Série mode : la nouvelle collection de Coach 1941 inspirée par le Far West

Article publié le 11 juillet 2019

Photos : Davit Giorgadze pour Magazine Antidote : SURVIVAL été 2019. Modèle : Marco Varcoe. Stylisme : Yann Weber. Casting : Bert Martirosyan. Coiffure : Dushan Petrovich. Maquillage : Patrick Glatthaar.

Issue de notre numéro SURVIVAL shooté par Davit Giorgadze, cette série mode met en scène la collection printemps-été 2019 de Stuart Vevers pour Coach 1941, qui célèbre l’identité américaine.

Pour cette collection SS19, le directeur artistique de Coach a puisé son inspiration dans différents emblèmes de l’Amérique qu’il a ensuite télescopés lors d’un seul et même défilé. Plongé dans l’obscurité, l’immense podium recouvert de sable est surmonté en son milieu d’une gigantesque structure métallique aux airs de dinosaure rouillé, en clin d’œil aux terres arides de l’Ouest américain. Plus précisément, celles de Ghost Ranch, un lieu perdu dans le désert du Nouveau Mexique, à une soixantaine de kilomètres de Santa Fe, ville où Stuart Vevers a effectué un voyage éclair de 24h l’été dernier. Située dans la petite ville d’Abiquiú, Ghost Ranch est célèbre pour abriter de nombreux fossiles préhistoriques et pour avoir hébergé l’atelier de la peintre américaine Georgia O’Keeffe.

Fondée en 1941 et profondément américaine, la maison Coach faisait cette saison la part belle aux éléments liés à l’imaginaire du Far West avec des vestes de cow-boy à franges, des chemises en jean à empiècements et des robes fluides à volants façon La Petite Maison dans la Prairie, portées sur des bottines en daim beige semblables à celles des natifs américains. Ces éléments constitutifs des prémices de l’identité américaine se confrontaient à des imprimés tirés d’une histoire des États-Unis plus contemporaine. Ainsi, sur les robes prairies, sur les sacs à main ou sur les hoodies oversized s’invitaient des motifs tirés des plus grands dessins animés Walt Disney tels que Les Aristochats, Bambi, Pinocchio ou encore Peter Pan. Une esthétique enfantine tempérée par une atmosphère sombre, la musique du groupe de métal L7 et des références au mouvement grunge des années 90. Avec ses cheveux teints en rose délavé, un mannequin arborait par exemple une combinaison en patchwork de cuir tandis qu’un autre déambulait dans un pull en tricot troué associé à un pantalon de motard.

À gauche : pull, Coach.

À droite : chemisier, jupe et bijoux, Coach.

Pour cette collection printemps-été 2019, le directeur artistique de Coach a puisé son inspiration dans différents emblèmes de l’Amérique qu’il a ensuite télescopé sur un seul et même défilé. Plongé dans l’obscurité, l’immense podium au milieu duquel une gigantesque structure métallique figure un dinosaure rouillé est recouvert de sable pour évoquer les terres arides de l’Ouest Américain. Plus précisément celles de Ghost Ranch, un lieu perdu dans le désert du Nouveau Mexique, à une soixantaine de kilomètres de Santa Fe, ville où Stuart Vevers a effectué un voyage éclair de 24h l’été dernier. Située dans la petite ville d’Abiquiú, Ghost Ranch est célèbre pour abriter de nombreux fossiles préhistoriques et pour avoir hébergé l’atelier de la peintre américaine Georgia O’Keeffe.

Fondée en 1941 et profondément américaine, la maison Coach faisait cette saison la part belle aux éléments liés à l’imaginaire du Far West avec des vestes de cow-boy à franges, des chemises en jean à empiècements et des robes fluides à volants façon La Petite Maison dans la Prairie, portées sur des bottines en daim beige semblables à celles des natifs américains. Ces éléments constitutifs des prémices de l’identité américaine se confrontaient à des imprimés tirés d’une histoire des États-Unis plus contemporaine. Ainsi, sur les robes prairies, sur les sacs à main où sur les hoodies oversized s’invitaient des motifs tirés des plus grands dessins animés Walt Disney tels que Les Aristochats, Bambi, Pinocchio ou encore Peter Pan. Une esthétique enfantine tempérée par une atmosphère sombre, par la musique du groupe de pop-métal L7 et des références au mouvement grunge des années 90. Avec ses cheveux teints en rose délavé, un mannequin arborait par exemple une combinaison en patchwork de cuir tandis qu’un autre déambulait dans un un pull en tricots troué associé à un pantalon de motard.

Pull, Coach.

Chemisier, jupe et bijoux, Coach.

À gauche : chemisier, jupe, chaussures et bijoux, Coach.

À droite : veste, jupe, chaussures et bague, Coach.

Chemisier, jupe, chaussures et bijoux, Coach.

Veste, jupe, chaussures et bague, Coach.

Pull et robe, Coach.

Pull et robe, Coach.

À gauche : pull, chemise, robe, jupe et chaussures, Coach.

À droite : chemisier et jupe, Coach.

Pull, chemise, robe, jupe et chaussures, Coach.

Chemisier et jupe, Coach.

À gauche : chemisier, pull, jupes et sacs, Coach.

À droite : veste, robe et sac, Coach.

Chemisier, pull, jupe et sacs, Coach.

Veste, robe et sac, Coach.

Cette série mode est extraite d’Antidote : SURVIVAL printemps-été 2019 photographié par Davit Giorgadze.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Alton Mason : « Où sont les coiffeur·euse·s, les stylistes, les directeur·rice·s artistiques de couleur ? »

Danseur de formation, Alton Mason a multiplié les apparitions marquantes sur les podiums et autres campagnes de mode ces dernières saisons, au point d’être élu mannequin masculin de l’année par Models.com en 2020, tout en devenant le protégé de Naomi Campbell et de Virgil Abloh. Sa prochaine pirouette : le rôle de Little Richard dans Elvis, le nouveau film de Baz Luhrmann, prévu pour 2022. De quoi annoncer un futur saut vers la musique ?

Lire la suite

Alton Mason: « Where are the hairstylists, make-up artists and art directors of color? »

A dancer by training, Alton Mason has over the past few seasons made a number of memorable appearances on catwalks and elsewhere in fashion – so memorable that he’s been named male model of the year by Models.com for 2020 and become the protégé of Naomi Campbell and Virgil Abloh. For his next trick, Mason will be playing the role of Little Richard in Elvis, Baz Luhrmann’s new film, slated for 2022. Could this be the prelude to a musical debut?

Lire la suite

Série mode : la collection hiver 2021/2022 de Fendi vue par Lee Wei Swee

Immortalisée par le photographe Lee Wei Swee pour le dernier numéro d’Antidote hiver 2021-2022, la première collection de prêt-à-porter féminin de Kim Jones pour Fendi célèbre l’histoire de la maison romaine à travers une série de silhouettes monochromes, constellées de références à ses différent·e·s bâtisseur·e·s – des cinq filles d’Adele et Edoardo Fendi à Karl Lagerfeld.

Lire la suite

Comment Antidote et Valentino ont célébré l’anniversaire de Lena Situations ?

Pour célébrer la publication du premier Antidote Newspaper, l’anniversaire de sa cover girl Lena Situations et la sortie de la ligne « The Party Collection » de Valentino, la maison italienne a organisé un cocktail dans son flagship de la rue Saint-Honoré, en collaboration avec Antidote. Retrouvez toutes les photos de l’événement ci-dessous.

Lire la suite

Lena Situations ou l’émergence d’une star normale

Suivie par deux millions de personnes sur YouTube, trois sur Instagram, et autrice d’un bestseller vendu à plus de 400 000 exemplaires, la créatrice de contenus de 24 ans Lena Mahfouf (alias Lena Situations) incarne un nouveau modèle d’influenceuse parisienne sans filtre qui fait de ses complexes une force et s’assume avec authenticité.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.