A$AP Rocky braque une banque dans son nouveau clip « Babushka Boi »

Article publié le 29 août 2019

Photo : « Babushka Boi », A$AP Rocky.
29/08/2019

Un clin d’œil à son récent passage en prison ?

Après une annonce sur Twitter et un premier teaser dévoilé sur YouTube en début de semaine, le rappeur new yorkais A$AP Rocky vient tout juste de dévoiler un tout nouveau morceau intitulé « Babushka Boi » : le premier depuis son retour aux États-Unis, après plusieurs semaines passées derrière les barreaux d’une prison en Suède. Il est accompagné d’une vidéo troublante faisant écho à l’incarcération du rappeur de Harlem le 5 juillet dernier, suite à une rixe dans les rue de Stockholm – avant d’être relâché, puis condamné à une peine de prison avec sursis pour « violences volontaires » par la justice suédoise le 14 août dernier, alors qu’il encourait jusqu’à six mois de prison ferme.

Dans ce clip tourné aux côtés d’A$AP Ferg, Schoolboy Q, A$AP Nast et Kamil Abbas, A$AP Rocky est traqué après son évasion de prison par des policiers caricaturés, grimés en porcs et affublés de pastiches grotesques en forme d’oreilles et de nez de cochons. Parti braquer une banque, il apparaît les joues balafrées – une référence à ses propres cicatrices ainsi qu’à celles du personnage de Tony Montana dans le film Scarface, évoquées à travers les paroles – et porte sur la tête un foulard noué sous le menton. Un style déjà adopté par le rappeur sur le tapis rouge du LACMA Art + Film Gala en novembre 2018, évoquant autant les derniers défilés Gucci que les grands-mères russes ou d’Europe de l’Est, communément appelées « babushkas », chez qui la bande de délinquants part se réfugier un bouquet de fleur à la main avant de fusiller les policiers pour en faire de la chair à saucisses (littéralement).

Photo : A$AP Rocky.

Inspirée du film Dick Tracy de 1990 – adaptation de la bande dessinée policière éponyme -, la vidéo a été réalisée par Nadia Lee Cohen, une photographe britannique déjà aux commandes du clip du titre « Gilligan » de DRAM en featuring avec A$AP Rocky & Juicy J en 2017, et également à l’origine de campagnes de mode pour les labels Miu Miu et GCDS. Côté sonorités, ce single puise dans le rap de Memphis des années 90 : une des influences majeures d’A$AP Rocky depuis ses débuts. 

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Albums posthumes : sacralisation des artistes ou cash machines ?

Prince, Bashung, DMX ou encore Nipsey Hussle : en 2021, de nombreux albums posthumes devraient voir le jour, prolongeant l’héritage laissé par ces artistes parti·e·s trop tôt. Mais que sait-on réellement de la fabrication des disques posthumes ? Qui décide de les sortir ? Selon quels dispositifs ? Et surtout, au bénéfice de qui ?

Lire la suite

D’Aya Nakamura à PNL : comment les artistes musicaux·les transforment la langue française

« Pookie », « Igo », « moula »… La popularité inédite du rap francophone donne lieu à un renouvellement linguistique abondant.

Lire la suite

Hervé : « Mon premier album, c’est la photographie d’un fantasme »

Après son premier album Hyper sorti le 19 juin dernier, qui orchestre les noces de la pop française avec la scène musicale de Madchester, Hervé a dévoilé une session live à l’Olympia lundi 16 novembre, le jour où devait initialement se tenir son premier concert (qui affichait complet) dans cette salle mythique, finalement reporté en raison du contexte sanitaire actuel. Rencontre.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.