ans, et c’était très difficile parce que je n’avais pas d’argent, je n’avais pas d’amis sur place, et je vivais loin du centre. Je ne savais pas trop ce que je faisais là-bas, donc j’ai pris la décision de revenir dans le Leceister, à Syston, où j’étais à nouveau entourée de mes proches. J’ai eu le sentiment de redevenir celle que j’étais vraiment, puis en janvier dernier je suis finalement retournée vivre à Londres.

Qu’est-ce qui t’a poussé à prendre cette décision ?
Il était temps, je venais de passer un an dans le Leceister et au bout d’un moment il devient nécessaire d’être proche des gens avec qui on travaille. J’ai depuis réalisé à quel point c’est important pour moi d’être entouré de gens qui composent ou travaillent dans la musique.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Nathy Peluso : « La musique, c’est de l’entertainment : il faut permettre aux gens de s’amuser »

Souvent comparée à Rosalía, la chanteuse et rappeuse argentine de 27 ans Nathy Peluso sort grandie de ce rapprochement avec l’interprète du tube « Malamente », avec laquelle elle partage sa langue maternelle et une liberté de ton mais dont elle parvient à se démarquer grâce à ses influences hip-hop, jazz ou salsa et sa faculté à incarner différents personnages. Jeune femme charismatique, enthousiaste, qui assume son corps et compose des morceaux festifs taillés pour surmonter la grisaille du quotidien, Nathy Peluso dispose d’une énergie communicative, que ce soit sur la scène du festival We Love Green sur laquelle se produisait récemment ou à travers ses clips à l’esthétique ultra-léchée. Sa musique, quant à elle, est aussi envoûtante que son regard vairon. Rencontre.

Lire la suite

Charli XCX : « Mon revirement actuel est sans doute le plus extrême que j’aie jamais fait »

À l’occasion de la sortie de son cinquième album, CRASH, en mars 2022, la chanteuse britannique Charli XCX a dévoilé une nouvelle persona à la fois sombre et sensuelle, réaffirmant sa capacité à se réinventer. Dans cette interview, elle revient sur son évolution artistique et son détachement du courant hyperpop, évoque sa relation contrastée avec ses fans et explique comment l’autodérision lui a permis de se protéger au cours de sa carrière.

Lire la suite

Yanis : « En tant que personne trans, on n’a peut-être jamais eu autant besoin d’être des porte-drapeaux »

À 33 ans et après cinq ans d’absence, YANIS fait son grand retour avec un EP, Solo, où iel évoque son coming-out trans non-binaire, la relation conflictuelle avec son père et le besoin presque vital de n’écouter que ses obsessions, artistiques et personnelles. Autant de thèmes sur lesquels iel revient le temps d’une interview guidée par la sincérité, menée à l’occasion de la sortie de son nouveau projet musical, ce vendredi 25 février. 

Lire la suite

Interview avec Kali Uchis, queen du R’n’B latino-américain

En une poignée d’années, l’Américano-Colombienne Kali Uchis s’est imposée comme l’une des artistes les plus fascinantes de sa génération. En cause ? Une musique ensorcelante qui conjugue héritage et modernité à la perfection, tout en transcendant les barrières culturelles.

Lire la suite

Interview with Kali Uchis, queen of Latin American R’n’B

In a matter of just a few years, Colombian American artist Kali Uchis has established herself as one of the most fascinating artists of her generation. How? Through bewitching music that perfectly combines heritage and modernity while transcending cultural barriers.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.